Adolescents du matin ou du soir : qu’est-ce qui les différencie ?

18 mars 2020
Le chronotype d'un adolescent a une grande influence sur son style de vie, ses horaires de sommeil et sa performance scolaire. Découvrons-le !

Nous connaissons tous des adolescents qui se réveillent tôt naturellement et avec l’esprit clair. Alors que pour d’autres, il est très difficile de se lever tôt, et il leur coûte énormément de récupérer leur lucidité au saut du lit.

Ces différences sont dues à notre chronotype, et pas seulement chez les adultes. Il existe aussi des adolescents du matin, et des adolescents du soir, avec des caractéristiques et des besoin différents.

De par leur jeune âge, et le fait qu’ils se trouvent sous notre responsabilité, les jeunes sont souvent sous pression et forcés à suivre des horaires strictes. On insiste pour qu’ils aient une routine déterminée et on les traite de paresseux quand ils n’arrivent pas à la mener à bien. Cependant, une partie de ce qui leur arrive est déterminé par des facteurs biologiques.

Adolescents du matin et du soir : deux chronotypes différents

Le chronotype est la prédisposition de chaque individu à expérimenter des pics d’activité et de repos à certaines heures de la journée. Il est basé sur la synchronisation du rythme circadien, un cycle physiologique de 24 heures qui régule notre organisme.

Ce cycle d’énergie est contrôlé la mélatonine, une hormone qui induit le sommeil et se libère dans l’obscurité. Par conséquent, cette dernière détermine les moment d’éveil ou de  somnolence. Cependant, nous ne sécrétons pas tous de la mélatonine pendant les mêmes heures.

Une jeune fille dormant devant sa tasse de café

Le chronotype du matin

Les adolescents qui se trouvent à l’intérieur de cette catégorie voient leur mélatonine libérée autour de minuit. C’est pour cela, qu’ils ont besoin de se coucher tôt et se réveillent avec l’esprit clair même s’ils se lèvent aux aurores.

Leurs heures de meilleure productivité se situent pendant la matinée et leur énergie va décroître à mesure que passe la journée. Finalement, quand vient la nuit, ils sont fatigués et trouvent le sommeil tout de suite. De manière naturelle, ils devraient dormir entre 10 heures du soir et 6 heures du matin.

Le chronotype du soir

D’un autre côté, chez les adolescents du soir, le pic de libération de mélatonine se fait beaucoup plus tard, jusqu’à 6 heures du matin. C’est pour cela qu’ils se réveillent somnolents, et ont besoin de beaucoup de temps pour arriver à se réveiller complètement.

De plus, leur énergie augmente pendant la journée jusqu’à arriver au moment de maximum performance, pendant la nuit. Pas étonnant, donc, qu’il leur soit difficile de trouver le sommeil tôt dans la soirée. On situe un horaire de sommeil naturel pour quelqu’un de ce chronotype entre 3 heures et 11 heures du matin.

Seulement 50 % de la population se trouve dans ces deux chronotypes extrêmes. L’autre moitié partage un chronotype intermédiaire.

L’adolescence et la tendance à être du soir

Malgré la prédisposition personnelle de chaque individu, il a été prouvé que pendant l’adolescence il y a une tendance générale à être du soir. A partir des 12 – 13 ans, les jeunes commencent à être plus actifs pendant la seconde moitié de la journée et à se sentir plus fatigués pendant les premières heures du jour.

Des adolescents en classe

Il est clair que la société est faite pour les gens du matin. Les horaires d’école obligent les jeunes à aller en classe et à passer des examens à des heures très matinales. Cela entre en confrontation avec la tendance de nos adolescents à être du soir :

  • Ils se réveillent somnolents et peu lucides. De plus, ils se voient obligés à passer des examens (et même être évalués) pendant ces moments peu propices.
  • Ils sont incapables de trouver le sommeil pendant la nuit, car leur énergie est au plus haut. Malgré cela, ils doivent tout de même se lever tôt. C’est pour ça qu’il est commun d’accumuler un grand manque de sommeil.
  • Ce manque de sommeil se compense pendant les week-ends, en dormant une grande quantité d’heures. Cela leur empêche d’établir une routine organisée de sommeil et affecte leur performance pendant la semaine.

Toutes ces situations affectent de manière spéciale ces adolescents dont le chronotype est essentiellement du soir, car ils se retrouvent inégaux en termes d’opportunités : leurs camarades du matin reçoivent une éducation et sont évalués pendant leurs heures de performance optimale, et eux non.

Adolescents du soir ou du matin : apprendre à les reconnaître et à les respecter

En conclusion, il faut connaître le chronotype de nos enfants pour comprendre leurs besoins. Si celui-ci reste éveillé jusqu’à des heures avancées de la nuit ou dort jusqu’au lendemain midi, sachez que c’est un processus normal de l’adolescence. De plus, s’il nous explique qu’il étudie mieux la nuit, croyons-le. Peut-être qu’il a un chronotype du soir.

Nous ne pouvons pas modifier les horaires qui régissent la société. C’est pour cela qu’il faut essayer de profiter de nos moments de plus grande lucidité pour être le plus productif possible.

  • Escribano-Barreno, C., & Díaz-Morales, J. F. (2013). Rendimiento académico en adolescentes matutinos y vespertinos. Revista Iberoamericana de Diagnóstico y Evaluación-e Avaliação Psicológica2(36), 147-162.
  • Henry-Benítez, M., Díaz-Mesa, E., Yelmo-Cruz, S., & Gracia-Marco, R. (2013). El cronotipo como modulador de los niveles séricos diurnos de melatonina. Actas esp. psiquiatr41(3), 149-153.