Règles irrégulières pendant l’allaitement

· 24 août 2018
Les irrégularités dans le cycle menstruel sont dues aux modifications qui se produisent dans le corps de la mère pendant l'allaitement. En principe, il s'agit d'une situation tout à fait normale. Celle-ci se résoudra avec le temps.

Les règles irrégulières pendant l’allaitement est une situation complètement normale. Après la grossesse et pendant l’allaitement, il est habituel que les premières ovulations présentent des irrégularités et tardent à avoir lieu.

Ces irrégularités dans le cycle menstruel ne sont dues à aucun trouble important. L’organisme a besoin de se ré-adapter à son état originel et de récupérer après neuf mois de changements.

Il peut arriver que pendant l’allaitement, des cycles menstruels très différents s’alternent. Certaines femmes après l’accouchement n’ont pas de règles pendant cinq ou six mois, voire plus.

Chez d’autres personnes, les cycles menstruels normaux s’alternent avec d’autres qui ne paraissent obéir à aucun rythme. Le gynécologue déterminera si tout est normal dans le corps. Si c’est ainsi, le problème des règles irrégulières se résoudra avec le temps.

Symptômes des règles irrégulières pendant l’allaitement

En général, les cycles menstruels pendant l’allaitement présentent les signes typiques qui suivent :

  • Règles plus douloureuses et abondantes que celles antérieures à la grossesse.
  • Des symptômes pré-menstruels apparaissent : douleur à l’abdomen, vomissements, vertiges.
  • Apparition de « lochies ». Les « lochies » sont des pertes de sang, de caillots, de tissus et de débris de muqueuse produits pendant la grossesse.

« Bien que les règles soient irrégulières, l’ovulation est possible. Ainsi, la femme peut tomber enceinte. »

Les règles irrégulières pendant l’allaitement : données intéressantes

La prolactine, la composition hormonale et physique de la femme sont des facteurs déterminants en ce qui concerne les règles irrégulières. Différentes femmes possèdent des niveaux distincts de prolactine. Cette dernière est l’hormone qui provoque les irrégularités dans le cycle menstruel.

La prolactine augmente pendant l’allaitement. En effet, c’est elle qui permet la production de lait maternel. En même temps, elle inhibe la synthèse des hormones sexuelles dans les ovaires. Ainsi, les règles disparaissent ou adoptent des cycles très instables.

L’état physique général de la femme influe également sur la prolactine. Par conséquent, le type et la durée des irrégularités variera également d’une femme à une autre.

De même, la fréquence et la durée des prises du bébé auront un impact sur la production de prolactine. Les bébés qui tètent très fréquemment et en grande quantité provoquent une augmentation de la prolactine. Ainsi, le corps de la femme doit produire plus de lait pour satisfaire son bébé. Étant donné que l’hormone augmente, il est possible que les irrégularités menstruelles s’accentuent.

Un autre aspect important est que, bien que les cycles soient irréguliers, l’ovulation peut se produire. Les premières règles après l’accouchement sont un signe que le système reproductif est en train de retourner à la normale. La femme peut ainsi tomber enceinte.

C’est une erreur de croire qu’il ne se produit pas de grossesse pendant l’allaitement. Certes, le niveau de fertilité diminue mais il n’est pas complètement nul. Si la femme ne veut pas tomber enceinte à cette période, elle devra utiliser des méthodes contraceptives compatibles avec l’allaitement.

Peut-on accélérer le retour à la normale des règles ?

En réalité, ce n’est pas possible. Le processus est naturel et le retour à la normale surviendra quand le corps de la femme aura récupéré son état antérieur à la grossesse.

Néanmoins, il existe quelques suggestions qui font que la femme se sente plus détendue et moins inquiète de ces symptômes :

  • Le rythme du bébé. Si le bébé dort plus de quatre heures de suite le jour et plus de six heures la nuit, il est probable que les irrégularités diminuent. De même, si le bébé consomme des aliments solides, cela influera. En effet, il boira moins de lait maternel. Par conséquent, la prolactine diminuera.
  • Bien se reposer. Le repos est essentiel pour l’allaitement et pour que l’organisme de la femme récupère.

  • Ne pas fumer. Le tabac est toujours nuisible pour le corps humain. Les préjudices s’accentuent quand l’organisme est encore affecté par les neuf mois de la grossesse.
  • Boire beaucoup d’eau. L’hydratation calme l’anxiété. L’eau permet au corps de se libérer des toxines nocives.
  • Maintenir un régime équilibré.
  • Éviter le stress. Vivre cette période tranquillement.
  • Inclure des pratiques de méditation comme le yoga. Cette activité sera relaxante et centrera les pensées de la femme sur sa relation avec son fils et son partenaire.

Vous devez profiter de la  période de l’allaitement. En effet, c’est à ce moment que se créera un lien avec l’enfant qui vous marquera tous les deux pour toujours. Ainsi, il faut que la femme cesse de s’inquiéter des anomalies de ces cycles menstruels. C’est juste une question de temps avant que celles-ci disparaissent.