4 idées fausses sur l'adolescence

17 octobre, 2020
En tant que parents, les comportements de nos adolescents peuvent nous amener à avoir de fausses croyances sur ce qu'ils pensent ou ressentent, mais ces comportements font partie de leur développement.

Parfois, nous, les parents, ne savons pas comment interpréter certains des comportements de nos adolescents. C’est normal, car nous sommes confrontés à de nouveaux comportements que nous n’avons jamais vus auparavant. Ils peuvent nous amener à avoir de fausses croyances sur l’adolescence.

Face à certains comportements de nos enfants, nous ne devons pas faire d’interprétations hâtives, car nous pourrions tomber dans le “biais interprétatif”, c’est-à-dire que nous interprétons en fonction de nos besoins.

Croyances erronées sur l’adolescence

Les nouveaux comportements qui émergent chez nos adolescents peuvent nous amener à avoir de fausses idées sur certains aspects de l’adolescence. Examinons quelques-unes de ces croyances.

Un père parlant à sa fille.

Valoriser notre rôle de parent en fonction des comportements de nos adolescents

Nous, les parents, pouvons penser que notre enfant préfère aller avec ses amis plutôt qu’en famille, que notre opinion n’est pas valable parce que nous ne sommes plus importants dans sa vie ou que nous avons échoué d’une manière ou d’une autre à les faire se comporter ainsi. Mais rien n’est plus éloigné de la vérité.

Nous devons bannir de nos pensées de telles déductions, car le comportement de nos enfants n’est pas provoqué par nous, les parents. Il est important que nous réalisions qu’à ce stade de l’adolescence, les enfants ont besoin de se sentir acceptés par leur groupe de pairs et il est normal qu’ils veuillent aussi avoir des relations avec eux.

Au cours de cette étape, se produit ce qu’on appelle le “processus de différenciation”, c’est-à-dire que l’adolescent déplace ses affections vers un autre groupe différent de sa famille, et crée des liens avec des personnes de son âge, normalement, ce qui contribue à former sa personnalité et son identité.

Même si cela se produit, cela ne signifie pas que notre enfant ne veut pas être avec sa famille, mais qu’il a besoin de se sentir indépendant de ce noyau familial. Cette distance est nécessaire et normale pour son développement, même s’il est difficile pour nous, parents, de l’accepter.

Déduire de la réduction des signes d’affection que nos enfants ne ressentent plus d’affection envers nous

Ce n’est pas parce que notre adolescent n’est plus aussi aimant qu’autrefois qu’il ne nous aime pas. Ce comportement est normal à ce stade de développement, car les enfants recherchent également l’indépendance émotionnelle par rapport à leurs parents.

Nous devons donc bannir la pensée selon laquelle “il était affectueux et maintenant il ne l’est plus… Il ne nous aime plus de la même façon” ou “avant il nous embrassait et nous étreignait, et maintenant il ne veut plus, il semble qu’il ait honte, nous avons perdu son affection”.

Croire qu’ils ne sont pas capables de respecter et de suivre les règles, et qu’ils défient les adultes

À l’adolescence, les enfants recherchent la symétrie dans leurs relations avec les adultes. Lorsqu’il y a des arguments d’autorité de la part de leurs parents ou d’autres adultes, ils ne les acceptent pas et en doutent, car ils essaient de sentir qu’ils font partie des règles et des limites.

Cela ne signifie pas qu’ils cherchent à contester leurs parents, mais plutôt qu’ils ressentent le besoin de donner leur avis et de s’opposer à eux lorsque quelque chose ne semble pas juste. Dans cette situation, il est normal que les parents se sentent frustrés, mais cela ne doit pas nous empêcher de fixer des limites logiques et appropriées pour nos enfants.

Bien que les parents soient l’autorité, nous sommes aussi leur sécurité. Par conséquent, face à leurs refus et à leur opposition, nous ne devons pas penser que le problème vient de nous, mais de la recherche de leur indépendance.

Croire que les adolescents ne sont pas prêts pour le monde

Il est tout à fait normal que les parents s’inquiètent pour la sécurité de leurs enfants, car aucun parent ne souhaite qu’il arrive quelque chose de mal à son enfant. Mais c’est pendant l’adolescence que nous nous inquiétons le plus car ils sortent et font plus d’expériences, et c’est pourquoi ils peuvent être confrontés à certains dangers et risques.

Un groupe d'amis adolescents.

Néanmoins, les parents doivent leur faire confiance ; si nous leur avons transmis de bonnes valeurs, ils sauront prendre les bonnes décisions dans les nouvelles situations qu’ils rencontreront. Il faut surtout leur parler des dangers qu’ils peuvent rencontrer et de la manière de les gérer pour qu’ils ne tombent pas dans des comportements à risque.

En ce qui concerne les croyances erronées sur l’adolescence…

Comme vous l’avez vu, ces croyances erronées sur l’adolescence ne sont pas du tout exactes, et les connaître peut nous aider, nous les parents, à y faire face. Il est important que, durant cette étape, les adolescents se sentent compris et respectés, afin que la communication avec eux soit beaucoup plus facile.

N’oubliez pas qu’ils sont en plein développement de leur personnalité et à la recherche de leur identité, donc en tant que parents, nous devons les aider à gérer toutes ces émotions qu’ils ressentent et que, parfois, ils ne savent pas comment gérer.

  • Wilcox, B., & Robbins, J. (2016). Como abrazar a un erizo (1.a ed.). Urano.
  • Alberca, F. (2012). Adolescentes. Manual de instrucciones. Espasa.