Qu'est-ce que le jeu libre chez l'enfant ?

Le jeu libre est très important pour le développement de l'enfant. Il enseigne comment faire face à l'imprévu et avoir une interaction positive avec les autres.
Qu'est-ce que le jeu libre chez l'enfant ?

Dernière mise à jour : 01 décembre, 2020

Le jeu libre est un jeu sans règles prédéterminées, non structuré. Il n’y a pas d’équipes organisées, pas d’uniformes, pas d’entraîneurs ou de coaches. Il est spontané, souvent inventé sur place, et change au fil de la journée.

C’est par exemple le genre de jeu que vous voyez quand des chiots se poursuivent autour d’une cour en cercles interminables. Mais c’est aussi le cas lorsqu’un groupe d’enfants joue pendant des heures dans un fort qu’ils ont créé à partir de vieilles boîtes.

Le jeu libre est amusant, sans aucun doute. Cependant, les recherches scientifiques nous révèlent également qu’il est d’une importance vitale pour le développement du corps et du cerveau des enfants. L’un des meilleurs moyens d’encourager les jeux libres chez les jeunes enfants est de leur fournir des jouets ouverts. C’est à dire des jouets qui peuvent être utilisés de multiples façons.

Le jeu libre est important dans l’enfance

Voici quelques raisons pour lesquelles le jeu libre est crucial pour les enfants. Vous comprendrez ainsi pourquoi il est important pour vous, en tant que parent, d’encourager ce type de jeu dans le quotidien de vos enfants.

Un enfant jouant au parc de jeux.

Le jeu libre modifie la structure du cerveau de manière importante

Le jeu modifie la structure du cerveau en développement de manière importante. En outre, il renforce les connexions des neurones (cellules nerveuses) dans le cortex préfrontal. C’est la zone du cerveau considérée comme le centre de contrôle exécutif pour la résolution des problèmes, l’élaboration de plans et la régulation des émotions.

Le jeu libre implique l’essai de différentes stratégies sans but particulier ni conséquences graves. Ainsi, les enfants et certains animaux peuvent pratiquer différentes activités pendant le jeu et voir ce qui se passe. Le jeu libre enseigne comment faire face à l’inattendu. C’est une compétence d’une grande importance dans le monde incertain d’aujourd’hui.

Le jeu active tout le néocortex

L’expression des gènes (qu’un gène soit actif ou non) est affectée par de nombreuses choses dans notre vie. Parmi elles, il y a notre environnement et les activités auxquelles nous participons. Jaak Panksepp, professeur à l’université de Washington, a étudié le jeu des rats, ce qui lui a valu le surnom de “chatouille de rat”.

Il a découvert que même une demi-heure de jeu affectait l’activité de nombreux gènes différents et activait la partie externe du cerveau du rat appelée néocortex. Cette zone du cerveau est utilisée pour des fonctions supérieures telles que la pensée, le langage et le raisonnement spatial.

Nous ne savons pas avec certitude si cela se produit chez les êtres humains, mais certains chercheurs pensent que c’est probablement le cas.

Le jeu libre apprend aux enfants à interagir positivement avec les autres

On pensait que jouer avec les animaux était une simple pratique pour qu’ils deviennent des chasseurs plus efficaces. Cependant, l’étude du Dr Panksepp sur le jeu des rats l’a amené à conclure que le jeu avait une fonction complètement différente.

En effet, il s’agit d’apprendre aux jeunes animaux à interagir avec les autres de manière positive. Il pense que le jeu aide à développer un cerveau prosocial.

Les enfants qui jouent sont souvent de meilleurs élèves

Les compétences sociales acquises par le jeu peuvent aider les enfants à devenir de meilleurs élèves. En effet, des recherches ont montré que le meilleur indicateur des résultats scolaires était les aptitudes sociales de l’enfant.

Le Dr Pellis note que “les pays qui ont plus de récréation ont tendance à avoir de meilleurs résultats scolaires que les pays où la récréation est plus courte.

Des enfants courent au parc avec des déguisements de fée.

Le jeu libre fait bouger les enfants

Nos enfants font trop peu d’activité physique et cela nous inquiète tous en tant que parents. En effet, ils passent une grande partie de leur temps collés à leurs appareils électroniques et seuls leurs pouces font de l’exercice.

Le jeu libre implique de bouger tout le corps. En effet, il s’agit de courir dans le jardin ou de grimper aux arbres. Mais aussi de jouer dans des structures de jeu commerciales dans les écoles ou les parcs publics.

L’activité physique aide les enfants à maintenir un poids sain. En outre, il combat le développement du diabète de type 2. Cette maladie très courante chez les enfants augmente la sensibilité de l’organisme à l’insuline, une hormone.

Dans le monde d’aujourd’hui, il est tentant pour les parents et les enfants de remplir chaque minute de leur journée avec des activités structurées. Ces activités vont des cours de langue après l’école à la pratique du football et du basket-ball. Mais aussi un large éventail de cours spécialisés et de colonies de vacances le week-end et pendant les vacances d’été.

Nous ne nous souvenons pas souvent d’avoir eu du temps pour des jeux libres. Du temps pour que les enfants se réunissent sans rien de planifié. Et surtout, se retrouver sans but particulier en tête, si ce n’est de s’amuser. Pourtant, cela, pendant l’enfance, est très important.

Il est au même niveau d’importance que l’apprentissage du contenu académique. Alors, si vous voulez que vos enfants aient un bon avenir, laissez-les jouer à des jeux libres, non structurés !

Cela pourrait vous intéresser ...
Alternatives de jeux à l’usage des écrans
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Alternatives de jeux à l’usage des écrans

Pour les parents qui désirent trouver des alternatives de jeux à l'usage des écrans, cet article vous propose quelques bons exemples.



  • Gruss, L., Rosemberg, F. (2017) Los Niños y El juego. La Actividad Lúdica De 0 A 5 años. Editorial: Ediciones Continente.
  • Hamilton, J. (2014). Scientists Say Child’s Play Helps Build A Better Brain. Heard on morning edition. https://www.npr.org/transcripts/336361277?t=1597223524179
  • Caprara, G. V., Barbaranelli, C., Pastorelli, C., Bandura, A., & Zimbardo, P. G. (2000). Prosocial foundations of children’s academic achievement. Psychological science11(4), 302-306. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11273389/