Virus du papillome humain et grossesse

· 19 décembre 2018
Bien que de nombreuses personnes parviennent à éliminer le virus du papillome humain naturellement et sans majeures complications, sa présence pendant la grossesse exige une très grande attention.

L’on estime qu’il existe près de 200 types de virus du papillome humain (VPH) dont 40 se transmettent par voie sexuelle, en touchant les parties génitales. La plupart des personnes atteintes par le VPH éliminent celui-ci sans souffrir de conséquences à long terme.

En revanche, la relation entre le virus du papillome humain et la grossesse est en général une source de préoccupation. Sachez-en plus sur les aspects en lien avec cette condition, les risques possibles et sa prévention dans cet article.

Qu’est-ce que le virus du papillome humain ?

C’est une maladie virale très commune qui se transmet par voie sexuelle. On peut le remarquer grâce des verrues génitales et dans quelques cas, par un cancer. Elle se transmet via les relations sexuelles orales, vaginales ou anales avec une personne contaminée.

En règle générale, cette maladie ne montre pas de signes de sa présence dans l’organisme. Cependant, au fil du temps, les symptômes suivants peuvent apparaître :

  • Présence de verrues dans les parties génitales, anus, rectum, scrotum, vulve ou aine. Elles peuvent également s’étendre à d’autres zones. Les verrues peuvent être plates, petites, grandes et en forme de chou-fleur.
  • Chez les femmes, des troubles sur les tissus du col utérin, qui parfois, peuvent disparaître ou entraîner des conséquences comme le développement d’un cancer.

Lisez également :
Les maladies les plus fréquentes pendant la grossesse

Une femme enceinte éprouve des douleurs Virus du papillome humain et grossesse : existe-t-il un risque ?

Si vous souffrez du virus du papillome humain et que vous êtes enceinte, la taille ou le nombre de verrues peut augmenter. Cela est dû aux troubles hormonaux qui peuvent diminuer les défenses du corps ou à l’augmentation des sécrétions vaginales.

Néanmoins, il est improbable que cela puisse affecter le développement normal de la grossesse. Il existera toujours le risque minime de transmettre la maladie à l’enfant.

Considérations générales du virus du papillome humain et de la grossesse

Il est indispensable que vous disiez à votre obstétricien si vous souffrez ou avez souffert de verrues causées par le VPH. Ainsi, votre maladie sera correctement surveillée et l’on empêchera son développement. En outre, vous pouvez prendre en compte les considérations suivantes :

  • Vous pouvez faire un examen pour diagnostiquer d’éventuelles lésions.
  • Vous pouvez opter pour un accouchement vaginal dans le cas où il n’existe pas trop de condylomes qui obstruent la filière pelvi-génitale. Sinon, vous aurez besoin d’une césarienne.
  • Dans le cas de la présence du VPH pendant la grossesse, vous n’aurez besoin que de contrôle. En effet, les verrues pourraient disparaître après l’accouchement.
  • Votre médecin pourra décider d’ôter les verrues avec des techniques peu invasives -qui n’affectent pas la grossesse. Il peut également également évaluer l’avancement via une colposcopie.
  • Évitez d’utiliser des lotions ou des produits spéciaux contre les verrues.

Que peut-il se passer si le bébé est contaminé ?

Bien que cela soit peu probable, si votre bébé est contaminé par le virus du papillome humain, son organisme éliminera le virus naturellement.

Une femme enceinte se repose près d'une fenêtre

Il existe quelques cas très extrêmes. Le bébé pourrait ainsi présenter des excroissances dans la gorge. On nomme ce phénomène « papillomatose respiratoire ». Le traitement au laser est alors indispensable pour éliminer les verrues et libérer les voies respiratoires.

« Le virus du papillome humain est une maladie virale très commune qui est transmissible sexuellement. »

Prévention du virus du papillome humain

Prévenir est la meilleure manière de prendre soin de sa santé. Pour éviter la contagion de cette pathologie, vous pouvez suivre les conseils suivants :

  • Maintenir des relations sexuelles avec un(e) seul(e) partenaire, qui fera de même.
  • Utiliser des préservatifs, cela réduit considérablement le risque de souffrir d’infections sexuellement transmissibles.
  • Vaccinez-vous avec le consentement du médecin après l’accouchement. Il existe deux types de vaccins contre les VPH à haut risque : les types 16 et 18.

En conclusion, la réunion du virus du papillome humain et la grossesse n’entraîne pas de risque particulier pour les parties impliquées.

Il existe cependant une plus grande prédisposition de contracter le virus pendant la grossesse. Un bon système immunitaire vous aidera à éliminer l’infection. L’idéal est de maintenir un bon contrôle et de prévenir efficacement la maladie.