Comment le faible poids affecte-t-il la grossesse ?

4 novembre 2019
La grossesse et la maigreur ne sont pas les meilleures amies qui puissent exister. Les vies de la mère et du foetus peuvent être en danger si la mère ne se nourrit pas suffisamment ou si son poids est trop faible. Découvrez quelles autres conséquences peuvent entraîner ce problème.

Les besoins basiques nécessaires à la formation adéquate d’un foetus dans le ventre de la mère, et à la bonne gestion des changements de la part de la mère, sont multiples. Beaucoup de femmes sacrifient la beauté au prix de la santé, ou tout simplement n’arrivent pas à compenser dans leur organisme les bons nutriments. Cette situation nous mène à nous demander comment le faible poids peut affecter la grossesse.

Il reste clair que, lorsqu’une femme est enceinte, elle doit manger suffisamment d’aliments qui lui permettent d’être dans les meilleures conditions de santé.

On pense généralement que les femmes enceintes ont un appétit vorace et des envies qui les conduisent à manger souvent. On croit ainsi qu’elles prennent du poids et qu’elles sont en bonne santé. Or, si tel n’est pas le cas, que se passe-t-il pour le fœtus et pour la mère ?

Comment le faible poids affecte-t-il la grossesse ?

Le faible poids lors de la grossesse affecte de multiples manière la mère et le foetus. Les femmes qui présentent un faible poids pendant leur grossesse ou qui se trouvent en situation de dénutrition entrent dans la catégorie des grossesses à hauts risques de type I et des grossesses à hauts risques de type II.

Grossesses à hauts risques de type I

On considère qu’une femme présente une grossesse à hauts risques de type I si elle est en bonne santé mais qu’elle est exposée à des facteurs tels que la dénutrition, la pauvreté extrême, l’analphabétisme, le tabagisme ou l’alcoolisme.

Grossesses à hauts risques de type II

Les grossesses à hauts risques de type II, elles, concernent les futures mamans qui présentent des maladies telles que le diabète, la pré-éclampsie ou le VIH. On inclut aussi dans cette catégorie les grossesses dans le cadre desquelles les foetus présentent un faible poids ou bien un poids inférieur à celui recommandé par les pédiatres.

La grossesse et les risques du faible poids

Ces catégories nous disent qu’aussi bien les mères que les foetus qui sont en situation de dénutrition ou de faible poids courent le risque de développer une maladie. Or, comment le faible poids spécifiquement affecte-t-il la grossesse du côté du bébé mais aussi de celui de la mère ?

Conséquences spécifiques du faible poids lors de la grossesse

Les conséquences les plus directes liées au faible poids lors de la grossesse sont :

  • Courir le risque de souffrir d’un avortement spontané
  • Etre concerné par la probabilité d’un accouchement prématuré
  • Avoir un bébé qui présente un poids inférieur à celui recommandé
  • Voir le bébé mourir quelques semaines après sa naissance
  • Voir l’enfant souffrir de troubles marqués liés à son développement et à ses capacités mentales

« Lorsqu’une femme est enceinte, elle doit manger suffisamment d’aliments qui lui permettent d’être dans les meilleures conditions de santé. »

Quand considère-t-on qu’une femme enceinte est trop maigre

La maigreur peut varier selon la stature et les traits génétiques de chaque femme. On estime qu’une femme avec un indice de masse corporelle inférieur à 19 présente déjà des signes de grande maigreur ; mais, comment savoir si, en plus, la femme enceinte se trouve en situation de dénutrition ?

Il est important de dire que, même si une femme mange beaucoup, cela ne veut pas dire qu’elle s’alimente convenablement. En effet, ce qu’elle consomme peut ne pas forcément contenir les nutriments et les vitamines suffisants dont le corps a besoin non seulement pour bien fonctionner, mais aussi pour pouvoir former une nouvelle vie.

Pour détecter si une femme se trouve en situation de dénutrition, il y a certains signaux qui se manifestent dans l’organisme. Les plus caractéristiques sont :

  • Muscles fragiles et faibles forces
  • Sensation constante de fragilité
  • Peau trop sèche dans diverses zones du corps, dont les lèvres
  • Chute de cheveux
  • Caries
  • Problèmes de concentration
  • Problèmes cardiaques
Bien manger pendant la grossesse est essentiel

Recommandations quant à l’alimentation

Si vous êtes enceinte, il est fondamental que vous changiez votre style d’alimentation et que vous fassiez une priorité des aliments biologiques, au détriment de la restauration rapide ou des produits industriels. Il est vital que vous intégriez des légumes, des fruits et des viandes maigres à votre régime alimentaire.

Il est nécessaire de consommer 150 calories de plus par jour pendant le premier trimestre de grossesse ; pour le deuxième et le troisième trimestres, en revanche, il faut se rapprocher des 350 calories supplémentaires par jour.

Si vous avez des conditions de santé particulières telles que la diabète, que vous êtes malade coeliaque, que vous souffrez d’allergies ou d’intolérances alimentaires, n’oubliez pas que votre médecin traitant pourra vous recommander un régime qui s’ajuste à vos besoins.

Rien ne sert de vous rendre chez un spécialiste si votre situation financière ne vous le permet pas ; vous pouvez vous tourner vers les services de santé publique. Renseignez-vous davantage sur l’assistance gratuite telle qu’elle est établie dans le pays où vous vivez.

Finalement, l’énorme variété de recettes pour femmes enceintes à votre disposition peut vous être d’une grande aide. Au moins, vous savez que vos apports s’ajusteront à vos besoins à chacune de vos rations quotidiennes.