Combien de temps les enfants peuvent rester concentrés en fonction de leur âge

Il est normal que les jeunes enfants soient facilement distraits et incapables de se concentrer pendant de longues périodes. Nous vous disons ce qui est attendu pour chaque âge et comment utiliser ces informations.
Combien de temps les enfants peuvent rester concentrés en fonction de leur âge

Dernière mise à jour : 08 septembre, 2022

La capacité de concentration des enfants est un problème qui inquiète de nombreux parents. Voyant que leurs enfants se déconcentrent facilement, ils peuvent s’alarmer et se demander s’il y a un problème de déficit d’attention. La vérité est qu’il s’agit d’une capacité complexe qui se développe progressivement. Nous en exigeons parfois trop d’eux. Pour cette raison, il convient de savoir combien de temps les enfants peuvent rester concentrés en fonction de leur âge.

Cette inquiétude est légitime considérant que le TDAH fait de plus en plus parler de lui. Cependant, un enfant qui se déconcentre lorsqu’il lit, qui change fréquemment d’activités ou de jeux ou qui se lève tout le temps lorsqu’il fait ses devoirs n’a pas nécessairement de problème. Ce trouble est souvent surdiagnostiqué, même par les professionnels. Ainsi, avant d’étiqueter un enfant, il faut vérifier si sa capacité d’attention correspond à ce que l’on attend pour sa tranche d’âge.

Combien de temps les enfants peuvent-ils rester concentrés ?

L’attention et la concentration sont deux fonctions essentielles durant l’enfance puisque l’apprentissage en dépend. Les enfants acquièrent progressivement plus de contrôle sur leurs ressources attentionnelles et sont capables de rester concentrés plus longtemps. Néanmoins, cela dépend du développement et de la maturation du cerveau : ce n’est pas un processus qui peut être forcé.

Si vous souhaitez savoir combien de temps votre enfant devrait être capable de se concentrer, voici une estimation en fonction de son âge :

Première année

Au cours de la première année de vie, l’attention du bébé est fugace et inconstante. Le nourrisson peut se concentrer sur le visage ou la voix des personnes autour de lui, mais il est rapidement distrait par n’importe quel stimulus environnemental. Sa capacité de concentration ne dépasse pas 4 ou 5 minutes.

La capacité de concentration des bébés ne dure qu’entre 4 et 5 minutes. Ceux-ci se concentrent généralement sur la voix de leurs parents ou sur des stimuli environnementaux.

De 1 à 2 ans

À ce moment-là, les enfants ont tendance à être concentrés sur ce qui les intéresse ou sur ce qui les interpelle. Ils ne peuvent toujours pas contrôler intentionnellement leur attention et la concentration ne se maintient pas pendant plus de 6 à 8 minutes.

De 2 à 3 ans

À partir de ce stade, l’attention volontaire se développe. Le petit est déjà capable de contrôler où il place son attention. La capacité de concentration augmente également, mais elle est encore réduite et se situe autour de 10 ou 15 minutes.

De 3 à 4 ans

Le contrôle de l’attention s’accroît. Votre enfant, à cet âge, pourra déjà déplacer son attention à volonté et rester concentré pendant 15 à 20 minutes. Il réussira surtout si le stimulus ou la tâche lui plaît. Cependant, il peut facilement se fatiguer et avoir envie de changer d’activité si cette dernière ne lui plaît pas.

4 à 5 ans

À cet âge, un enfant peut être capable de se concentrer jusqu’à 25 minutes (bien que ce soit généralement moins). De plus, il commence à utiliser l’attention partagée, c’est-à-dire qu’il prête attention à divers aspects tout en se concentrant sur une tâche. Par exemple, il peut vous écouter et répondre à vos questions tout en jouant avec de la pâte à modeler.

De 6 à 9 ans

Déjà au stade scolaire, la capacité de concentration des enfants augmente considérablement. Un tout-petit de cet âge peut maintenir son attention sur une tâche pendant des périodes de 30 à 45 minutes. De plus, il peut délibérément s’occuper d’une tâche ou d’une activité, même si celle-ci ne lui plaît pas. Ce sont deux avancées très importantes pour pouvoir acquérir des apprentissages académiques.

