Comment empêcher mon adolescent de boire de l’alcool ?

17 mars 2019
Boire de l'alcool peut être dû à différentes raisons. Certains adolescents sentent que la consommation d'alcool les rend plus sociables, désinhibés et avec plus d'énergie. Il s'agit toutefois d'un problème que les parents doivent affronter avec intelligence.

Le binge drinking (consommation rapide et intensive d’alcool), la publicité ainsi que les open bars favorisent la consommation d’alcool.

De nos jours, les jeunes sont capables d’ingérer quatre ou cinq boissons alcooliques en seulement deux heures. Certains d’entre eux se saoulent deux à quatre fois par mois et leurs parents se demandent : « Comment faire pour empêcher mon adolescent de boire de l’alcool ? ».

Face aux risques de la pratique de la beuverie et d’autres habitudes des jeunes, les parents se demandent : « Que puis-je faire pour éviter que mon adolescent ne boive de l’alcool ? ». Le premier conseil est de garder sa sérénité.

Le sujet doit être abordé entre les parents et les enfants, et en dernier lieu avec l’aide de spécialistes. Bien sûr, pas pendant l’effet de l’alcool. Si l’adolescent arrive ivre, il faut veiller à sa sécurité et attendre que l’ivresse soit passée. Ensuite, sans réprimandes ni menaces de punition, il faut dialoguer.

Mon adolescent boit de l’alcool !

Face à la question : « Que puis-je faire pour empêcher mon adolescent de boire de l’alcool ? », les experts suggèrent de visualiser les actions possibles à différentes phases de la consommation. Autrement dit, avant, pendant et après.

Comme mesure de prévention, les parents devraient fournir aux mineurs des informations pertinentes autour des effets négatifs de l’alcoolisme sur l’organisme. Ils peuvent également établir des règles et des modèles loin de la consommation conflictuelle.

Au cœur du problème, la communication et la tolérance sont fondamentales. Les parents doivent savoir si leurs enfants boivent de manière occasionnelle ou si, au contraire, ils en ont pris l’habitude.

Que consomment-ils ? Quelles sont les quantités ? Où et avec qui s’enivrent-ils ? Il s’agit là d’informations précieuses que seuls les jeunes peuvent nous donner. Le dialogue continu favorise un climat de confiance, de respect et de tolérance.

Boire de l'alcool à l'adolescence peut comprendre divers motifs.

Même après avoir adopté un modèle de consommation, les parents doivent être présent et ont l’obligation d’agir. Afin d’aider leurs adolescents à construire leurs projets de vie, ils doivent bien les connaître et savoir identifier leurs amitiés.

En effet, il est très important d’être attentif aux activités de nos enfants et des entourages qu’ils fréquentent. En ce sens, les alliances avec d’autres parents dans les mêmes conditions représentent des aides précieuses.

Attention aux signes avant-coureurs

Quelle que soit la cause de l’ivresse, que ce soit un manque d’expérience ou une dépendance aux effets de l’alcool, il faut tenir compte des signes avant-coureurs. Si la concentration et les réflexes de l’enfant diminuent, si les intérêts sont mis de côté, si le jeune dépense plus d’argent que d’habitude et augmente ses sorties, il peut y avoir des complications. Il est nécessaire de rester attentif et de savoir prévenir.

Peut-être que les camarades de classe ont gagné le respect des autres en se mettant à boire de l’alcool et votre adolescent veut en faire autant. Parfois, il essaie également de copier le comportement des personnes ou des proches qu’il admire. Boire de l’alcool peut comprendre divers motifs.

Certains adolescents sentent que l’alcool les rend plus sociables, désinhibés et puissants. D’autres y trouvent un moyen d’échapper aux problèmes émotionnels ou personnels. Même s’ils ne se laissent pas voir souvent avec la bouteille à la main, les jeunes auront des symptômes de mauvais caractère, de manque d’intérêt et de mauvaise humeur.

Il ne faut pas se bander les yeux. Les parents doivent savoir et accepter quand leurs enfants consomment de l’alcool. Ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront les aider. L’alcool et ses symptômes peuvent être repérer facilement.

« Les parents devraient fournir aux mineurs des informations pertinentes autour des effets négatifs de l’alcoolisme sur l’organisme »

Comment empêcher mon adolescent de boire de l’alcool?

Agir de manière brusque n’empêchera pas votre adolescence de boire de l’alcool. Au contraire, cela peut créer un état d’isolement et un manque de communication. Le jeune refusera tout simplement de communiquer les détails de ses soirées et cherchera des moyens de boire de l’alcool en cachette.

Les menaces et les punitions ne fonctionnent pas. Le respect mutuel, le renforcement positif, l’information pertinente ainsi que le bon exemple des parents permettent un meilleur accompagnement.

Les adolescents devraient être clairement informés de l’effet nocif de l’alcool et des autres drogues sur leur santé. Surtout sur le système nerveux central. La jouissance de quelques heures peut anéantir leur vie ou leur fonction organique en quelques minutes.

Par ailleurs, contrairement à ce que beaucoup pensent, boire de l’alcool ne résout pas les problèmes. Cela ne fait que les prolonger dans le temps.

Certains pensent que boire de l'alcool résout les problèmes émotionnels ou personnels.

Facteurs de risques à surveiller

Les parents d’adolescents doivent être conscients de certains facteurs de risques. Parmi eux, on trouve le manque d’information sur l’alcool et ses conséquences, la consommation élevée et habituelle d’alcool à la maison, l’absence de règles à la maison ainsi que le manque de respect entre les membres de la famille.

Lorsque l’alcool est au centre, surviennent alors des traits impulsifs, des frustrations, une faible estime de soi et une absence de pensée critique. Ce sont là autant d’aspects que les parents ne doivent pas laisser passer.

S’inquiéter n’est pas non plus la solution. Il faut plutôt s’en occuper après s’être posé la redoutable question : « Comment empêcher mon adolescent de boire de l’alcool ? ».