Quels sont les signes de l'autisme et comment les détecter?

L'évolution favorable de la condition autistique est renforcée s'il y a un diagnostic opportun. Voici les comportements que les parents devraient connaître.
Quels sont les signes de l'autisme et comment les détecter?
Marisol Rendón Manrique

Rédigé et vérifié par la maîtresse Marisol Rendón Manrique.

Dernière mise à jour : 30 septembre, 2022

Il est naturel qu’en tant que parent vous ne vouliez pas penser que votre enfant a un problème quelconque, mais quand on parle d’autisme, mieux vaut le dépister rapidement, dans la mesure du possible, avant 18 mois. Il est nécessaire de garder à l’esprit quels sont les signes les plus évidents de l’autisme.

Si l’autisme est diagnostiqué à un âge plus avancé, ne vous découragez pas, le traitement peut être effectué à n’importe quel stade. De plus, les effets de ce trouble peuvent être considérablement réduits et aider votre enfant à grandir et à mieux apprendre.

Qu’est-ce que l’autisme?

Avant d’évoquer quels sont les principaux signes de l’autisme, il faut commencer par savoir en quoi consiste ce trouble. En partageant des signes avec d’autres conditions qui affectent le développement normal des enfants, l’autisme peut être facilement confondu. Cependant, en termes simples, l’autisme implique un groupe de troubles du développement cérébral. Ses caractéristiques sont déterminées à différents niveaux.

L’autisme peut se manifester par des difficultés à interagir socialement, à produire un langage verbal et non verbal. Un autre de ses principaux signes est l’exécution de comportements répétitifs.

Signes d’autisme chez les jeunes enfants:

Voici les actions qui sont difficiles, voire inexistantes, chez les enfants autistes:

  • Pas d’établissement de contact visuel (lorsque vous lui parlez, lorsque vous le nourrissez ou jouez avec lui).
  • Aucun sourire quand d’autres personnes proches lui sourient.
  • Pas de réponse lorsque quelqu’un appelle son prénom ou lorsqu’il entend une voix familière.
  • L’enfant autiste ne suit pas visuellement les objets que vous lui montrez.
  • Il n’utilise pas de gestes pour communiquer (comme agiter la main pour dire bonjour et au revoir).
  • Il ne regarde pas les objets que vous pointez avec vos mains et d’autres parties de votre corps.
  • Généralement pas de sons pour attirer l’attention lorsqu’il veut ou a besoin de quelque chose.
  • Pas de réponse aux câlins ou aux gestes d’affection.

https://www.flickr.com/photos/befroggled/3614267983/

  • Pendant le jeu, l’enfant autiste n’imite pas ou ne réagit pas aux mouvements ou aux expressions faciales que vous lui adressez.
  • Il ne lève pas les mains quand il veut que vous le preniez.
  • Pas de jeu avec d’autres personnes, d’intérêt ou de joie pendant le temps de jeu.
  • Il ne demande pas d’aide lorsqu’il est incapable d’accomplir une action par lui-même.

Signes avant-coureurs de l’autisme auxquels il faut prêter attention selon l’âge

A 6 mois. L’enfant ne sourit pas fréquemment ou ne montre pas d’expressions de joie et de plaisir.

A 9 mois. Il ne produit pas de sons, de sourires ou d’expressions faciales pour communiquer.

L’enfant autiste, à 12 mois, ne répond pas à son prénom, ne produit pas de babillage (première étape de la communication orale). Il ne répond pas aux gestes et actions comme pointer ou ramasser un objet.

A 16 mois. Il n’a pas encore produit de mots.

A 24 mois. Il n’a pas construit ses premières phrases (généralement composées d’au moins deux mots).

Signes d’autisme chez les enfants de plus de deux ans

https://www.flickr.com/photos/sharonkcooper/242485979/

Dès les premiers mois de la vie, les enfants peuvent montrer des signes de problèmes liés aux TSA. Dans d’autres cas, les symptômes apparaissent vers l’âge de deux ans, même après avoir montré un développement normal. Dans ce cas, ils arrêtent d’apprendre et oublient les compétences acquises.