Cependant, il est toujours possible que l’enfant soit distrait pendant des périodes de temps beaucoup plus courtes s’il s’ennuie. Lorsque cela se produit, cela peut vouloir dire qu’il a envie de changer d’activité ou qu’il a besoin de courtes pauses.

À partir de 10 ans, les enfants peuvent se concentrer plus longtemps. Ils peuvent même être distraits et se recentrer sur le sujet.

10 ans et plus

À partir de cet âge, les enfants et les jeunes sont capables de rester concentrés pendant des périodes de plus en plus longues, de 50 minutes à plus d’une heure. Malgré la distraction, ils sont capables de se recentrer et de poursuivre leur tâche. Cependant, comme pour les adultes, tout dépendra de l’activité. De plus, même à ce stade, des pauses mentales seront nécessaires.

Comment aider les enfants à rester concentrés

Comme vous pouvez le constater, la capacité des enfants à maintenir leur concentration augmente au fur et à mesure qu’ils grandissent. Ceci est lié à la maturation du cortex préfrontal, qui est une zone du cerveau qui ne finit de se développer qu’après l’adolescence. Ainsi, il convient d’être patient et conscient du moment évolutif dans lequel se trouve l’enfant afin de ne pas lui en demander trop.

Dans tous les cas, il existe certaines façons d’améliorer l’attention et la concentration des plus petits. Voici quelques exemples :

  • Favoriser la motivation. Des activités attractives et agréables éveillent davantage la curiosité et renforcent la concentration des plus petits. Il est donc intéressant d’essayer d’aborder les tâches d’une manière originale qui les motive à s’impliquer.
  • Tenir compte des rythmes circadiens et de l’état des besoins. Il y a certains moments de la journée où un enfant est plus concentré. S’il a sommeil, faim ou est irrité, sa concentration ne sera pas la meilleure. Ce ne sera pas le bon moment pour la travailler.
  • Faire attention à l’environnement. Si vous voulez que votre enfant reste concentré, il est important que l’environnement soit exempt de distractions et de stimuli non pertinents. Par exemple, avoir la télévision en arrière-plan ou le reste des frères et sœurs jouant dans la même pièce peut être très perturbant. Un espace désordonné, sale ou mal éclairé peut avoir le même effet.
  • Organiser les temps. L’objectif est de motiver les enfants à terminer la tâche qu’ils ont entreprise, mais il est fort possible qu’ils aient besoin de faire certaines pauses. On peut programmer ces dernières en fonction des informations ci-dessus concernant le temps de concentration selon l’âge. Après quelques minutes de repos, ils pourront reprendre leur tâche.

Enfin, nous ne pouvons pas ignorer l’effet que les écrans et la technologie ont sur les plus petits. Les dispositifs mobiles, les applications et les médias sociaux nuisent à leur capacité de concentration : il est donc important de limiter leur utilisation. Au contraire, certaines activités telles que l’exécution de techniques de respiration, le coloriage de mandalas, les puzzles ou le dessin stimulent cette fonction, ce qui en fait d’excellentes alternatives de divertissement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quelques astuces pour améliorer la concentration des enfants
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Quelques astuces pour améliorer la concentration des enfants

Comment améliorer la concentration des enfants ? De manière simple et facile à mettre en place dans le quotidien, nous vous donnons quelques consei...



  • Azócar, M.B; Campos, A.; Chacón, C.; Doggenweiler, S.; Pequeño, M. P. ; Rosas, D.; Vilela, A. y Weason, F. (2013). Proyecto de activación de la atención y concentración, mediante estrategias complementarias, como herramientas para el acceso al aprendizaje, para niños y niñas en su primera etapa de enseñanza básica. Universidad Andrés Bello. Facultad de Humanidades y Educación. Escuela de Psicopedagogía. Santiago de Chile.
  • García Peñas, J. J., & Domínguez Carral, J. (2014). ¿Existe un sobrediagnóstico del trastorno de déficit de atención e hiperactividad (TDAH)?.
  • Triskier, F. J. (2006). Algunas especulaciones respecto a las modificaciones neurobiológicas durante la adolescencia. VERTEX, Revista Argentina de Psiquiatría, 17(70), 424.