Astuces pour augmenter le liquide amniotique

Le liquide amniotique est produit naturellement sans aucun effort. Cependant, certaines situations exigent une production plus élevée. Nous vous en disons davantage.
Astuces pour augmenter le liquide amniotique

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Le liquide amniotique est un liquide salin qui se trouve à l’intérieur du sac amniotique (le sac qui protège l’embryon). Comment augmenter le liquide amniotique?

Cette substance, au sein de laquelle se développe le futur bébé, lui permet de:

  • Bouger sans que les parois du sac amniotique se conforment à votre corps.
  • Rester à l’abri des chocs, des mouvements brusques et des chutes que peut subir la femme enceinte.
  • Être entouré de la température dont il a besoin.
  • Fournir des glucides, des lipides, des protéines et de nombreuses autres substances aux premiers stades de développement.

Comme vous l’avez peut-être remarqué, le liquide amniotique est vital pour votre enfant. Par conséquent, nous souhaitons en parler davantage aujourd’hui.

Troubles du liquide amniotique

Le liquide amniotique est essentiellement un liquide que le bébé inhale et avale quand il se trouve dans l’utérus. Par ailleurs, le bébé expulse également des fluides par l’urine et la peau pour maintenir un échange de fluides adéquat.

Au fur et à mesure qu’il se développe et prend du poids, la substance qui le protège augmente également de volume, pour l’aider dans son développement constant.

Cependant, la quantité de liquide à l’intérieur du sac amniotique n’est pas toujours ce dont le fœtus a besoin.

Parfois à cause d’un excès (polyhydramnios) ou d’un trop peu (oligohydramnios), cette substance peut aussi être un problème pendant la grossesse et apporter de nombreuses difficultés.

Polyhydramnios

Polyhydramnios est le terme utilisé pour mettre en évidence une augmentation du liquide amniotique dans la poche qui entoure le bébé.

Ce tableau clinique survient lorsque le fœtus, que ce soit en raison de difficultés ou d’anomalies abdominales, pulmonaires, neuronales ou de toute autre nature, ne peut pas inhaler et avaler la quantité normale de liquide amniotique.

Dans d’autres cas, l’augmentation de la substance peut également être associée au diabète gestationnel de la mère. Ou à des grossesses multiples.

Bien qu’aucune grossesse avec un excès de liquide amniotique ne soit totalement sans risque, un grand pourcentage d’entre elles se concrétisent.

Oligohydramnios

Contrairement au polyhydramnios, l’oligohydramnios constitue une pénurie de liquide amniotique. Sa prévalence est plus fréquente au cours du premier trimestre de la grossesse. Mais elle peut également survenir à tout autre moment, même avant l’accouchement.

Une femme enceinte qui prend des médicaments.

Contrairement à une grossesse avec excès de liquide amniotique, celle qui présente un oligohydramnios est plus susceptible d’avoir des complications graves. Y compris avec une issue fatale.

Selon les statistiques, le taux brut de mortalité est élevé en raison du manque de ce fluide vital.

Par ailleurs, le manque de liquide amniotique peut:

  • Provoquer une hypoplasie pulmonaire (développement incomplet du poumon).
  • Provoquer un écrasement ou un prolapsus du cordon ombilical.
  • Comprimer l’abdomen du bébé et limiter le mouvement de son diaphragme.
  • Provoquer une atrésie de l’œsophage.
  • Favoriser la présence de méconium dans le liquide amniotique. Le méconium est une substance noire ou vert foncé qui constitue les premières matières fécales du fœtus. Cette viscosité se constitue des sécrétions de l’estomac et du foie du futur bébé ainsi que des cellules mortes.
  • Limiter la croissance du fœtus.
  • Provoquer une embolie du liquide amniotique.
  • Provoquer diverses anomalies fœtales et de nombreuses autres complications.

Le manque de liquide amniotique peut être causé par la rupture précoce des membranes du sac amniotique, qui permettent la fuite progressive du liquide.

Une autre cause peut être un défaut de l’utérus ou du col de l’utérus. Ou la propagation d’une infection bactérienne à un certain moment de la grossesse.

Ce trouble survient également lorsqu’il existe des anomalies des voies urinaires du futur bébé et des malformations du cordon ombilical.

Astuces pour augmenter le liquide amniotique

femme enceinte au cabinet du médecin

La quantité de liquide amniotique et la croissance normale du fœtus doivent être mesurées à chaque consultation de la femme enceinte avec son obstétricien-gynécologue. Cela se fait en mesurant son ventre (hauteur utérine) avec un ruban à mesurer ou par ultrasons, qui est la méthode la plus précise.

En cas de suspicion de présence d’oligohydramnios ou de polyhydramnios, le clinicien effectuera d’autres tests plus précis. Le traitement de cette affection dépendra de nombreux facteurs. Parmi lesquels se démarquent la gravité de la situation et l’âge gestationnel.

Le médecin peut étudier la possibilité d’effectuer une césarienne en raison de la diminution du liquide amniotique au cours des derniers mois de la grossesse. Un accouchement avec un liquide amniotique insuffisant peut présenter de multiples complications. Une césarienne prématurée est donc la meilleure option.

Si un oligohydramnios survient pendant le travail, du liquide peut être placé dans le sac amniotique pour prévenir la souffrance fœtale. Le personnel médical introduira une solution saline dans le sac à travers un cathéter. Cela permettra de réguler la fréquence cardiaque et permettra un accouchement correct.

D’autres recommandations…

Dans le cas où il est certain qu’il y a une pénurie de liquide amniotique, et qu’il n’est pas possible d’effectuer les procédures décrites, la femme enceinte doit suivre plusieurs recommandations pour augmenter la quantité de liquide. Parmi elles, il est important de mentionner:

  • Un repos strict: l’oligohydramnios peut générer une grossesse à haut risque dans les cas les plus sévères. L’une des mesures que le médecin indiquera est le repos absolu. Afin d’éviter d’éventuelles complications ou des pertes importantes de liquide.
  • L’administration d’antibiotiques et d’autres médicaments qui permettent l’augmentation des fluides: l’une des principales causes de cette affection sont les infections bactériennes. L’utilisation d’antibiotiques permettra donc d’en résoudre l’origine de manière définitive.
  • Hydratation intraveineuse: une étude récente a prouvé que l’hydratation parentérale avec des solutions hypotoniques augmente la quantité de liquide amniotique chez la femme enceinte. De cette façon, elle peut être utile dans le traitement et la prévention de l’oligohydramnios.
  • L’apport d’une grande quantité de liquides et la consommation de légumes et de fruits juteux (melon, orange, mandarine, raisin…).
  • Eviter la consommation de diurétiques: certains médicaments et herbes médicinales ont la capacité d’augmenter la filtration glomérulaire. Cet effet augmente la production d’urine. Ce qui va générer une plus grande perte de fluides et aggraver la situation. Cependant, il est toujours judicieux de consulter un spécialiste avant d’arrêter l’utilisation de tout médicament.
  • S’allonger sur le côté gauche: ce simple fait va améliorer la circulation sanguine et aider à augmenter la production de liquide amniotique.
Cela pourrait vous intéresser ...
Tout ce que vous devez savoir sur le liquide amniotique
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Tout ce que vous devez savoir sur le liquide amniotique

Le liquide amniotique est le liquide qui entoure le fœtus au cours de la période de gestation dans l'utérus de la maman. Découvrez-en plus ici.




Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.