Communiquez avec votre adolescent à l'aide de quatre mots magiques

31 août, 2020
Il y a trois mots magiques que vous pouvez utiliser pour améliorer la communication avec votre adolescent.

Communiquer avec votre adolescent peut être un peu délicat. En parlant à votre adolescent, lui demander ce qu’il a l’intention de faire avec des mots magiques au lieu de vous dire ce que vous pensez qu’il devrait faire contribuera à ouvrir un tout nouveau monde de communication et de respect.

Communiquer avec les adolescents peut être difficile, mais ces quatre mots magiques, “Que veux-tu faire”, peuvent ouvrir de nombreuses portes.

Communiquer avec votre adolescent avec quatre mots magiques : “Que veux-tu faire ?”

Ces quatre mots peuvent fixer la relation pour toujours. Les adolescents sont assez âgés pour savoir ce qu’il faut faire et ils ont besoin de votre aide pour savoir comment faire face à une situation. Mais ils veulent aussi avoir le contrôle et ils veulent pouvoir choisir entre différentes alternatives.

Les quatre mots magiques, “Que veux-tu faire”, véhiculent le respect, car ils transmettent la responsabilité à votre enfant et l’aident à développer de bonnes compétences en matière de planification – quatre mots très puissants, bien plus que vous ne le pensez. Lorsque vous commencerez à les utiliser, tout changera pour le mieux entre vous.

Vous pouvez être réticent au début à penser que votre enfant est désorganisé et que vous devez toujours lui rappeler ses responsabilités. C’est une bonne idée pour lui d’apprendre de ses erreurs.

Une fille tournant le dos à sa mère.

En général, les adolescents veulent faire des choses quand ils en ont envie, pas quand vous le voulez. Il n’est pas nécessaire d’argumenter, ils ont juste besoin de savoir qu’il y a des délais à respecter et que s’ils ne le font pas, il y aura des conséquences.

En plus d’utiliser les quatre mots magiques, il est bon de maintenir d’autres stratégies de communication. Ainsi, vous pouvez vous assurer que votre relation avec vos enfants est harmonieuse et que vous pouvez transmettre vos messages plus efficacement.

Gardez la conversation ouverte avec les quatre mots magiques

Si vous mettez votre enfant sur la défensive, il cachera la vérité ou mentira parce qu’il ne veut pas vous décevoir, mais il veut aussi faire ce qu’il pense être le mieux dans sa situation. Il est important de maintenir un respect mutuel afin de garder les lignes de communication ouvertes à tout moment. Si vous voulez rester calme dans une conversation, suivez ces conseils :

L’empathie d’abord et les conséquences ensuite

En examinant la situation du point de vue de votre enfant, vous l’aiderez à prendre de meilleures décisions à l’avenir.

La prochaine fois que votre enfant rentre à la maison avec une note inacceptable, par exemple, essayez de dire quelque chose comme : “Fais-moi un câlin“. “Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour aider ?” “Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire pour améliorer les résultats ?“.

Accordez-vous du temps libre pour communiquer avec votre adolescent

Vous n’avez pas à réagir immédiatement lorsque vous êtes en colère ou contrarié ; donnez-vous le temps de vous calmer. Dans le feu de l’action, il est normal de dire : “Tu n’as pas mis la table, même si tu savais que c’était ta responsabilité. On s’occupera de ça quand j’aurai eu le temps de me calmer”.

Ne criez pas et utilisez les quatre mots magiques pour communiquer avec votre adolescent

Réagissez d’abord avec empathie avant de présenter les conséquences. Dans certaines circonstances conflictuelles, la réaction naturelle est de se mettre en colère, mais la colère exprime simplement vos sentiments et les laisse sortir de manière brute. Vous ne communiquez pas vraiment. Vous devez prendre du recul et voir les choses du point de vue de votre enfant. Dites-lui les quatre mots magiques.

Une mère tentant de parler avec sa fille.

Ne réprimandez pas

Les réprimandes naissent du désir de ne pas faire d’erreurs. Mais l’enfance et l’adolescence sont des périodes d’apprentissage par essais et erreurs. Garder une chambre en désordre, ne pas étudier pour un examen et oublier de faire des corvées ne sont pas des erreurs qui mettent la vie des enfants en danger et dont ils peuvent ensuite assumer les conséquences.

Le malaise vous stresse tous les deux et ne vous apprend pas la valeur de prendre vos responsabilités plus au sérieux. Un rappel suffit. Si vous dites toujours quelque chose à vos enfants, ils s’attendront toujours à ce que vous le fassiez. Ne vous souvenez d’une chose qu’une seule fois, et s’ils ne s’y conforment pas, appliquez les conséquences.

Ne pas résoudre les problèmes

Votre travail de parent consiste à apprendre à votre enfant à prendre de bonnes décisions et à penser de manière indépendante. Vous n’avez pas besoin d’avoir toutes les réponses et vous n’avez pas non plus besoin de bonnes réponses.

Il suffit d’engager une conversation sur le terrain. Par exemple, vous pouvez dire quelque chose comme : “Laisse-moi y réfléchir et nous verrons ensuite ce que nous pouvons faire ensemble“. Le plus important est que vos enfants puissent raisonner.

Lorsque vous êtes sur le point d’avoir un désaccord avec votre adolescent, prenez le temps de dire comment vous allez réagir avant de réagir. Souvent, la réponse est cruciale ; découvrez comment vous aimeriez être traité et faites de même. Utilisez également les quatre mots magiques : “Que veux-tu faire ?” ou “Comment veux-tu t’y prendre ?“.