Comment fonctionne le cerveau adolescent

Étant donné qu'il s'agit d'une étape intermédiaire entre l'enfance et la phase adulte, l'adolescence peut être une période complexe pour les jeunes. Comment fonctionne le cerveau adolescent et de quelle manière se développe-t-il ?
Comment fonctionne le cerveau adolescent

Dernière mise à jour : 15 janvier, 2021

La plasticité est l’un des principaux attributs du cerveau. Les connexions neuronales, surtout au cours des premières années, s’établissent et se multiplient par milliards au fur et à mesure que de nouvelles connaissances s’acquièrent. Le cerveau adolescent présente des changements inimaginables : découvrez-les dans cet article !

La période où le cerveau est le plus malléable s’étend de la naissance aux 20 ans, approximativement. Le cerveau adolescent a, en ce sens, un travail exigé et des caractéristiques singulières que les parents doivent connaître, au moins de façon superficielle.

Depuis le ventre maternel et tout au long de l’enfance, le cerveau se développe lentement. À l’adolescence, son développement se termine. Néanmoins, il reste une phase à conclure : la phase de maturation.

Processus de maturation du cerveau adolescent

Pour s’en faire une idée, la maturation du cerveau adolescent est très bien illustrée dans le film Vice-Versa (2015). Dans ce dernier, Riley, une jeune fille qui arrive à la puberté, déménage dans une nouvelle ville avec ses parents. Elle doit dire adieu à son ancienne vie ainsi qu’à ses amis.

L’histoire de ce film se déroule avec les émotions de la jeune fille en tant que protagonistes qui agissent et débattent à l’intérieur du cerveau. Ce cerveau se structure avec un centre de commandes central qui connecte les mondes de la famille, les jeux et l’enfance, entre autres.

Peu après le début du film, le cerveau de Riley plonge dans le chaos. La tristesse commence à s’emparer du présent et semble prendre le pas sur la joie, davantage liée au monde infantile.

Finalement, Riley laissera derrière elle certaines illusions du monde de l’enfance. Seuls quelques souvenirs demeureront, tandis que d’autres s’effaceront pour toujours. La joie revient ensuite et cohabite de façon harmonieuse avec les autres émotions, tristesse incluse.

En réalité, au cours de cette étape, une sorte d’« élagage neuronal » se produit. Il s’agit de changements structurels à travers lesquels la matière grise se transforme en matière blanche.

À l’adolescence, les connexions mutent ; certaines disparaissent définitivement et laissent leur place à d’autres. Il s’agit de connexions qui ne servent plus. Le cerveau adolescent s’en débarrasse en faisant un travail d’économies sans précédent.

Un couple d'adolescents.

Cette maturation, à l’adolescence, est localisée ; elle commence dans la nuque et se termine au niveau du front. Lorsque les adultes se demandent pourquoi les adolescents sont généralement aussi téméraires, l’inachèvement du processus de maturation est l’une des réponses.

En fait, la réorganisation neuronale laisse pour la fin la zone préfrontale, qui se charge du jugement, du contrôle des impulsions et de la prise de décisions, entre autres.

La croissance du cerveau adolescent

Comme cela se produit avec le reste du corps, le cerveau adolescent se développe selon les étapes propres à chaque personne. Les différentes parties du cerveau n’évoluent pas non plus de la même façon. La compréhension de ces divergences de maturation est aujourd’hui cruciale pour accompagner le développement émotionnel adolescent.

Par exemple, le cortex cérébral préfrontal (CPF), situé derrière la partie supérieure du visage, atteint sa maturation totale à 24 ans. L’amygdale cérébrale, au centre du cerveau, termine son processus maturatif bien avant.

Le cortex cérébral préfrontal est chargé de réguler l’humeur, les impulsions et la pensée abstraite. Ainsi, la possibilité de se projeter dans le futur est incluse dans une région qui n’a pas encore fini sa croissance.

« La réorganisation neuronale laisse pour la fin la zone préfrontale, qui se charge du jugement, du contrôle des impulsions et de la prise de décisions, entre autres. »

Conseils pour les familles d’adolescents

Même si tous les adolescents ne traversent pas ce processus de maturation de manière conflictuelle, il est vrai que « savoir ce qui leur passe par la tête » offrira un meilleur rendement à leurs activités. L’un des conseils les plus stimulants pour favoriser une croissance optimale du cerveau adolescent est qu’ils pensent au futur.

Une adolescente seule.

Quand l’adolescent a un plan pour la fin de ses études, cela signifie que la transition neuronale se fait de façon saine. Les adolescents qui planifient leur futur développent correctement leur pensée abstraite ; dans le futur, ils seront capables de gérer leurs émotions de manière efficace.

Il faut ici signaler que, parfois, les problèmes émotionnels ne sont pas liés au développement cognitif et neuronal. En cas de crise chez les jeunes, il faut avant tout évaluer la relation avec son environnement et son entourage ; la qualité de vie du jeune en question est aussi essentielle.

Enfin, il convient de souligner qu’un adolescent sain doit bien dormir et se nourrir. Il doit aussi être sociable et réaliser des activités gratifiantes. Si aucune de ces choses ne se produit, mettre en place un dialogue et demander de l’aide peuvent être de bonnes idées.

Cela pourrait vous intéresser ...
4 idées fausses sur l’adolescence
Être parentsLisez-le dans Être parents
4 idées fausses sur l’adolescence

L'adolescence est l'étape du développement qui souffre peut-être le plus de clichés, mais nous sommes là pour vous aider à y voir plus clair.



  • Casado, I. (2013). Adolescencia. FMC – Formación Médica Continuada En Atención Primaria. https://doi.org/10.1016/s1134-2072(04)75726-6
  • Iglesias Diz, J. L. (2013). Desarrollo del adolescente: Aspectos físicos, psicológicos y sociales. Pediatria Integral.
  • Hurlock, E. (1995). Psicología de la adolescencia. Psicología de la adolescencia.
  • Papalia, D., Wendkos, S., & Duskin, R. (2009). Psicología del desarrollo. De la infancia a la adolescencia. Psicologia del desarrollo.
  • Roa, A. (1982). La adolescencia. Revista Chilena de Pediatria.