Que faire si les grands-parents ne sont pas d'accord avec l'éducation de mon enfant ?

Les parents et les grands-parents peuvent être en désaccord sur ce qu'est une bonne éducation et générer des luttes de pouvoir et du stress familial. Découvrez quelques clés pour gérer cette situation.
Que faire si les grands-parents ne sont pas d'accord avec l'éducation de mon enfant ?
Elena Sanz Martín

Rédigé et vérifié par la psychologue Elena Sanz Martín.

Dernière mise à jour : 15 juin, 2023

Les pères et les mères sont les principaux responsables de l’éducation d’un enfant. Ils établissent les routines, l’alimentation et, en général, le fonctionnement quotidien à la maison. Cependant, il est courant que d’autres membres de la famille aient une opinion et veuillent intervenir à cet égard. Alors, comment procéder si les grands-parents ne sont pas d’accord avec l’éducation de mon enfant ?

Le problème n’est pas tant qu’ils aient une opinion ou une vision différente de celle des parents, mais qu’ils tentent de l’imposer ou de contourner l’autorité des parents. En effet, lorsque les grands-parents conseillent ou soutiennent les parents, ils contribuent à améliorer leur santé émotionnelle.

Faire face aux différences d’éducation entre parents et grands-parents

C’est une réalité qui peut être vraiment inconfortable pour les parties, mais c’est assez courant. En fait, selon l’enquête nationale sur la santé des enfants du CS Mott Children’s Hospital, au moins 4 parents sur 10 déclarent avoir des désaccords avec les grands-parents sur ce sujet.

Quels sont les points de friction les plus courants ? Quels aspects peuvent générer une telle diversité d’opinions qu’ils finissent par entrer en conflit ? Eh bien, selon la même enquête, voici les désaccords les plus courants entre parents et grands-parents.

Discipline

C’est un aspect de la parentalité que chaque famille aborde selon sa propre perspective. Les limites, les règles et les heures sont fixées par les parents mais peuvent ne pas sembler appropriées aux grands-parents, qui peuvent refuser de les suivre.

D’une part, certains grands-parents pèchent par excès de permissivité et de tolérance et ignorent les directives fixées par les parents, car ils considèrent que leur rôle est de faire plaisir ou estiment que ces règles sont trop rigides. Un autre point est que certains grands-parents peuvent trouver les limites parentales trop lâches et se dire que les enfants ont besoin de plus d’autorité.

Alimentation

Ici, nous retrouvons les habitudes alimentaires quotidiennes ainsi que la permission d’avoir des snacks, des gâteaux apéritif ou des sucreries. De nombreuses familles font très attention à l’alimentation de leurs enfants, en essayant d’inculquer des habitudes saines et une attitude positive envers la nourriture, et les grands-parents peuvent ne pas s’adapter à ces idées.

Peut-être offrent-ils aux enfants des aliments que les parents ne permettent pas, à des moments inappropriés, ou offrent-ils trop d’alternatives aux plus petits lorsqu’ils ne veulent pas manger leur repas. Cela peut générer des conflits si cela ne suit pas une cohérence avec ce qui a été établi par les parents.

Temps d’écran

Quant à l’utilisation de la télévision et des écrans, une chose de similaire se produit. Les grands-parents les plus permissifs peuvent permettre à leurs petits-enfants un temps d’écran excessif pour leur faire plaisir ou éviter de se disputer avec eux, même en sachant que leurs parents ne sont pas d’accord. D’autres, au contraire, peuvent être choqués de voir leurs petits-enfants ainsi plongés dans des appareils électroniques et considérer que leur utilisation devrait être restreinte.

Bonnes manières

Même si nous pensons que les bonnes manières sont universelles, la vérité est qu’il y a des points sur lesquels différentes générations peuvent être en désaccord. En effet, traditionnellement, les générations passées avaient tendance à instiller un plus grand respect pour l’autorité ou les aînés, et certains actes étaient considérés comme incontestables (par exemple, demander aux enfants de saluer par un bisou).

Aujourd’hui, des styles parentaux plus démocratiques préconisent de traiter les enfants sur un pied d’égalité, d’offrir un respect mutuel et d’encourager les enfants à se fixer des limites concernant leur propre corps. Ce qui implique par exemple de ne pas faire de bisous par obligation.

Santé et sécurité

La santé et la sécurité des enfants entraînent également des écarts, car autrefois les considérations étaient différentes. Par exemple, des aspects tels que la position dans laquelle un bébé est censé dormir ou comment il doit être placé dans la voiture ont varié au fil du temps. Toutes ces situations peuvent être à l’origine de mésententes entre grands-parents et parents.

Que faire si les grands-parents ne sont pas d’accord avec l’éducation de mon enfant ?

