9 raisons pour lesquelles les enfants peuvent tarder à marcher

Les raisons pour lesquelles les enfants peuvent tarder à marcher sont nombreuses et variées. Tous les enfants n'ont pas le même niveau de développement et ne commencent donc pas à marcher au même âge. Nous vous expliquons certaines des raisons pour lesquelles ils prennent le temps de le faire.
9 raisons pour lesquelles les enfants peuvent tarder à marcher

Dernière mise à jour : 17 janvier, 2022

Il y a des enfants qui peuvent tarder à marcher sans aucun problème médical qui les en empêche. Dans la plupart des cas, ce retard de marche est uniquement dû au fait qu’ils vont un peu moins vite que les autres. Malgré tout, de nombreux parents s’inquiètent lorsque les premiers pas prennent du temps. Dans cet article, nous vous expliquons certaines des raisons qui justifient cet écart.

Vers 12 mois, la plupart des enfants commencent à faire leurs premiers pas sans aide. Cela ne signifie pas que tous les enfants commencent à marcher en même temps. En effet, il faut tenir compte du fait que chaque enfant est unique et qu’il en va de même pour son développement psychomoteur.

Alors quelles peuvent être les raisons de ce retard? On vous en parle dans cet article.

Problèmes à prendre en compte pour lesquels les enfants peuvent tarder à marcher

Avant d’expliquer les raisons pour lesquelles un enfant met plus de temps à marcher, il est important de prendre en compte les aspects suivants du développement normal:

  • Les enfants commencent généralement à marcher entre 10 et 18 mois.
  • Chaque enfant a un rythme différent. C’est pourquoi certains y parviennent avant et d’autres, plus tard.
  • Malgré les variations attendues, si un enfant commence à marcher trop tardivement, il est préférable de l’emmener chez le pédiatre pour évaluation et examen. De cette façon, il sera possible de détecter les conditions médicales qui justifient ce retard.

Quelques raisons pour lesquelles les enfants peuvent tarder à marcher

Découvrons maintenant les raisons qui peuvent justifier le retard du début de la marche.

1. Le bébé est un expert en rampant

Il y a des petits qui savent si bien ramper qu’ils n’ont pas besoin de commencer à marcher. De cette façon, ils arrivent où ils veulent et, en plus, ils se sentent davantage en sécurité. Détendez-vous, car petit à petit et à son rythme, il commencera à marcher.

Une jeune fille qui se déplace à quatre pattes.

2. Le bébé a un caractère calme

Lorsque l’enfant est calme, il est satisfait de ce qui est à sa portée et n’est pas pressé d’explorer le reste de l’environnement. Il passe généralement de longues périodes assis avec ses jouets et s’amuse très bien.

Cela ne doit pas nous inquiéter car, au fil des mois, sa curiosité augmentera et il commencera à marcher.

3. Il s’agit d’un enfant peureux

Si votre bout de chou est un enfant peureux, le plus normal est qu’il ait du mal à se mettre à marcher. Il se sent probablement plus en sécurité en rampant ou en se tenant à des objets lorsqu’il est debout. Il y a des enfants plus audacieux qui commencent à marcher plus tôt, tandis que les enfants craintifs ont généralement un peu plus de mal à lâcher prise.

4. Il a eu peur lors de son premier essai

Certains enfants ont tendance à chuter avant d’être vraiment prêts et cela leur laisse un sentiment négatif.

Il est normal que si votre enfant a eu une mauvaise expérience lors d’un premier essai, il prenne son temps et ait peur d’essayer à nouveau. Lorsqu’il sentira qu’il peut le faire en toute sécurité, il lâchera progressivement prise. En attendant, il préfère rester prudent.

5. Les progrès dans le développement psychomoteur sont plus lents

Il est impossible d’établir un âge fixe pour le début de la marche. Certains enfants commencent à le faire à 10 mois et d’autres ne le font qu’à 15 ou 18 mois. Les deux âges sont dans la normale.

Chaque enfant a un rythme de développement différent. Votre enfant a peut-être eu un développement psychomoteur plus lent qu’un autre depuis sa naissance et cela ne doit pas vous inquiéter. À long terme, il y parviendra.

Bien sûr, si vous constatez que cela prend plus de temps que la normale, vous devriez consulter le pédiatre pour écarter tout problème qui l’empêche de se conformer à cette nouvelle étape.

6. C’est un bébé prématuré

Les bébés prématurés ont tendance à se développer plus lentement que les bébés nés à terme. Par conséquent, on peut tout à fait s’attendre à ce qu’ils mettent un peu plus de temps à commencer à marcher.

7. Les enfants qui tardent à marcher: des causes génétiques

Un ou les deux parents peuvent avoir été lents à commencer à marcher. Plusieurs fois, certains traits de développement sont transmis de génération en génération.

8. Le bébé reçoit peu de stimulation

Un bébé en manque de stimulation, toujours attaché à sa chaise haute ou à sa poussette et qui passe beaucoup de temps à l’intérieur, peut ne pas ressentir le besoin d’explorer le monde et retarder ainsi l’envie de commencer à marcher.

Pour éviter cela, il est préférable de stimuler les enfants dès leur plus jeune âge. En les laissant seuls au sol avec quelques jouets à proximité, mais hors de portée.

Un bébé qui joue au sol.

9. Il s’agit d’un enfant qui reçoit toujours de l’aide

Si l’enfant tient toujours la main de maman ou papa, il s’y habituera et ne voudra plus lâcher prise pour marcher seul.

A propos des enfants qui tardent à marcher…

Enfin, comme vous pouvez le constater, ce sont quelques-unes des raisons pour lesquelles les enfants peuvent tarder à marcher. Dans la plupart des cas, nous ne devrions pas nous en soucier. Cependant, si nous constatons que ce schéma prend trop de temps, il est prudent de consulter le pédiatre. Le professionnel pourra évaluer s’il s’agit d’un problème de développement psychomoteur.

This might interest you...
Comment favoriser l’autonomie chez un bébé?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Comment favoriser l’autonomie chez un bébé?

Apprenez à favoriser l'autonomie chez un bébé avec ces conseils utiles et sûrs pour améliorer le développement de l'enfant...



  • Guachamín Simbaña, J. T. (2018). Revisión bibliográfica del efecto de la estimulación motriz gruesa en niños y niñas de 8 a 12 meses con retraso en el gateo (Bachelor’s thesis, Quito: UCE).

  • Gómez Gómez, A. (2012). Programa de estimulación temprana en niños y niñas de alto riesgo en retraso en el desarrollo psicomotor comprendidos entre 0 a 12 meses de edad. https://repositorio.una.ac.cr/handle/11056/11415