Comment savoir si notre enfant dit un mensonge ?

· 8 avril 2019
Les parents disposent de nombreuses méthodes pour savoir si leurs enfants leur mentent. Avec l'observation des gestes et des attitudes des enfants à la maison, beaucoup d'informations peuvent être obtenues.

Pourquoi un enfant ment est peut-être l’une des questions que les parents se posent le plus. Peu importe le nombre d’adultes que nous sommes, nous ne sommes pas infaillibles et nous n’avons pas de polygraphe en nous pour découvrir toute la vérité.

En grandissant chaque année, il est beaucoup plus difficile de détecter les mensonges de nos enfants. Comment savoir si notre enfant dit un mensonge ?

Les mensonges des enfants sont dû à deux effets : le premier c’est que les enfants ont acquis la sagesse de ce qu’ils devraient dire à leurs parents pour ne pas les alarmer. Le second est que la plupart des parents ont une vision biaisée de leurs enfants.

À présent, certaines astuces pourraient nous aider à dévoiler ce que nos enfants ont inventé pour s’en sortir. Tout dépendra de notre observation, de notre intuition et d’un peu de logique.

Les signes physiques du mensonge

Dire un mensonge implique des processus psychophysiologiques et une dextérité mentale. Les adultes sont habitués à son utilisation et peuvent mieux contrôler leurs gestes pour ne pas être découverts. Mais chez les enfants, cette maîtrise de soi coûte plus cher.

En effet, quand un enfant ment, il a tendance à transpirer, à trembler et à confondre certains mots. Dans ces cas, nous obtenons des réponses hâtives, car les enfants essaient de réagir rapidement et de réfléchir en même temps.

Nous pouvons également remarquer des changements gestuels qui ne sont pas normaux en eux. En faisant attention, vous pouvez les voir mentir. Vous devrez faire appel aux connaissances que nous avons sur les gestes récurrents des enfants.

« Quand un enfant ment, il a tendance à transpirer, à trembler et à confondre certains mots »

Comment savoir si mon enfant dit un mensonge ?

Le mensonge est un processus argumentatif et, comme il se passe au milieu d’un moment émotionnel complexe, il génère des échecs. La répétition de phrases et de mots est l’une des pratiques les plus courantes chez un enfant qui ment. Mais il y a d’autres modèles que nous devons observer.

mensonges des enfants

Par exemple, lorsqu’un enfant donne trop de détails sur un événement, il est fort possible qu’il nous mente. Il est normal qu’il croit que donner plus de données est synonyme de fiabilité; en tout cas, il nous appartient de revoir la logique de son histoire.

Le typique « je ne l’ai pas fait », quand on ne l’a pas encore accusé de rien, est aussi très récurrent. Cette attitude révèle le malaise et le manque de naturel avec lesquels l’enfant réagit à quelque chose qui s’est passé. Ce sont des excuses non demandées qui nous offrent les informations recherchées.

Types de mensonges

Un autre aspect important dans l’analyse du comportement de nos enfants est le type de mensonge qu’ils nous disent. Comme nous le savons déjà, il existe des mensonges « pieux », fantasques et des demi-vérités. Dans ce dernier cas, les enfants ont tendance à manipuler la vérité par intérêt.

Généralement, les mensonges pieux sont malicieux et avec eux, nous pouvons mesurer la faible gravité d’un événement. Au lieu de cela, nous devrons être très méticuleux lorsque nous examinons les arguments d’un mensonge exagéré ou d’une demi-vérité.

En bref, nous ne pouvons pas agir de la même manière face à différents types de mensonges et d’événements cachés. Ce n’est pas pareil d’avoir mangé trop de gâteaux que d’avoir un enfant qui s’enfuit de chez lui pour aller au parc. Tous ces aspects nous aideront à dévoiler ce qui se passe.

Il existe des mensonges « pieux », fantasques et des demi-vérités. Dans ce dernier cas, les enfants ont tendance à manipuler la vérité par intérêt.

Mon enfant raconte des mensonges, comment réagir ?

Ceux qui se demandent « comment puis-je savoir si mon enfant raconte des mensonges ? » devraient comprendre que c’est le moyen le plus important d’agir face à la situation. Mieux qu’être des inquisiteurs moraux, nous devons analyser la composante humaine de la tromperie. En fait, il s’agit d’une ressource utilisée par les adultes.

Ce qui devrait nous préoccuper, ce sont les comportements répétitifs, la manipulation et le naturel avec lequel les enfants mentent. Si, en tant que parents, nous avons tendance à mentir dans différentes situations… que pouvons-nous attendre de nos enfants ? Par conséquent, chaque situation et chaque mensonge doivent être analysés de manière intégrale.

mensonge

D’autre part, l’éducation morale de nos enfants doit être basée sur une véritable honnêteté. Cela implique une autre chose : ne pas éduquer dans la peur et la manipulation et donner la priorité aux renforts positifs.

Nous devons agir en tant que parents qui écoutent la vérité

Dans de nombreux cas, le mensonge devient la réaction à un préjudice éventuel. Par conséquent, et par-dessus tout, nous devons être des parents préparés à écouter la vérité.

Les réprimandes exagérées et l’intolérance ne feront que générer plus de tromperie. La tolérance génère toujours des conséquences positives, il est donc préférable de parier sur elle.

  • Bach, K. & Harnish, R. M. (1979). Linguistic: Communication and speech acts. Cambridge, MA: MIT Press.
  • Casas Rivera, R., & Zamarro Arranz, M. L. (1990). La mitomanía en la clínica actual. A propósito de un caso clínico. Revista de La Asociación Española de Neuropsiquiatría.
  • Dithrich, C. W. (1993). Pseudologia fantastica, dissociation, and potential space in child treatment. Master Clinicians on Treating the Regressed Patient, Vol. 2.
  • King, B. H., & Ford, C. V. (1988). Pseudologia fantastica. Acta Psychiatrica Scandinavica. https://doi.org/10.1111/j.1600-0447.1988.tb05068.x
  • Leekam, S. R. (1992). Believing and deceiving: Steps to becoming a good lier. En S. J. Ceci, M. Desimone & M. Putnik (Eds.), Social and cognitive factors in early deception (pp. 4762). Hillsdale, NJ: L.E.A.
  • Sotillo, M., & Rivière, Á. (2001). Cuando los niños usan las palabras para engañar: la mentira como instrumento al servicio del desarrollo de las habilidades de inferencia mentalista. Infancia y aprendizaje, 24(3), 291-305. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1174/021037001316949239