Voici une liste de signes qui alertent sur la présence du Spectre Autistique :

Communication

Les troubles du spectre autistique (TSA) sont des troubles neurodéveloppementaux caractérisés par des difficultés d’interaction sociale, avec un accent sur la communication verbale et non verbale. En ce sens, l’enfant:

  • A du mal à parler de ses sentiments.
  • Il ne semble pas écouter quand les autres lui parlent.
  • Il ne partage pas ses réalisations ou ses intérêts avec les personnes qui lui sont les plus proches.
  • L’enfant parle avec un ton de voix inhabituel ou avec un rythme peu compréhensible.
  • Il répète les mêmes mots ou phrases.
  • Lorsqu’on lui pose une question, il la répète, ne donne pas de réponse claire.
  • Il parle de lui-même à la troisième personne.
  • Fait de nombreuses erreurs de grammaire ou de vocabulaire en parlant.
  • Il a des difficultés à communiquer ses besoins ou ses désirs.
  • Il n’a pas de vocalises.
  • N’exécute pas d’instructions simples.
  • Ne comprend pas le ton avec lequel les phrases sont exprimées.
  • Il évite le contact visuel. Ne suit pas les personnes ou les objets. 
  • Utilise des expressions faciales qui ne correspondent pas à ce que vous dites.
  • Son comportement est quelque peu robotique car il ne fait généralement pas beaucoup de gestes lorsqu’il communique.
  • Il n’a pas de gestes et d’attitudes expressifs. Manque de sourire sur le visage. Indifférence sur le visage. Manque de manifestations en voyant la mère.
  • N’imite pas les sons. N’imite pas les gestes. Difficulté à imiter les mouvements.

Comportement social

Un symptôme crucial est le manque de compréhension sociale dû à l’hypoactivation et au dysfonctionnement des réseaux neuronaux qui participent à la cognition sociale. Cela se manifeste lorsque l’enfant :

  • Semble désintéressé ou ignore que d’autres personnes sont autour de lui.
  • Il ne sait pas comment interagir avec les autres, jouer à des jeux ou se faire des amis.
  • Il préfère que les gens ne le touchent pas, ne le prennent pas dans ses bras ou ne lui témoignent de l’affection.
  • De même, il ne participe pas souvent à des jeux de groupe, imite les enfants de son âge ou utilise des jouets de manière créative.

Attitudes et comportements

Les parents d’enfants atteints de TSA signalent des difficultés à réagir aux crises de colère, aux stéréotypies (mouvements corporels incontrôlés, balancement, battement des mains, mouvement des jambes) ou à l’automutilation. De sorte que les soins professionnels et le soutien psychologique deviennent extrêmement nécessaires.. Par exemple:

  • L’enfant pleure sans raison. Petit cri expressif. Difficile à interpréter.
  • Il n’a pas une bonne posture corporelle.
  • Il suit une routine très rigide.
  • L’enfant présente des difficulté à s’adapter aux changements dans sa façon de faire les choses.
  • Il ordonnez les choses trop strictement.

Importance du diagnostic précoce

Le trouble du spectre autistique (TSA) est une condition dans laquelle un diagnostic précoce équivaut à un pronostic beaucoup plus favorable.

La croissance des cas a été exponentielle. Aux États-Unis en 2000, 1 enfant sur 154 de moins de 8 ans (0,6 %) avait un TSA. En 2016, le nombre est passé à 1 sur 54, avec une fréquence 4,3 fois plus élevée chez les garçons que chez les filles.

A la quantité s’ajoute la difficulté de sa détection. Au Royaume-Uni, moins de 10 % ont reçu un diagnostic et 90 % ont été orientés vers un autre professionnel.

Les données sont inquiétantes car une intervention précoce signifie des améliorations à long terme si les enfants développent le langage et le jeu symbolique avant l’âge de 5 ans.

