Que pouvons-nous faire pour un enfant surprotégé ?

10 avril 2018
Prendre soin et vouloir le meilleur pour nos enfants n'est pas synonyme d'être des parents surprotecteurs. Savez-vous quelles sont les conséquences de l'éducation d'un enfant surprotégé ?

Il est évident que tous les parents veulent le meilleur pour leurs enfants et qu’ils développent des valeurs fondamentales pour la vie. Cependant, parfois, sans s’en rendre compte, ils créent un enfant surprotégé. Comment cela se fait-il ?

Beaucoup de parents éduquent de manière surprotectrice pour éviter la souffrance des enfants. Ils pensent ainsi leur permettre de tout avoir à portée de main et être heureux. Cependant, la surprotection est une erreur. La principale raison est que cela ne permet pas aux enfants de développer ou d’apprendre à faire les choses par eux-mêmes, pour surmonter leurs propres difficultés.

Tous les parents sont surprotecteurs à un moment donné. Et dans une certaine mesure, c’est normal. C’est par instinct que nous essayons de faire en sorte que nos enfants ne souffrent pas.

Mais s’il arrive que ce soit la routine dans l’éducation de nos enfants, nous pouvons finir par leur causer du tort.

« Les enfants de 2 et 3 ans commencent à avoir les bases du monde émotionnel. Beaucoup n’ont pas encore commencé à interagir avec d’autres enfants, même pour jouer. »

Malheureusement, l’enfant surprotégé est très répandu de nos jours. De plus, ils est commun de voir des parents accompagner leurs enfants à un âge avancé dans leurs centres d’études. Ces derniers se tournent aussi vers leurs parents quand le problème le plus minime survient. A cet âge, ils sont déjà presque adultes. C’est un véritable danger.

Qu’est-ce que le terme surprotecteur implique ?

La surprotection est un fait qui a une définition assez hétérogène. Et, par conséquent, les limites entre l’adjectif surprotecteur ou non surprotecteur sont assez diffuses. Malgré cela, ceux qui suivent peuvent être considérés comme des comportements qui élèvent un enfant surprotégé :

  • Ne pas leur permettre de manger seuls pour éviter les taches. La conséquence est qu’à environ 2 ou 3 ans les enfants ne savent toujours pas comment utiliser les couverts eux-mêmes.
  • Les habiller. L’excuse que l’on donne à ce fait est que « de cette façon, nous allons plus vite ». Le danger de ceci est que cela devient une routine.
  • Les aider à respecter leurs habitudes d’hygiène sans leur donner la possibilité de les essayer seuls. Par exemple, leur lavez les mains, leur brosser les dents, etc.
  • Continuellement leur avertir de ce qu’ils doivent faire et prendre des décisions qu’ils sont capables de prendre eux-mêmes. A l’âge de 4 à 5 ans, les enfants peuvent commencer à faire des choix. Par exemple, ils peuvent choisir leur nourriture, leurs vêtements, etc. Cependant, il y a des parents qui prennent des décisions pour les enfants. Soi-disant, eux seuls savent ce qui est juste, ce que les enfants veulent ou ce dont ils ont besoin.
  • Être attentifs et intervenir dans toute dispute que l’enfant a avec un autre camarade. Et surtout, toujours être du côté de son propre enfant, même sans savoir qui est coupable de ce qui s’est passé.
  • Ramasser ses jouets pour qu’il ne se fatigue pas trop.
  • Devenir l’agenda de l’enfant. C’est-à-dire, planifier tout ce qu’il doit faire et à quelle heure.
  • Préparer son sac à pour de l’école.
  • L’appeler plusieurs fois par jour pour le localiser et le contrôler.
  • Toujours l’accompagner quand il est déjà considéré comme « adulte ». Par exemple, au moment de passer un examen ou même un entretien d’embauche.

Comment pouvons-nous éviter d’élever un enfant surprotégé ?

Conseils pour les parents

Le principal problème dans le fait que de nombreux parents se comportent de manière surprotectrice, c’est qu’ils ne connaissent pas les avantages à ce que l’enfant fasse les choses tout seul. Lorsque votre enfant demande de l’aide, l’essentiel est de donner des suggestions pour résoudre le problème avec ses propres ressources.

 Il est logique que l’enfant fasse des erreursmais ne prévoyons pas d’éviter qu’il les commette. L’idéal serait de lui faire voir que petit à petit il arrive à faire les choses. Bien sûr, à ce moment, cela prend du temps. En effet, vous devez vous rappeler que vous leur apprenez à se développer. Donc, ils devront assimiler une série de lignes directrices.

C’est aussi une bonne idée d’expliquer à l’enfant la raison de ce que nous faisons. Ainsi, il pourra agir seul, même s’il n’y a pas d’adulte à côté de lui pour lui expliquer comment faire. Nous pouvons commencer par des gestes simples. Par exemple, ils peuvent mettre la table, la débarrasser, participer aux tâches les plus simples de la maison, ou à leurs propres habitudes d’hygiène, etc.

Discuter avec un enfant surprotégé

Si nous faisons face à un enfant timide, les parents peuvent essayer de le faire sortirr plus de la maison pour ouvrir son cercle d’amis. Il pourra ainsi partager ses sentiments avec d’autres camarades. Cependant, il ne faut jamais l’y obliger. Sinon, ce sera pire, parce que les enfants peuvent finir par développer une personnalité solitaire et méfiante.

Face aux situations qui peuvent être compliquées, au lieu de les éviter, nous devons les préparer à travers la parole. Cette dernière deviendra notre meilleure alliée.

Quelle est la limite : choyer ou protéger ?

Comme nous l’avons souligné précédemment, nous ne pouvons pas confondre prendre soin d’autrui et montrer de l’amour envers son enfant à travers la surprotection. Il est temps d’établir certains critères. La plupart des parents essaient de développer leur enfant en leur apprenant un ensemble de valeurs qui les aideront à grandir en tant que personne.

Ce dont un enfant a besoin à un si jeune âge, c’est que son environnement familial le plus proche soit aussi semblable que possible à ce qu’il sera un jour lorsqu’il sortira dans le monde. C’est-à-dire, qu’il apprenne peu à peu à être indépendant, à tirer des conclusions et savoir quoi faire à chaque moment, mais sans règles établies.

« Nous aimons nos enfants. Faisons de chaque jour une aventure dans laquelle il y a quelque chose de nouveau à apprendre. »

C’est-à-dire, parler avec votre enfant, essayer de le comprendre, vouloir écouter ses problèmes, ses doutes, ses plaintes. Aussi, trouver des solutions ensemble, parler au lieu de se disputer, parler calmement au lieu de crier, expliquer avec délicatesse le pourquoi de ce qui a mal fait…  Ceci n’est pas élever un enfant surprotégé, mais l’éduquer.

 

 

A découvrir aussi