Comprendre et surmonter la régression du sommeil de votre bébé

17 juin, 2020
Les bébés peuvent vivre une régression du sommeil et il est important de la comprendre pour pouvoir la surmonter.

Pour les parents des tout petits, le sommeil est un bien précieux, aussi précieux que l’air qu’il respire et la nourriture qu’il mange. Dormir est tout aussi important (voire plus) pour les bébés.

Quand il semble que votre bébé commence à mieux dormir, d’un coup, commence une régression du sommeil qui fera que vous ne comprendrez pas ce qu’il se passe. Grâce à cet article, vous pourrez le comprendre et le surmonter !

Patrons de sommeil chez les bébés

S’il semble que les bébés passent la plus grande partie de la journée à dormir, c’est parce que d’une manière ou d’une autre, ils le font. Le nouveau-né dort, normalement, au moins 16 heures par jour (de jour comme de nuit).

Cette quantité diminue avec l’âge, mais plus de 14 heures sont nécessaires quand le bébé atteint six mois. Quand un bébé a un an, il a besoin de dormir un peu moins de 14 heures.

Les siestes comptent comme une partie du total du sommeil. Mais, ces horaires diffèrent selon l’enfant. Probablement, cela se passera au moins quelques mois avant que votre nouveau-né s’installe dans la routine désirée de 3 siestes par jour.

Modèles de sommeil chez le nouveau-né

Si les premières semaines de paternité vous semblent être un grand flou où le sommeil est rare, vous n’êtes pas les seuls. Votre nouveau-né dicte partiellement votre sommeil selon son sommeil. Soyez sûrs qu’à trois mois, la majorité des bébés obtiennent près de deux-tiers de leurs besoins de sommeil pendant la nuit.

Mais les nouveaux modèles de sommeil de votre bébé peuvent changer, et ils changeront. Cela s’appelle le régression du sommeil, et arrive aux bébés comme aux petits enfants. C’est une phase pendant laquelle les bébés et les petits enfants commencent à se réveiller aléatoirement pendant la nuit et omettent la sieste sans aucune raison évidente.

Étapes et causes de la régression du sommeil

Il existe cinq étapes de la régression du sommeil chez les bébés et les petits enfants :

  1. Quatre mois. À quatre mois, un bébé fait des siestes plus courtes et se réveille fréquemment la nuit. Cette régression est permanente.
  2. Huit mois. Les jalons du développement, comme le fait de ramper, se produisent entre huit et dix mois. De plus, les bébés apprennent beaucoup de nouveaux mots alors qu’ils commencent à faire leurs dents. Ce sont toutes des raisons viables pour déclencher une régression.
  3. Onze mois. Phénomène souvent appelé la régression de la sieste. Votre bébé pourrait commencer à résister à une seconde sieste quotidienne. En réalité, vous ne serez pas prêt pour une seule sieste jusqu’à environ 15 mois.
  4. Dix-huit mois. Votre bébé est maintenant un petit enfant et plein de facteurs contribuent à cette régression. Maintenant, il est plus indépendant, car il marche et parle. Il a aussi découvert l’art de la crise de colère combiné à l’apprentissage du redouté « non ». Et, bien sûr, la dentition est toujours un facteur. Par contre, la régression des dix-huit mois peut se déclencher rapidement.
  5. Deux ans. Plusieurs facteurs peuvent être attribués à cette régression : laisser les couches, l’arrivée d’un frère ou d’une sœur, passer du berceau au lit, etc.

Comment affronter la régression du sommeil

Vous pouvez essayer quelques méthodes pour restaurer les patrons du sommeil de votre bébé. Le premier est d’essayer plus de repas, que ce soit de jour ou de nuit. La croissance accélérée n’est pas que pour les adolescents : votre bébé a faim et a besoin de calories en plus.

Comment affronter la régression du sommeil de votre bébé

Rien ne reconforte plus un enfant que quelques câlins de maman ou papa. Offrez-lui du réconfort à travers des bisous et des câlins en plus. Cependant, évitez de créer de mauvaises habitudes, comme le bercer complètement pour qu’il dorme ou lui donner la sucette alors qu’il l’avait laissée.

Le manque de sommeil fait que toute la famille fatigue, alors essayez d’imposer une heure de sommeil plus tôt. C’est une bonne stratégie s’il lui manque une sieste ou se réveille beaucoup pendant la nuit.

Enfin, il n’est pas nécessaire que vous passiez par ce problème seuls. Parlez avec d’autres parents et demandez-leurs quelques conseils et astuces. Et, bien sûr, ayez recours à votre conjoint. Vous êtes tous les deux dans le même bateau.

Quand l’enfant pleure parce qu’il ne veut pas dormir

Les petits enfants peuvent être un peu plus compliqués, car ils sont plus grands. Ainsi, essayez ces conseils quand ils pleurent parce qu’ils ne veulent pas dormir :

  • Établissez des limites : vous êtes le responsable et votre enfant a besoin de le savoir. Vous êtes le patron. Quand c’est l’heure de dormir, c’est l’heure de dormir.
  • Soyez consistant. Ce n’est qu’une phase.
  • Résistez au changement. Il n’est pas nécessaire d’altérer drastiquement l’horaire de votre enfant. Cela passera aussi.
  • D’autres problèmes. Prêtez attention à votre enfant, car ses problèmes pour dormir pourraient être non pas une régression, mais le signe d’un autre problème.