Enfin, être attentif aux signes avant-coureurs et se rendre chez un professionnel spécialisé est la première étape. La suite n’est pas de reste si le souci perdure jusqu’à ce que vous trouviez le diagnostic qui lève définitivement les doutes et prépare la voie à suivre.

Cela pourrait vous intéresser ...

Mythes et faits à propos de l’autisme
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Mythes et faits à propos de l’autisme

Le diagnostic de l'autisme est parfois complexe et nous découvrons encore des choses sur ce trouble..Découvrez les nombreux mythes à propos de l'au...



  • Álvarez, I., & Arroyo Ignacio, C. (2016). Bases genéticas del autismo. Acta Pediátrica de México. https://doi.org/10.18233/apm31no1pp22-28
  • Assumpção Jr, F. B., & Pimentel, A. C. M. (2000). Autismo infantil. Brazilian Journal of Psychiatry, 22, 37-39. http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S1516-44462000000600010&script=sci_arttext&tlng=pt
  • Cuxart i Fina, F. (2000). El Autismo : aspectos descriptivos y terapéuticos. Aljibe.
  • Díez-Cuervo, A., Muñoz-Yunta, J. A., Fuentes-Biggi, J., Canal-Bedia, R., Idiazábal-Aletxa, M. A., Ferrari-Arroyo, M. J., … & Posada-De la Paz, M. (2005). Guía de buena práctica para el diagnóstico de los trastornos del espectro autista. Rev Neurol, 41(5), 299-310. Disponible en este enlace.
  • Guzmán, G., Putrino, N., Martínez, F., & Quiroz, N. (2017). Nuevas tecnologías: Puentes de comunicación en el trastorno del espectro autista (TEA). Terapia psicológica, 35(3), 247-258. https://scielo.conicyt.cl/scielo.php?pid=S0718-48082017000300247&script=sci_arttext&tlng=en
  • Martínez Sanchis, S. (2015). Papel de la corteza prefrontal en los problemas sensoriales de los niños con trastornos del espectro autista y su implicación en los aspectos sociales. revista de neurología, 60(1), 19-24. https://clasev.com/pluginfile.php/21076/mod_resource/content/1/autismo.pdf
  • Moro Gutiérrez, L., Jenaro Río, C., & Solano Sánchez, M. (2015). Miedos, esperanzas y reivindicaciones de padres de niños con TEA. https://gredos.usal.es/bitstream/handle/10366/131901/Miedos%2c_esperanzas_y_reivindicaciones_de.pdf?sequence=1&isAllowed=y
  • Morrison, J. (2015). DSM-5® Guía para el diagnóstico clínico. Editorial El Manual Moderno.
  • Ritvo ER, Ornitz EM. (1976). Autism: diagnosis, current research and management. New York: Spectrum.
  • Rivière, A. (2001). Autismo. Orientaciones para la intervención educativa. Madrid: Trotta. SA Cómo potenciar la comunicación en el alumnado con trastorno del espectro autista.
  • Soriano Moreno, E. (2016). Dieta libre de gluten y caseína como intervención nutricional en niños con Trastorno del Espectro Autista. https://dspace.uib.es/xmlui/bitstream/handle/11201/145936/tfm_2015-16_MNAH_esm220_37.pdf?sequence=1&isAllowed=y
  • Velarde-Incháustegui, M., Ignacio-Espíritu, M. E., & Cárdenas-Soza, A. (2021). Diagnóstico de Trastorno del Espectro Autista-TEA, adaptándonos a la nueva realidad, Telesalud. Revista de Neuro-Psiquiatría, 84(3), 175-182. http://www.scielo.org.pe/scielo.php?pid=S0034-85972021000300175&script=sci_arttext
  • Zúñiga, A. H., Balmaña, N., & Salgado, M. (2017). Los trastornos del espectro autista (TEA). Pediatría integral, 21(2), 92-108.