6 conséquences de l’absence de jeu chez les enfants

8 avril 2018
Le jeu est une source d'apprentissage pour les plus petits. Son absence pendant l'enfance peut provoquer des effets indésirables tels qu'une faible capacité d'autonomie ou de l'immaturité dans le développement émotionnel.

Le fait de jouer est très sain. Quand il joue, l’enfant explore le monde. Il imite les personnes plus âgées, teste des alternatives, expérimente, résout des problèmes, développe sa pensée et sa créativité. Un enfant qui joue sera certainement un adulte bien ajusté avec une bonne performance dans la vie. Au contraire, l’absence de jeu chez les enfants a un impact négatif sur leur avenir.

Les possibilités de jouer que les enfants ont sont de moins en moins nombreuses. Un problème qui se propage de jour en jour est celui des «enfants ayant un agenda». Ce sont des enfants qui vont d’une activité à l’autre tout au long de la journée et qui n’ont pas le temps de jouer.

L’école, les sports organisés, les langues, les danses, les arts martiaux, la musique et une foule d’autres activités remplissent le quotidien des plus petits. Ils arrivent à la maison épuisés et ne veulent alors plus jouer.

Ce sont des enfants qui n’ont pas le temps de jouer librement. Il faut donc que l’organisation familiale comprenne que jouer, c’est apprendre. En effet, le temps de jeu de l’enfant est fondamental pour son développement.

Les conséquences de l’absence de jeu chez les enfants

1. Le manque de créativité et d’imagination

La créativité est essentielle pour la vie. C’est la clé qui nous permet de résoudre des problèmes et de gérer différentes situations. Le monde que l’enfant crée lorsqu’il joue devient réel pour lui. De plus, à travers le jeu, la créativité de l’enfant se déploie. Il est démontré que l’absence de jeu chez les enfants entrave cette capacité qui permet la pensée originale.

Il est bon de savoir comment mettre fin aux crises des enfants

2. Un manque d’autonomie et d’indépendance

À mesure qu’il évolue et grandit, l’enfant doit se débarrasser de sa mère et de son père et acquérir une certaine autonomie. Le jeu est fondamental pour que cela se produise. En effet, dans les situations de jeu, l’enfant prend des décisions, résout des problèmes et agit sans qu’un adulte lui dise quoi faire. Par conséquent, en jouant, il développe une certaine autonomie.

Le jeu est un entraînement pour cette liberté individuelle. L’absence de jeu chez les enfants entraîne l’insécurité et la dépendance.

3. La timidité

L’enfant qui ne joue pas depuis qu’il est bébé est généralement timide et peu sûr de lui. Il doute de tout ce qu’il fait. Il aura aussi honte de toute situation dans laquelle il est exposé.

Très souvent, cette timidité est le produit de parents qui disent à l’enfant quoi faire toute la journée. En outre, ils le réprimandent quand les choses ne vont pas bien. Dans ces cas, on a des enfants qui n’ont pas de place pour jouer librement. Ils ne peuvent donc pas libérer leur énergie et leur potentiel, ou découvrir leurs talents.

Ce type d’enfant manque d’expérimentation et n’a pas la possibilité de sentir qu’il peut faire les choses qu’il envisage de faire.

« Il faut que l’organisation familiale comprenne que jouer c’est apprendre, et que le temps de jeu de l’enfant est fondamental pour son développement »

4. Des difficultés à communiquer avec les gens

Jouer contribue au développement des compétences sociales. La plupart des aptitudes sociales dont une personne a besoin pour réussir dans la vie sont acquises par le jeu dans l’enfance.

En jouant, les enfants apprennent à se contrôler, à négocier, à travailler en équipe, à attendre et à partager. L’absence de jeu chez les enfants génère alors des personnes isolées, centrées sur elles-mêmes et individualistes.

5. L’immaturité dans le développement émotionnel

Le jeu est essentiel pour le développement émotionnel des enfants. Le jeu imaginaire est fondamental, car grâce à lui l’enfant apprend beaucoup sur lui-même et peut projeter ses émotions sans limites. Il s’imagine surmonter les obstacles et les peurs et triompher dans les situations de risque. Ainsi, ces visualisations deviennent de véritables expériences qui l’enrichissent.

L’enfant se sent puissant et indépendant, ce qui favorise son équilibre émotionnel.

La tristesse pourrait provenir du manque de jeu dans l'enfance.

6.- Un mauvais caractère

Bien souvent, le mauvais caractère dont se plaignent tant les parents résulte du fait que l’enfant n’a aucune possibilité de jouer. Pendant le jeu, l’enfant libère ses tensions. Le jeu remplit une fonction cathartique. Par conséquent, l’absence de jeu chez les enfants amène cette diffusion à être canalisée par d’autres moyens.

Il existe une chose que alerte les psychologues : les jeux sur l’ordinateur et les consoles limitent beaucoup et enrichissent peu.  Par conséquent, bien que les jeux vidéo puissent être un complément, la chose fondamentale est le jeu libre, sans règles fixes. L’idéal est d’intercaler des moments de jeu individuels avec d’autres de moments partagés avec d’autres enfants.

 

 

A découvrir aussi