10 questions sur la fécondation in vitro

Vous êtes sur le point de commencer un traitement de fertilité et vous avez beaucoup de questions à ce sujet? Dans cet article, nous répondons les plus fréquentes à propos de la FIV.
10 questions sur la fécondation in vitro
Marcela Alejandra Caffulli

Rédigé et vérifié par la pédiatre Marcela Alejandra Caffulli.

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2022

Depuis les années 1970, la conception d’un enfant hors de l’utérus est une réalité. En effet, sa fréquence est telle que nous avons déjà perdu de vue l’ampleur de l’étonnante découverte de Robert Edwards et de ses collègues. Aujourd’hui, des millions d’enfants viennent au monde grâce aux progrès de la médecine de la reproduction. On estime qu’entre 1 et 3 % des naissances vivantes en Europe et aux États-Unis ont été conçues par fécondation in vitro (FIV).

Le rêve d’être parent peut devenir réalité et c’est pourquoi nous souhaitons aujourd’hui répondre aux 10 questions les plus fréquemment posées sur ce sujet.

Fécondation in vitro, 40 ans à réaliser des rêves

En 1978, Louise Brown, le premier “bébé éprouvette”, conçu en laboratoire par FIV, arrive au monde. À partir de là, pour de nombreuses familles, l’histoire a commencé à changer et le rêve d’être parents est devenu réalité.

Nous savons que toute alternative prometteuse entraîne des peurs et des doutes. C’est pourquoi nous allons répondre aux questions les plus fréquentes qui se posent au sein des familles.

Concept d'embryon par fécondation in vitro.

1. Quelle est la technique de fécondation in vitro?

La FIV est une technique de fécondation assistée (FA) très complexe, qui spécifie trois étapes fondamentales de la reproduction:

  1. Obtention de l’ovocyte mature (gamète maternel), à partir de l’aspiration du follicule pré-ovulatoire de l’ovaire de la femme.
  2. La fécondation de l’ovocyte par le spermatozoïde (gamète paternel) : elle donne naissance à l’ovule ou à l’embryon.
  3. Le transfert de l’embryon dans la cavité utérine, pour achever sa gestation.

Ainsi, les spécialistes en médecine de la reproduction sont chargés d’exécuter une étape clé pour la création de la vie, lorsqu’il n’est pas possible de le faire naturellement.

2. A quel moment un couple doit-il envisager cette option?

Les techniques de FA, en particulier la FIV, sont des alternatives efficaces à la conception d’un bébé dans les cas où il y a des difficultés à y parvenir. Les raisons peuvent être des problèmes médicaux, comme l’infertilité, ou des problèmes sociaux, comme les familles monoparentales.

Le plus important est de consulter un spécialiste en reproduction assistée, afin qu’il évalue chaque cas en particulier et propose la méthode la plus appropriée.

3. Quelle est la probabilité de réussite de cette technique?

En général, les chances de concevoir naturellement sont de l’ordre de 20 % dans un jeune couple et en bonne santé. Mais en médecine, la question n’est pas mathématique. En effet, avec des tentatives successives, ce pourcentage diminue de mois en mois.

Dans le cas de la FIV, le taux de réussite dépend de nombreux facteurs, dont l’âge de la mère. Selon les données du National Institute of Health and Care Exelence au Royaume-Uni, le taux de natalité par FIV est d’environ 20 % lorsque la mère a 38 ans et tombe à 5 % lorsqu’elle atteint 42 ans.

Pour cette raison, l’institut britannique recommande d’effectuer au moins 3 cycles de FIV avant d’envisager un changement de stratégie.

4. La fécondation in vitro est-elle sans danger pour la mère et le bébé?

La FIV est une procédure suffisamment sûre pour être réalisée en cas de désir de maternité. Concernant la santé maternelle, des hypothèses ont été émises sur le risque de cancer du sein, de l’ovaire et de l’endomètre, en raison des niveaux élevés d’œstrogènes reçus pour la stimulation de l’ovulation. Cependant, le manque d’essais cliniques prospectifs et bien conçus à ce jour ne permet pas de l’affirmer.

En ce qui concerne le bébé, les preuves du risque de souffrir d’un problème de santé futur sont hétérogènes et assez controversées.

Certaines études de population ont montré que ces jeunes ont un risque légèrement accru de troubles génétiques, par rapport aux enfants conçus naturellement. Mais cela pourrait aussi être lié à la sous-fécondité maternelle, des études plus spécifiques sont donc nécessaires pour établir une relation causale.

5. Des anomalies génétiques peuvent-elles être détectées dans les embryons avant l’implantation?

Il existe une technique de dépistage des anomalies génétiques qui peut être réalisée sur les embryons avant leur implantation. Le but est d’éviter d’implanter un ovule avec un nombre anormal de chromosomes (aneuploïdie), mais pas de diagnostiquer un problème de santé particulier.

En fait, cette technique est réservée aux couples qui courent un risque accru de concevoir un enfant avec ce type de trouble génétique. Par exemple, âge maternel avancé (à partir de 35 ans) ou antécédents d’avortements répétés, bien que cette dernière condition soit contestée.

