Pourquoi mon enfant se cogne-t-il la tête contre le mur?

Mon fils se cogne la tête contre le mur! Que puis-je faire? Si vous observez ce comportement d'automutilation chez votre petit, cet article vous sera utile.
Pourquoi mon enfant se cogne-t-il la tête contre le mur?
María Alejandra Castro Arbeláez

Rédigé et vérifié par la psychologue María Alejandra Castro Arbeláez.

Dernière mise à jour : 21 décembre, 2021

Si vous êtes un jeune parent, vous êtes sûrement attentif à chacun des comportements de votre bébé. En effet, quand il grandit, il acquiert des comportements qui peuvent vous déranger. L’une des nombreuses questions que vous vous demandez est peut-être: pourquoi mon enfant se cogne-t-il la tête contre le mur? Dans cet article, vous apprendrez les raisons possibles pour lesquelles les enfants se cognent.

Pourquoi mon enfant se cogne-t-il la tête contre le mur?

Ce comportement est courant chez les enfants de moins de 2 ans, car ils sont frustrés de ne pas savoir comment s’exprimer. Le résultat est qu’ils finissent par se cogner. En général, ce comportement est plus observé chez les garçons, car il leur faut un peu plus de temps pour apprendre à parler.

Un enfant qui crie dans les bras d'un adulte.

Cependant, lorsqu’ils ont plus de 2 ans, ils apprennent à mettre en scène leur colère d’une autre manière. De plus, il leur est plus facile d’exprimer leurs sentiments, puisqu’ils savent déjà parler. Donc, si votre enfant à cet âge continue d’avoir un comportement d’automutilation, vous devriez vous inquiéter.

Est-ce juste un comportement rebelle ou un trouble quelconque?

Le fait que ce comportement soit fréquent ne signifie pas qu’il soit normal. Donc, s’il se cogne beaucoup dans des circonstances et des endroits différents, vous devez l’emmener chez un professionnel. Ce n’est qu’alors que vous saurez s’il le fait par rébellion ou à cause d’un trouble. Auparavant, il est préférable d’observer à quels moments il se cogne.

Par frustration

Si tel est le cas, il commencera à se frapper après une punition ou peut-être pour que vous lui accordiez ce qu’il veut. Aussi quand il sent que vous ne le comprenez pas complètement, cela provoque de la colère et de la frustration.

A cause d’un trouble neurologique

Cela se produit lorsque votre enfant manifeste des comportements agressifs envers lui-même sans raison apparente. De même, il continue de pleurer sans s’arrêter, malgré les mesures que vous avez prises. Si votre enfant ne se cogne pas parce que vous l’avez puni, il a donc besoin d’une étude plus approfondie.

Il pourrait s’agir plutôt de malformations organiques et neurologiques. Comme dans le cas de l’autisme, de la schizophrénie, du trouble déficitaire de l’attention (TDAH) et du retard mental.

Mon enfant se cogne la tête pour des raisons psychologiques…

Certaines maladies d’origine psychologique peuvent déclencher ces comportements d’automutilation. Par exemple, le stress, la solitude, la peur ou encore la dépression infantile , qui devient de plus en plus courante.

Par besoin d’attention

Il faut que vous soyez attentif pour couvrir tous les besoins de votre bébé. L’un d’eux est de fournir de l’affection. Avec tant de choses à faire, vous risquez de négliger cet aspect. Cependant, votre enfant exigera votre attention et le fera probablement en se frappant la tête.

Que puis-je faire si mon enfant se cogne la tête contre le mur?

Tout dépend de la raison pour laquelle il se cogne. Si ce comportement est dû à un trouble ou à une maladie, la chose la plus logique est que vous l’ameniez chez le médecin. Le spécialiste déterminera s’il est nécessaire d’administrer un traitement médicamenteux. De plus, si nécessaire, il vous orientera vers une thérapie. Il est recommandé de consulter le psychologue, le neurologue et, si nécessaire, le pédopsychiatre.

En revanche, il existe deux recommandations fondamentales qui peuvent être suivies juste au moment où l’enfant commence à se cogner la tête, qui sont les suivantes:

  • Eviter de blesser l’enfant: il est indispensable d’utiliser des techniques de contention telles que celles mentionnées ci-dessous. L’idée est d’éviter l’apparition d’une éventuelle blessure et d’autres complications.
  • Ne pas ignorer la situation: bien que l’enfant puisse tenter de vous manipuler par ce comportement, vous ne devez en aucun cas l’ignorer. Les blessures sont très courantes, alors essayez de détourner leur attention par d’autres stimuli.

Technique de canalisation pour les crises de colère

Dans le cas où il s’agirait d’évacuer une frustration, un câlin serait très utile. Cela ne veut pas dire qu’il arrêtera de pleurer pour obtenir ce qu’il veut, mais il se calmera.

Dessin d'une maman qui câline sa fille en pleurs.

Lorsque vous étreignez votre tout-petit, des substances telles que l’ocytocine se libèrent en lui. On dit que c’est l’hormone de l’amour. De cette façon, un lien fort entre les parents et les enfants se crée. D’autre part, il procure une sécurité et un sentiment d’abri.

En effet, les câlins sont essentiel lorsque les enfants présentent des comportements d’automutilation. Car la sérotonine et la dopamine sont également libérées dans le cerveau. Ces substances procurent calme, plénitude, harmonie et bien-être.

De plus, pendant le câlin, vous recevrez également les mêmes bienfaits que votre enfant. Pour être plus efficace, vous devez serrer votre enfant dans vos bras pendant longtemps. C’est ce qu’on appelle une technique de canalisation, qui agit pour calmer les crises de colère de votre tout-petit.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment la violence domestique affecte-t-elle les enfants ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Comment la violence domestique affecte-t-elle les enfants ?

De nos jours, la violence domestique existe encore et touche malheureusement de plus en plus d'enfants. Quelles sont les conséquences ?



  • Almendro Padilla, C. (2009). “Técnicas de relajación”, FMC Formación Médica Continuada En Atención Primaria, 16 (1): 36.
  • de Jesús Ramos, A., Dols, A. N., & Arranz, A. R. (2019). Serotonina: un neurotransmisor que impacta nuestras emociones. RD-ICUAP, 5(13). http://rd.buap.mx/ojs-dm/index.php/rdicuap/article/view/358
  • Coll, C.; Miras, M.; Onrubia, J., & Solé, I. (1998). Psicología de la educación. Barcelona: Edhasa.
  • Solé, I. (2002). Cuadernos de educación: orientación educativa e intervención psicopedagógica. Barcelona: Horsori.
  •  (2002). Cuadernos de educación: orientación educativa e intervención psicopedagógica. Barcelona: Horsori.

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.