Faites comprendre à votre fille qu’elle n’a pas besoin d’être une princesse

29 décembre 2017
Votre fille n'a pas besoin d'être une princesse. C'est un message très positif à lui transmettre dès le plus jeune âge. Cela lui permettra de devenir une femme adulte plus heureuse et plus en phase avec ses émotions.

Pourquoi élevons-nous nos filles comme des princesses ?

On a très souvent des réflexes quand on éduque un enfant. Sans s’en rendre compte, on reprend des habitudes héritées de nos propres parents et qui se sont transmises de génération en génération. Par exemple, dans notre société, on a l’habitude d’élever nos filles comme des petites princesses.

Nombreuses sont les femmes qui rêvent d’avoir une petite fille. C’est peut-être un désir que nous développons dès l’enfance, en jouant à la poupée. Quand on met au monde une fille, on a l’impression de recevoir un joli poupon.

Le papa avait peut-être envie d’avoir un garçon pour lui apprendre à jouer au football. Mais lui non plus ne résistera pas à la douceur et au charme d’une petite fille qui l’aime.

En tant que parents, vous aurez aussi envie que vos enfants aient une vie encore plus belle que la vôtre. C’est donc tout naturellement que vous donnerez de belles choses à votre fille pour faire d’elle une vraie petite princesse.

Il y a une autre erreur que commettent les parents d’une petite princesse. Ils n’enseignent pas à leur fille les notions de devoir et de responsabilité. Cela peut porter préjudice à l’enfant. Quand elle sera adulte, elle aura du mal à résoudre des problèmes de la vie de tous les jours.

Bien sûr, en refusant catégoriquement d’élever sa fille comme une princesse, on peut facilement tomber dans un autre travers. On en fait un garçon manqué qui aura peut-être du mal à trouver sa place dans la société.

Il n’est jamais bon de tomber dans les extrêmes. Évidemment, votre fille n’a pas besoin d’être une princesse. Mais elle n’a pas non plus besoin d’être un vampire ou une sorcière. Le secret du bonheur se trouve dans l’équilibre. On trouve cet équilibre en se posant des questions et en élevant sa fille dans la réflexion.

Une femme doit être capable de prendre des décisions fortes.

Des princesses équilibrées

Élevez une femme qui soit à la fois ferme et douce. Votre fille devra être capable de prendre des décisions fortes, de résoudre ses problèmes matériels et de trouver un équilibre émotionnel.

N’oubliez jamais que les enfants sont le reflet de leurs parents. Si vous voulez faire comprendre à votre fille qu’elle n’a pas besoin d’être une princesse, vous devez y croire aussi.

Si elle n’est pas une petite princesse, cela ne veut pas dire qu’elle n’ira pas dans la meilleure école que vous puissiez lui offrir ou qu’elle ne mérite pas le meilleur. C’est une question d’attitude.

Il faut le reconnaitre et l’accepter : nous sommes tous influencés par la télévision et par les médias de communication. Quand notre petite fille fête ses dix ans, on lui organise un goûter avec des princesses Disney sur les gâteaux, les gobelets et les serviettes en papier. Et on lui organisera une fête à l’américaine quand elle sera adolescente. On lui impose sans s’en rendre compte la princesse comme modèle à suivre.

Selon un article publié dans la presse mexicaine, dans le monde merveilleux de Disney, les femmes adultes entre vingt et trente ans fortes, intelligentes et en position de pouvoir n’existent tout simplement pas.

Il ne s’agit pas de stigmatiser les princesses et d’en faire des caricatures. On peut aimer les princesses, mais il faut aussi donner à sa fille les outils pour apprendre à se connaitre et développer sa propre personnalité qui est unique.

« Une femme originale n’imite personne. Au contraire, elle est inimitable. »

Maria Félix

Même si elle n'a pas besoin d'être une princesse, elle peut jouer à en être une.

Des princesses libres

Selon la psychologue Mireia Trias Floch, il faut laisser nos filles jouer à la princesse, parce que c’est un jeu qui les aide à grandir. « Quand une fillette joue à la princesse, elle s’invente toute une réalité qui lui permet d’exprimer ses désirs et ses peurs, de les organiser en récit et de donner un sens à son existence. »

Selon l’anthropologue Apen Ruiz, il est même contre-productif d’empêcher sa fille de jouer à la princesse. « Des études montrent que les fillettes peuvent mal interpréter l’interdiction. Elles pensent que leurs parents ne les laissent pas jouer à la princesse parce qu’ils auraient préféré avoir un garçon. Pour nombre d’entre elles, le rôle de princesse est associé à la petite fille. »

En outre, d’autres études démontrent que les petites filles réinventent le rôle de princesse. Elles ne se contentent pas de l’absorber de façon passive.

« Il faut se défendre contre l’invasion des princesses, mais sans le faire de manière coercitive. » écrit la journaliste Marta Selva. Le problème, ce n’est pas que les petites filles jouent à la princesse, c’est qu’il existe des milliers de produits dans les magasins qui les encouragent à le faire.

La société impose aux filles le rôle de princesse ou de reine, mais la réalité est un crapaud qu’il ne suffit pas d’embrasser pour en faire un prince. Quand elles ne sont pas réduites à de simples objets de désir ou les victimes de violences domestiques, elles sont de plus en plus nombreuses chez les demandeurs d’emploi. Ne l’oublions pas.

 

 

A découvrir aussi