Les limites que le beau-père ou la belle-mère ne doivent pas franchir

· 6 janvier 2018
Une famille recomposée, c'est l'occasion pour tout le monde de vivre des expériences enrichissantes et de partager de l'amour. Mais tout n'est pas toujours rose. Souvent, le beau-père ou la belle-mère franchit sans penser à mal des limites qu'il ou elle ne devrait pas franchir.

8 limites que le beau-père ou la belle-mère ne doivent pas franchir pour une discipline saine

Avant de construire une relation de couple avec une personne qui a déjà des enfants d’une première union, il faut bien comprendre à quel point le lien entre les parents et les enfants est important. Ce lien doit rester solide pour que la famille recomposée soit saine. Les enfants ne doivent jamais se sentir abandonnés, surtout quand une nouvelle personne arrive dans la famille.

Il vaut mieux ne pas avoir des comportements invasifs pour éviter que la famille nucléaire ne se sente attaquée. Vous serez plus facilement intégré si vous n’essayez pas d’imposer votre volonté et votre mode de vie. Ne franchissez pas ces huit limites.

1. N’essayez pas de prendre la place du père ou de la mère. Que l’union précédente se soit terminée par un divorce ou un décès, vous ne devez pas essayer de remplacer la figure parentale. Même si vous aimez les enfants de votre conjoint comme si c’étaient les vôtres, ce ne sont pas les vôtres. Il faut respecter les méthodes d’éducation en vigueur dans la famille. N’exigez pas que l’on vous traite comme quelqu’un que vous n’êtes pas.

2. Ne frappez pas les enfants. C’est un comportement que vous ne devriez pas avoir avec vos propres enfants, mais c’est encore pire si ce ne sont pas les vôtres. Quand une personne fraichement arrivée dans la famille inflige à un enfant un châtiment corporel, cela peut détériorer leur relation de manière irréparable. Il faut apprendre à calmer son tempérament pour éviter ce genre de situation.

Le beau-père ou la belle-mère ne doit pas vouloir à tout prix imposer son autorité.

3. Ne vous imposez pas comme une figure d’autorité. Les enfants en bas âge, particulièrement entre cinq et six ans, sont peut-être plus disposés à accepter l’autorité du beau-père ou de la belle-mère. Mais les enfants en âge d’aller à l’école et les adolescents acceptent mal ce genre de comportement.

4. Ne vous mêlez pas des discussions entre votre conjoint et son ex. Cela peut être très tentant de prendre parti dans une conversation ou une dispute entre votre époux ou épouse et son ex, mais ce n’est pas la bonne chose à faire. Même s’ils ne sont plus ensemble, ils ont un lien important qui prévaut. En effet, ils ont des enfants ensemble. Le beau-père ou la belle-mère doit éviter de s’attribuer un rôle qui n’est pas le sien.

5. Ne vous mêlez pas non plus des discussions entre votre conjoint et ses enfants. Si vous voulez que votre relation avec votre conjoint et ses enfants perdure, il vaut mieux que vous les laissiez gérer les conflits à leur manière. Une remarque maladroite au mauvais moment peut générer du ressentiment et de la gêne dans le couple. Restez loin des moments de tension. Votre conjoint et ses enfants se débrouilleront sans vous.

6. Ne remettez pas en question l’autorité de l’ex de votre conjoint. Si les parents des enfants se sont mis d’accord sur certaines règles, vous ne devez sous aucun prétexte revenir sur ce règlement. Ce serait un manque de respect : vous n’avez pas la même relation avec ces enfants que leurs parents. Or le droit de prendre des décisions et de fixer les règles revient aux parents.

Le beau-père ou la belle-mère ne doit jamais infliger de châtiments corporels.

7. Ne critiquez pas l’ex de votre conjoint. Cela n’a pas d’importance que ce ne soit pas quelqu’un de bien ou qu’il ou elle ait commis des erreurs. Il ne faut pas critiquer un des parents des enfants. Cela pourrait entrainer des conflits majeurs et générer de la rancœur, non pas contre l’ex de votre conjoint, mais contre le beau-père ou la belle-mère. De plus, votre conjoint ou conjointe pourrait se sentir attaqué également.

8. Ne mettez pas la pression à votre conjoint et ne lui reprochez pas le temps qu’il passe avec ses enfants. Il faut trouver l’équilibre entre toutes ces limites à respecter et les moments que vous devez partager en famille. Cependant, n’oubliez jamais que les enfants auront toujours davantage besoin de leurs parents que vous. Respectez ces moments d’intimité et apprenez à les partager avec votre nouvelle famille recomposée.