Ce ne sont que quelques points qui peuvent éloigner les parents et les grands-parents concernant l’éducation des enfants, mais d’autres entrent également en jeu, comme l’heure du coucher ou la tendance à traiter certains petits-enfants mieux que d’autres. Dans tous les cas, comment pouvons-nous gérer cette situation ? Voici quelques clés à ce sujet.

Faites preuve de compréhension et essayez d’être empathique

Il est conseillé de ne pas prendre la situation comme une lutte de pouvoir mais d’essayer de comprendre l’autre partie. La plupart du temps, les grands-parents n’agissent pas de mauvaise foi : ils font du mieux qu’ils savent et peuvent ou veulent simplement passer du temps avec leurs petits-enfants. À ce stade, comme nous l’avons dit, le fossé des générations joue un rôle important, puisque la « bonne » façon de procéder est différente entre avant et maintenant.

Par exemple, une étude publiée dans la revue Social Science & Medicine a révélé que les parents et les grands-parents avaient une définition différente de l’alimentation saine. Et cela peut entraîner des divergences.

De plus, les personnes âgées peuvent ne pas être au courant des nouveaux styles parentaux, des dernières recommandations médicales ou des dernières mesures de sécurité. Ils voient sûrement le monde de leur propre point de vue plus traditionnel, et le comprendre dès le début peut vous aider à aborder cette situation.

Choisissez vos batailles

D’autre part, essayez d’analyser quels désaccords doivent être considérés comme importants. Il est vrai que pour chaque mère et chaque père, il y a des limites infranchissables car elles sont au cœur de leur style parental. Mais peut-être que d’autres aspects ne sont pas aussi importants ou peuvent être rendus un peu plus flexibles.

Par exemple, cela ne vous dérangera peut-être pas que vos enfants mangent des sucreries chez leurs grands-parents s’ils mangent bien tous les jours. Ou peut-être êtes-vous prêt à les laisser se coucher un peu plus tard ces jours-là. En réalité, c’est à vous de décider sur quel point vous êtes prêt à céder ou non.

Communiquez avec les grands-parents de manière assertive

Si les grands-parents ne sont pas d’accord avec l’éducation, la façon dont vous leur communiquez ce dont vous avez besoin est encore plus importante que ce que vous allez dire. Si vous pouvez vous exprimer avec fermeté mais en même temps avec respect, vous aurez fait la moitié du chemin. À cet égard, vous pouvez commencer par les remercier pour l’amour qu’ils donnent à vos enfants et le temps qu’ils leur consacrent, puis énoncer quelques faits objectifs que vous aimeriez changer.

Offrir des raisons claires et convaincantes et leur demander ce qu’ils en pensent ensuite contribuera également à les rendre plus disposés à collaborer que si nous essayons simplement de nous imposer.

Concentrez-vous sur les solutions

Enfin, mieux vaut passer à la pratique que de se perdre dans de longues discussions théoriques. Ainsi, par exemple, vous pouvez leur parler de livres ou d’émissions de télévision qui expliquent votre style parental, recommander des endroits pour acheter des produits bio (si c’est le régime que vous souhaitez pour vos enfants) ou leur montrer comment endormir votre bébé.

Si les grands-parents ne sont pas d’accord avec l’éducation, il faut dialoguer

Bref, si les grands-parents ne sont pas d’accord avec l’éducation, il est important de régler le problème le plus tôt possible car cela peut avoir des répercussions. En effet, selon l’enquête précitée, ces conflits entre parents et grands-parents conduisent souvent les premiers à restreindre le temps que les enfants passent avec les seconds.

De plus, comme le suggère une étude publiée dans le Health Education Journal, les désaccords potentiels entre grands-parents et parents peuvent saper la collaboration des premiers dans l’éducation, alors qu’elle est nécessaire pour de nombreuses familles.

Par conséquent, il est préférable de dialoguer, de négocier et de parvenir à des accords, en tenant compte du fait que nous recherchons tous le bien-être de l’enfant et que les grands-parents sont les principaux fournisseurs de services de garde informels.

~ Rutter et Stocker, 2014. ~

Bien sûr, rappelez-vous qu’en tant que parents, vous décidez quel type d’éducation et d’environnements sont les plus appropriés pour l’enfant et quelles limites ne peuvent pas être franchies.

Cela pourrait vous intéresser ...
Grands-parents : pourquoi sont-ils les meilleurs amis de votre enfant ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Grands-parents : pourquoi sont-ils les meilleurs amis de votre enfant ?

Les personnes les plus fiables pour prendre soin de nos enfants, sont sans aucun doute les grands-parents, beaucoup sont extrêmement heureux.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique



Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.