Adolescents migrants, une réalité très courante

La jeunesse est une étape critique dans la vie d'un être humain. C'est pourquoi, la réalité des adolescents migrants ne devrait pas passer inaperçue. Lors de ces années ponctuées de multiples changements, le stress de changer de pays peut être déterminant pour la vie du jeune.
Adolescents migrants, une réalité très courante

Dernière mise à jour : 04 février, 2021

La migration génère un grand stress chez ceux qui la traversent, peu importe leur âge. Cependant, les jeunes constituent un groupe très vulnérable face à cette situation. Dans cet article, nous parlerons des adolescents migrants, qui représentent une réalité très courante.

Adolescents migrants: des problèmes d’identité

Lorsqu’une famille décide pour différentes raisons -comme le chômage ou la guerre- de partir vivre dans un autre pays, elle “emporte” avec elle une culture, une langue et des traditions qui sont certainement très différentes de celles du lieu où elles arrivent.

En fonction de l’âge des personnes, ce changement peut générer des conséquences qui, bien souvent, durent toute leur vie.

Nous ne parlons pas assez des adolescents migrants, car l’accent est généralement mis sur les bébés et les enfants. Toutefois, à ce stade crucial de notre existence, tout traumatisme, altération ou stress a des effets à court, moyen et long terme.

A quoi ressemble la vie des adolescents migrants ?

Parfois, les jeunes migrants s’unissent à d’autres ayant le même passé, car ils partagent de nombreuses expériences et sentiments. Cependant, dans d’autres cas, les adolescents doivent partager leur quotidien avec leurs pairs qui sont nés dans le pays qui est maintenant leur maison.

Dans ce cas, on parle de “déculturation et de crise dans la construction de l’identité”. Ce concept signifie que tout ce que l’on a appris dans l’enfance est banni. Maintenant que l’on construit sa personnalité pour l’âge adulte, il faut penser et agir comme le font les personnes du pays d’accueil.

Une adolescente dans ses pensées.

Tous les bouleversements présentent des conséquences. Il est donc primordial que les parents ou les proches soient présents durant le processus de migration chez un adolescent. 

A ce stade qui nous définit en tant que personne, une perturbation aussi profonde que celle de laisser son foyer, les amis et son pays, peut provoquer une instabilité difficile à contrôler. Cela se reflète alors dans le comportement de l’adolescent ainsi que ses résultats scolaires.

Déjà que les jeunes doivent faire face à de nombreux stress en termes de changements hormonaux ou de croissance. Si l’on ajoute à cela la situation traumatisante de devoir déménager dans un autre pays, il est facile de comprendre pourquoi un adolescent migrant peut devenir “complexe à éduquer”.

“A ce stade aussi crucial de notre existence, quelconque traumatisme, altération ou stress a des effets à court, moyen et long terme”

Comment aider les adolescents migrants ?

Si vous avez pris la décision de migrer, il est très important d’aider vos enfants à surmonter ces changements. Les adolescents souffrent énormément des déménagements, des séparations avec leurs amis, des changements d’école. Ou des adaptations à un nouveau quartier.

D’autre part, les symptômes peuvent être divers. Par exemple, la baisse des notes à l’école, ne pas s’entendre avec les autres jeunes. Ou se révolter contre les parents, etc.

Bien sûr, on peut dire que cela arrive à n’importe quel adolescent en raison du caractère unique de cette étape. Mais la vérité est que, si vous ajoutez un changement de pays à l’équation, il est nécessaire que les parents prennent les choses en main.

Selfie d'un groupe d'adolescents.

Comment accompagner un adolescent étranger ?

Il est fondamental d’accompagner les adolescents à traverser les bouleversements du mieux possible. La communication est la base, y compris lorsqu’ils ne veulent pas parler. Vous pouvez leur demander comment ils se sentent, ce qui leur manque de leur vie d’avant. Ou ce qui les dérange particulièrement dans leur nouveau foyer.

Même s’il n’est pas possible de revenir dans le pays d’origine pendant un certain temps, la technologie actuelle peut aider à réduire considérablement les distances et rester connectés avec les personnes que nous avons laissé dans le pays ou la ville d’origine. Encouragez l’usage de cet outil pour atténuer la mélancolie.

Une autre façon de les accompagner est de chercher des groupes d’appartenance dans lesquels les jeunes se sentent heureux et entourés. Cela peut être, par exemple, de déménager dans un quartier où il y a d’autres familles qui viennent également de l’étranger. Ou alors qui parlent la même langue.

Enfin, dans certains cas, il est préférable que l’adolescent suive une thérapie ou reçoive une aide professionnelle. Un psychologue peut être un soutien considérable pour un jeune qui tente de forger son destin et de préparer son avenir dans un endroit différent.

Cela pourrait vous intéresser ...
La crise de vocation chez les étudiants adolescents
Être parentsLisez-le dans Être parents
La crise de vocation chez les étudiants adolescents

La crise de vocation peut intervenir à tout âge, mais il ne faut pas oublier qu'elle peut aussi toucher les plus jeunes, et notamment les adolescen...



  • Aparicio, R., & Portes, A. (2014). Crecer en España: la integración de los hijos de inmigrantes. Obra Social” La Caixa”.
  • Briones, E., Tabernero, C., & Arenas, A. (2005). Variables psicosociales relacionadas con el proceso de integración social de los estudiantes inmigrantes. Cultura y Educación, 17(4), 337-347. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1174/113564005775133766
  • Etxeberría, F., & Elosegui, K. (2010). Integración del alumnado inmigrante: obstáculos y propuestas.
  • Luengo, M. Á., Villar, P., Sobral, J., Romero, E., & Gómez-Fraguela, J. A. (2009). El consumo de drogas en los adolescentes inmigrantes: implicaciones para la prevención. Revista Española de Drogodependencias, 34(4), 448-479. https://core.ac.uk/download/pdf/71004823.pdf
  • Pérez, E. B. (2010). La aculturación de los adolescentes inmigrantes en España: aproximación teórica y empírica a su identidad cultural y adaptación psicosocial (No. 99). Universidad de Salamanca.
  • Sipi, R. (2000). Las asociaciones de mujeres,¿ agentes de integración social?. Papers: revista de sociologia, (60), 355-364. https://www.raco.cat/index.php/Papers/article/viewFile/25582/25416