6. Vais-je avoir des jumeaux si j’opte pour la fécondation in vitro?

À l’heure actuelle, des techniques avancées sont disponibles qui permettent l’implantation de moins d’embryons, mais de meilleure qualité. Cela permet à une femme de réaliser une grossesse simple (d’un embryon) et d’arriver à terme normalement.

Dans les cas où plus d’un ovule doit être implanté, le maximum recommandé est de 4 embryons par cycle de FIV, en fonction de l’âge de la mère.

7. Que deviennent les embryons non implantés?

Selon la loi espagnole 14/2006, les embryons non implantés peuvent être réservés à différentes fins:

  • Cryoconserve pour une prochaine implantation.
  • Faire un don à des fins de reproduction.
  • Être affectés pour la recherche en médecine de la reproduction à des centres spécialisés.

Toutes les alternatives décrites nécessitent le consentement du (des) parent(s) et celui-ci devra être renouvelé de temps à autre. Après la période fixée par la loi pour la conservation des ovules, le processus cesse.

conservation des gamètes et des embryons.

8. Je n’ai pas de partenaire mais je souhaite être mère, est-il possible d’accéder à la fécondation avec un donneur?

Bien entendu. Par exemple, en Espagne, la loi sur la procréation assistée entérine le don de gamètes (ovocytes ou spermatozoïdes) ou de pré-embryons à titre gratuit et confidentiel. Ainsi, dans le cas d’une mère célibataire ou de familles monoparentales, cette option est valable pour concevoir un enfant.

9. Y a-t-il une limite d’âge pour la FIV?

De manière générale, il n’y a pas de limite légale ou éthique à la maternité. Cependant, les sociétés scientifiques recommandent que la grossesse ne survienne pas à des âges très avancés, car cela augmente le risque de pathologies de la grossesse. Par exemple, prééclampsie, diabète gestationnel ou problèmes placentaires.

10. Quel cadre réglementaire existe pour effectuer cette procédure en Espagne, par exemple?

La loi espagnole 14/2006 établit le cadre juridique nécessaire pour les pratiques de procréation assistée. Elle approuve l’utilisation des techniques de fertilité chez toutes les femmes d’âge légal, qui ont les facultés de décider par elles-mêmes.

N’abandonnez pas le rêve d’être maman avant l’heure!

Comme vous pouvez le voir, la maternité peut être possible grâce à la FIV. Si vous êtes prête à le faire, consultez les centres spécialisés de votre ville et commencez à réaliser votre rêve de devenir mère.

Cela pourrait vous intéresser ...
Jusqu’à quel âge peut-on être mère ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Jusqu’à quel âge peut-on être mère ?

Vérifier l'âge auquel vous pouvez être mère est une tâche compliquée, mais pas impossible à résoudre. De nos jours, la maternité est généralement u...



  • Ginsburg E, Racowsky C. In Vitro Fertilization. A Comprehensive Guide. Springer New York Heidelberg Dordrecht London. 2012. ISBN: 978-1-4939-4217-6
  • Bruna Catalán I, Coroleu Lletget B. Lo esencial en medicina reproductiva. Elsevier España. 2016. ISBN: 978-84-9113-098-7
  • Eskew AM, Jungheim ES. A History of Developments to Improve in vitro Fertilization. Mo Med. 2017 May-Jun;114(3):156-159. PMID: 30228571; PMCID: PMC6140213. Disponible en: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6140213/
  • Fishel S. First in vitro fertilization baby-this is how it happened. Fertil Steril. 2018 Jul 1;110(1):5-11. doi: 10.1016/j.fertnstert.2018.03.008. Epub 2018 Jun 13. PMID: 29908772. Disponible en: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29908772/
  • Society for Assisted Reproductive Technology website. Frequently asked questions. [Internet] https://www.sart.org/patients/frequently-asked-questions/
  • National Institute for Health and Care Exelence website. The importance of 3 full cycles of IVF. 2014. [Internet] https://www.nice.org.uk/news/blog/the-importance-of-3-full-cycles-of-ivf
  • Ethics Committee of the American Society for Reproductive Medicine: Oocyte or embryo donation to women of advanced age: a committee opinion. Fertil Steril. 2013; 100: pp. 337-340.
  • Carolan M: Maternal age>/=45 years and maternal and perinatal outcomes: a review of the evidence. Midwifery 2012; 29: pp. 479-489. Disponible en: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23159159/
  • Brinton LA, Scoccia B, Moghissi KS, Westhoff CL, Niwa S, Ruggieri D, et. al.: Long-term relationship of ovulation-stimulating drugs to breast cancer risk. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2014; 23: pp. 584-593. Disponible en: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24700523/
  • Hansen M: Assisted reproductive technology and birth defects: a systematic review and meta-analysis. Hum Reprod. 2013; 19: pp. 330-353. Disponible en: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23449641/
  • Ley 14/2006, de 26 de mayo, sobre técnicas de reproducción humana asistida. Disponible en: https://www.boe.es/buscar/act.php?id=BOE-A-2006-9292

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.