Voici ce que ressent le bébé lorsque vous pleurez de tristesse pendant la grossesse

Votre bébé peut ressentir votre tristesse pendant la grossesse. Découvrez comment les états émotionnels maternels affectent le développement prénatal.
Voici ce que ressent le bébé lorsque vous pleurez de tristesse pendant la grossesse

Dernière mise à jour : 15 décembre, 2021

L’expérience de votre bébé lorsqu’il est dans votre ventre est absolument liée à ce qui vous arrive. À ce moment-là, vous êtes tout pour lui. Vous êtes son contact le plus proche avec le monde extérieur et aussi avec son monde intérieur. Ainsi, le bébé ressent votre tristesse pendant la grossesse.

La science a démontré que, pendant la grossesse, votre bébé ressentait la même chose que vous et avec la même intensité. Et si vous pleurez de tristesse, votre bébé vivra directement cet état émotionnel ; il se sentira comme empli de cette tristesse et de cette angoisse.

Pendant la phase de grossesse, votre bébé se prépare à la vie et le fait à travers les messages que vous lui fournissez en tant que mère, explique Curt A. Sandman, l’un des scientifiques qui a participé à une étude récemment menée à l’Université de Californie. Cela montre que le changement de l’état mental de la mère influence le développement de son bébé avant et après la naissance.

Cette recherche prouve que, lorsqu’un bébé est dans le ventre de sa mère, il participe activement à son propre développement. D’autant plus qu’au cours de cette période, il collecte des informations pour la vie après la naissance. Et l’une des découvertes les plus impressionnantes des travaux scientifiques auxquels Elysia P. Davis et Laura M. Glynn ont également participé est que le bébé peut ressentir l’état psychologique de sa mère.

Le placenta reçoit les signaux hormonaux qui dérivent de la tristesse

Voici ce que ressent le bébé lorsque vous pleurez de tristesse pendant la grossesse
Au fur et à mesure que le bébé grandit, il reçoit constamment des messages de sa mère et ceux-ci ne se limitent pas seulement à écouter son rythme cardiaque ou à écouter la musique que sa mère met près de son ventre. Cela va plus loin. À ce stade, le bébé reçoit des signaux chimiques à travers le placenta, qui incluent l’état d’esprit de la mère. Les hormones que les mères produisent lorsqu’elles ressentent des émotions traversent le placenta.

 

Ainsi, si la mère est gravement triste ou déprimée pendant la grossesse, le bébé le ressent. Cet état émotionnel affecte leur développement pendant une grande partie de leur vie. À long terme, avoir une mère dépressive pourrait entraîner des problèmes neurologiques et des troubles psychiatriques, explique Sandman.

De plus, la même équipe de scientifiques a découvert, dans une étude précédente, que les enfants plus âgés dont les mères étaient anxieuses pendant la grossesse, ce qui est souvent un symptôme de dépression, présentent des différences dans certaines structures cérébrales. Cependant, des décennies d’études seront nécessaires pour déterminer exactement ce que signifie avoir une mère dépressive pour la santé à long terme d’un enfant.

Les changements émotionnels pendant la grossesse influencent le développement émotionnel du bébé

C’est un fait : le changement de l’état mental d’une mère peut influencer le développement de son bébé avant et après la naissance. Mais, en plus, on estime qu’une femme sur quatre souffre de troubles de santé mentale pendant la grossesse. De nombreux enfants en subiront donc les conséquences à court et à long terme.

C’est pourquoi l’idéal, dans ce type de cas, est de traiter la dépression prénatale, une maladie que la science connaît bien. Néanmoins, le problème est que, selon les scientifiques, les femmes passent rarement une évaluation psychologique ou psychiatrique avant la naissance de leur bébé.

La chose la plus recommandée pendant la période de grossesse est que la mère ait un état émotionnel équilibré, qu’elle se sente calme. Cela permettra au bébé de mieux se développer.

Selon l’étude, ce qui affecte le plus le développement de l’enfant est la fluctuation persistante de l’état émotionnel de la mère. Le bébé finit également par être déséquilibré lorsqu’il ressent les courtes périodes de bonheur de sa mère, puis lorsque celles-ci se transforment de manière inattendue en tristesse ou en stress. Ces déséquilibres affectent le développement du bébé pendant et après la grossesse : c’est pourquoi il est essentiel d’avoir un équilibre émotionnel.

Par ailleurs, un groupe de psychologues prénataux assure que le bébé, en plus de percevoir les sentiments de sa mère, perçoit aussi ses pensées, qui influencent également la façon dont il se construit.

En ce sens, le bébé d’une mère qui n’a pas souhaité sa grossesse ressent le rejet qu’elle éprouve pour lui, ce qui crée des problèmes affectifs futurs.

Idéalement, lors de cette étape importante, où des liens si étroits se créent avec le bébé, essayez de vous sentir calme. Évitez à tout prix d’éprouver du stress ou des sentiments négatifs. Pour cela, vous pouvez effectuer des exercices de méditation, de relaxation ou de yoga. Ils peuvent tous vous aider à surmonter l’anxiété et la tristesse. Et, bien sûr, n’oubliez pas que vous pouvez demander l’aide d’un professionnel pendant cette étape.

This might interest you...
Les conséquences du stress pendant la grossesse
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Les conséquences du stress pendant la grossesse

Une grossesse apporte son lot de joies et de surprises mais aussi parfois du stress. Quelles sont les conséquences du stress pendant la grossesse ?



  • Change in mother’s mental state can influence her baby’s development before and after birth. (2011, 9 noviembre). Association for Psychological Science – APS. Recuperado 2021, de https://www.psychologicalscience.org/news/releases/a-fetus-can-sense-moms-psychological-state.html#.WLfiwRI19jQ
  • Howard, L. M., Ryan, E. G., Trevillion, K., Anderson, F., Bick, D., Bye, A., … & Pickles, A. (2018). Accuracy of the Whooley questions and the Edinburgh Postnatal Depression Scale in identifying depression and other mental disorders in early pregnancy. The British Journal of Psychiatry212(1), 50-56.