Comment identifier l'aliénation parentale?

Impliquer des mineurs dans des conflits de couple est une manière cruelle de nuire à l'autre conjoint. Et aussi, une façon sournoise de maltraiter nos enfants.
Comment identifier l'aliénation parentale?

Dernière mise à jour : 05 mai, 2022

Lorsque les parents se séparent, il est important d’identifier l’existence d’une aliénation parentale. Ce problème survient fréquemment après des séparations conflictuelles et expliquerait le fait que les enfants rejettent l’un de leurs parents.

Ce syndrome n’apparaît pas du jour au lendemain suite à un divorce, mais lorsque l’un des deux époux introduit les mineurs dans le litige. Par exemple, dire du mal de l’autre ou directement, par des insultes et des disqualifications.

Ainsi, les enfants acceptent ces croyances comme les leurs et nient les influences extérieures sur la conception qu’ils ont de leur père ou de leur mère. En conséquence, ils rejettent la possibilité de passer du temps avec leur parent « aliéné ».

Aujourd’hui, nous allons tout vous dire à ce sujet afin que vous puissiez détecter cette situation à temps.

Qu’est-ce que l’aliénation parentale ?

Le syndrome d’aliénation parentale est un terme inventé par le psychiatre Richard Gardner en 1985. Il désigne le rejet qu’un enfant éprouve envers l’un de ses parents, à la suite de la manipulation exercée par l’autre. L’objectif de cette action est d’influencer les pensées et les croyances des mineurs, de porter atteinte à l’image du conjoint avec lequel ils sont en conflit.

Il ne faut pas oublier que le cerveau d’un enfant est comme une feuille de papier vierge. Et que certains adultes l’utilisent à leur avantage pour semer une haine injustifiée envers l’autre parent. Dans ce cas, celui qui est réellement lésé est l’enfant, à la fois psychologiquement et physiquement.

Les conflits relationnels sont de la seule responsabilité du couple, pas des enfants. Pour eux, tous deux sont leurs parents et personne ne doit nuire à l’image de l’un d’eux.

À ce stade, il est important de faire la différence entre l’éloignement parental et l’aliénation.

La distanciation est une séparation, due à la distance ou à la perte, qui est réaliste et cohérente avec les circonstances. En revanche, l’aliénation est la séparation des enfants d’un parent, induite par les attitudes et les comportements volontaires de l’autre parent.

Séparation imagée en papier d'une famille.

Comment identifier l’aliénation parentale?

Dans l’étude Fiabilité et validité du modèle à quatre facteurs de l’aliénation parentale, Amy JL Baker a voulu démontrer la validité et la fiabilité du modèle à quatre facteurs pour déterminer la présence d’une aliénation parentale. De cette manière, les professionnels pourraient être aidés à le détecter précocement.
Ensuite, nous mentionnerons les quatre conditions fondamentales qui définissent cette condition.

1. Existence d’une relation positive entre l’enfant et le parent rejeté avant le conflit conjugal

Ce facteur empêche les parents absents de se présenter comme victimes de l’aliénation parentale. Pour ce faire, il faut démontrer qu’avant le début du rejet, le parent en question entretenait un lien affectueux et étroit avec son enfant.

2. Absence de situations de maltraitance par le parent rejeté

S’il n’y a pas d’antécédents d’abus ou de mauvaise parentalité de l’enfant par le parent rejeté, nous pouvons envisager une aliénation parentale.

Il est également important de préciser, pour des raisons thérapeutiques et juridiques, que l’enfant a été exposé à des comportements et attitudes négatifs de la part du parent aliénant.

3. Persistance de comportements aliénants du parent bénéficiaire

Le parent bénéficiaire tente de conditionner les croyances et les perceptions de son enfant vis-à-vis de l’autre parent, sans tenir compte des expériences réelles de l’enfant avec lui.

Baker a identifié certains des comportements négatifs les plus fréquemment utilisés pour aliéner le parent rejeté :

  • Restreindre les contacts et interférer avec les visites avec l’autre parent.
  • Le critiquer devant les enfants.
  • Déchirer les photographies sur lesquelles l’autre conjoint apparaît.
  • Dire à l’enfant que l’autre parent ne l’aime pas.
  • Forcer l’enfant à choisir entre ses parents.
  • Utiliser un surnom péjoratif pour désigner l’autre parent.
  • Demander à l’enfant de surveiller l’autre adulte.
  • Créer le fantasme de l’enfant que l’autre parent est dangereux.
  • Parler à l’enfant d’un comportement désagréable de l’autre parent.
  • Imposer à l’enfant le rejet de lui.
  • Exiger auprès de l’enfant d’appeler son beau-père ou sa belle-mère « papa » ou « maman ».
  • Refuser l’autre parent dans les documents du mineur (informations médicales, académiques, entre autres).

Les personnes majeures concernées peuvent enregistrer des messages, des courriels ou tout autre document attestant qu’elles sont victimes d’aliénation parentale par leur ex-partenaire et les présenter au tribunal comme preuve à l’appui de ladite information.

4. Existence de comportements et d’attitudes d’aliénation et de rejet de l’enfant envers le parent affecté

Les enfants qui vivent l’aliénation parentale ont des comportements et des attitudes très différents de ceux des enfants qui sont vraiment éloignés de l’un de leurs parents. Certains de ces comportements sont les suivants :

  • Diffamation du parent cible.
  • Utilisation de phrases ou de mots tirés directement du parent favorisé.
  • Absence de remords pour le traitement préjudiciable de l’autre parent.
  • Utilisation de raisons absurdes et sans fondement pour rejeter leur père ou leur mère.
  • Détermination des rôles chez les parents comme “bons” et “mauvais”.
  • Déni des influences extérieures pour aliéner l’un de leurs parents.
Un adolescent qui ignore son père dans la rue.

A propos de l’identification de l’aliénation parentale…

Face aux conflits dans les couples avec enfants, il est important d’identifier la présence d’une aliénation parentale. En effet, les enfants sont les plus touchés par cette situation et nous devons nous occuper d’eux avant tout.

Dans cet article, nous avons parlé un peu de ce syndrome et comment l’identifier le plus tôt possible. Enfin, il est crucial de savoir si cet enfant se sent rejeté parce qu’il a été victime d’abus ou parce que son parent n’a jamais été présent. Cela aidera à tracer les lignes entre les différents problèmes qui affectent le bien-être des mineurs.

This might interest you...
La séparation des parents, tout un défi pour les enfants
Être parents
Lisez-le dans Être parents
La séparation des parents, tout un défi pour les enfants

Il ne fait aucun doute que la séparation des parents est un grand défi pour les enfants. Voici quelques conseils pour surmonter cette épreuve.



  • Segura, C., Gil, M. J., & Sepúlveda, M. A. (2006). El síndrome de alienación parental: una forma de maltrato infantil. Cuadernos de medicina Forense, (43-44), 117-128. En internet: https://journals.copmadrid.org/apj/archivos/102994.pdf
  • Linares, J. L. (2015). Prácticas alienadoras familiares: el “Síndrome de Alienación Parental” reformulado (Vol. 141636). Editorial Gedisa.
  • Baker, A. (2018). Reliability and validity of the four-factor model of parental alienation. Journal of Family Therapy. Disponible en: https://doi.org/10.1111/1467-6427.12253