Pourquoi les enfants devraient-ils dormir tôt?

Les enfants devraient dormir tôt car le cerveau a besoin de suffisamment de repos pour pouvoir suivre son processus de développement.
Pourquoi les enfants devraient-ils dormir tôt?

Dernière mise à jour : 29 octobre, 2021

Faire la sieste ou dormir tôt: deux des moments les plus redoutés des enfants à la maison. Personne n’a besoin de vous le dire, car vous connaissez sûrement la tension qui existe avant le coucher.

Même s’ils souhaiteraient jouer non-stop tout au long de la journée, un bon repos est aussi important que le jeu et s’applique à tous les âges.

Pendant le sommeil, nous reconstituons l’énergie et permettons au cerveau d’effectuer différents processus fondamentaux pour le développement et l’apprentissage. D’où l’importance pour vos enfants de s’endormir tôt et de se reposer un bon nombre d’heures.

Pourquoi est-il préférable que les enfants s’endorment tôt?

Assurer un bon repos et parvenir à un sommeil de qualité sont deux objectifs fondamentaux pour prendre soin de notre santé et de celle de nos enfants. Détaillons maintenant ce qui se passe pendant le repos nocturne:

  • Le cerveau se repose et reconstitue l’énergie.
  • L’apprentissage de jour est consolidé et la mémoire, le raisonnement, l’attention et la concentration sont renforcés.
  • Le système immunitaire est renforcé.
  • Le sommeil améliore les émotions et l’humeur.
  • Les changements hormonaux nécessaires sont produits pour garantir la croissance, la régulation de la pression artérielle et d’autres mécanismes qui favorisent l’homéostasie (équilibre de l’organisme).
Une jeune fille qui dort dans son lit qui vole dans le ciel.

Les clés pour aider votre enfant à dormir tôt

Comme nous l’avons vu, les bienfaits d’un bon repos sont nombreux. Il est donc important de revoir certaines habitudes afin d’améliorer l’hygiène du sommeil.

1. Ajuster les heures de sommeil à l’âge de l’enfant

Tout d’abord, il est important de garder à l’esprit que le sommeil est un aspect de maturation qui change tout au long de la vie. En ce sens, les besoins de repos varient d’une étape à l’autre et il est nécessaire de connaître les caractéristiques de chacune pour effectuer les interventions appropriées.

Par exemple, vers l’âge de 2 ans, des terreurs nocturnes apparaissent et cela peut entraîner des difficultés à coucher les enfants. A son tour, ce phénomène peut justifier l’augmentation des réveils nocturnes par rapport aux mois précédents.

Par ailleurs, l’American Academy of Sleep Medicine recommande d’assurer un certain nombre d’heures de repos par jour. En fonction de l’âge de l’enfant:

    • 4 à 12 mois: 12 à 16 heures.
    • 1 à 2 ans: 11 à 14 heures.
    • 3 à 5 ans: 10 à 13 heures.
    • 6 à 12 ans: 9 à 12 heures.
    • 13 à 18 ans: 8 à 10 heures.

2. Essayer d’offrir un environnement agréable avant d’aller dormir

Si l’heure du coucher est souvent gênante, une routine tranquille peut être proposée pour anticiper ce moment.

Par exemple, intégrez un rituel relaxant tel qu’un bain chaud. Amenez un objet au lit, racontez une courte histoire ou faites un câlin. Tout cela tend à aider à effectuer cette transition d’une manière plus agréable.

Il est également important de créer un environnement agréable qui nous réconcilie avec l’idée de dormir: des lumières tamisées, un climat doux, des sons doux et pas d’écrans.

3. Pour dormir tôt, calmer l’anxiété de la nuit

Les enfants rejettent l’heure du coucher pour de nombreuses raisons. Parfois, c’est par peur. Quelle que soit la raison, l’anxiété qui est générée est l’ennemi du sommeil réparateur.

Une bonne proposition est de réfléchir ensemble aux projets du lendemain, d’encourager nos enfants à se reposer et à se ressourcer pour les réaliser.

Enfin, il est important de créer un environnement sûr et d’éviter de les induire en erreur. Il est déconseillé de quitter la maison lorsqu’ils s’endorment. Car s’ils se réveillent, ils peuvent se sentir abandonnés et augmenter leur anxiété nocturne.

Une maman qui raconte une histoire à ses deux enfants.

Il n’y a pas de règles universelles, sauf pour les soins

Pour la plupart des familles, l’heure du sommeil peut présenter des difficultés. En effet, coucher les enfants tôt peut sembler une utopie.

Il existe des milliers de recommandations pour atteindre cet objectif. Cependant, il n’existe pas de recette infaillible pour cela. Il s’agit de s’adapter le plus possible à notre réalité.

Ce à quoi nous devons nous opposer, c’est le slogan de laisser pleurer les enfants pour les faire s’endormir. Au-delà des résultats, ces méthodes provoquent beaucoup d’angoisse chez les petits et renforcent l’idée qu’ils ne peuvent pas compter sur leurs figures d’attachement quand ils en ont le plus besoin.

Enfin, il est essentiel de garder à l’esprit que les décisions familiales concernant la parentalité doivent être prises à partir d’un endroit qui respecte et prend soin des enfants.

Cela pourrait vous intéresser ...
Mon enfant ne veut pas dormir ailleurs qu’à la maison
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Mon enfant ne veut pas dormir ailleurs qu’à la maison

Les raisons pour lesquelles un enfant ne veut pas dormir ailleurs qu'à la maison peuvent être nombreuses. Découvrez-les dans cet article.



  • Ojeda del Valle, Mayra. (2012). El sueño en la edad preescolar y su repercusión en el desarrollo, la conducta y el aprendizaje. Revista Cubana de Higiene y Epidemiología, 50(2), 198-204. Disponible en: http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1561-30032012000200008&lng=es&tlng=es.
  • Masalán A, M. Patricia, Sequeida Julia, & Ortiz C, Marcela.(2013). Sueño en escolares y adolescentes, su importancia y promoción a través de programas educativos: Education and behavioral approach programs. Revista chilena de pediatría, 84(5), 554-564. Disponible en: https://dx.doi.org/10.4067/S0370-41062013000500012
  • Merino-Andreu M, Álvarez-Ruiz de Larrinaga A, Madrid-Pérez JA, Martínez-Martínez MA, PuertasCuesta FJ, Asencio-Guerra AJ, et al. Sueño saludable: evidencias y guías de actuación. Documento oficial de la Sociedad Española de Sueño. Rev Neurol 2016; 63 (Supl 2): S1-27. Disponible en: https://www.neurologia.com/articulo/2016397