Pourquoi consommer des graisses saines dès le plus jeune âge?

Savoir pourquoi consommer des graisses saines dès le plus jeune âge est essentiel pour prévenir le déclin cognitif.
Pourquoi consommer des graisses saines dès le plus jeune âge?

Dernière mise à jour : 02 septembre, 2022

Bien que l’on craigne de consommer de la graisse par peur de prendre du poids, c’est un nutriment essentiel au bon fonctionnement de l’organisme. Par conséquent, il est important que vous sachiez pourquoi la consommation de graisses saines dès le plus jeune âge est bénéfique.

Ce sont tout d’abord des molécules constituées d’un enchaînement d’acides gras (AG) reliés entre eux par des liaisons. Découvrez les différents types. Ils sont la principale source d’énergie, puisqu’ils apportent 9 kcal par gramme.

Que sont les graisses et quel rôle jouent-elles dans la nutrition des enfants?

Les graisses ou les lipides sont un type de nutriment obtenu par l’alimentation. Celles-ci sont nécessaires pour assurer certaines fonctions telles que la synthèse d’hormones, le stockage d’énergie, la génération de membranes cellulaires ou de tissu conjonctif.

De plus, elles facilitent l’absorption des vitamines liposolubles (A, D, E et K) et réduisent l’inflammation. Car elles régulent la sécrétion des cytokines et des prostaglandines. Même le cholestérol est un type de gras essentiel à la synthèse de la vitamine D par l’exposition au soleil.

Parfois, les graisses ont mauvaise réputation car elles sont facilement associées à des problèmes tels que l’obésité ou l’hypercholestérolémie. Mais la vérité est qu’elles devraient faire partie du régime alimentaire, bien que dans les bonnes quantités et les bons types. Elles sont également une partie essentielle des aliments que les enfants devraient manger.

En plus des fonctions déjà mentionnées, pendant la phase de croissance, les graisses sont essentielles pour le développement général des enfants et, plus spécifiquement, pour le développement neurologique, cognitif et visuel. Il faut tenir compte du fait que dans le lait maternel, elles représentent au total 50% de sa composition.

Pour cette raison, les experts recommandent de ne pas restreindre l’apport en graisses chez les bébés de moins de 1 an. Jusqu’à 3 ans elles doivent représenter entre 30 et 40% de l’énergie totale quotidienne et à partir de 4 ans entre 25 et 35%. Ceci à condition qu’il n’y ait pas de pathologies qui indiquent le contraire.

Cependant, ce qu’il faut regarder, c’est le type de lipides qui font partie de l’alimentation. Car tous ne se comportent pas de la même manière et ne peuvent pas être considérés comme sains. Voyons quelles sont les différentes graisses que la nourriture peut nous apporter.

Différents types de graisses

Comme nous venons de le dire, toutes les graisses présentes dans les aliments ne sont pas identiques. En raison de leur structure chimique, elles se classent généralement dans les types suivants :

  • Les graisses saturées, qui se caractérisent par leur solidité à température ambiante. En effet, il n’y a pas de doubles liaisons entre ses molécules. Elles sont généralement présentes dans les aliments d’origine animale tels que le beurre, les fromages et les viandes grasses. Bien qu’elles abondent également dans la noix de coco et le palmier. Les chocolats ou les pâtisseries industrielles en contiennent également généralement de grandes quantités. Dans l’organisme, c’est l’une des substances qui augmente le plus le taux de cholestérol et est liée à un effet thrombogène plus important. Pour cette raison, il est généralement judicieux de réduire sa consommation à un maximum de 10 % du total des calories quotidiennes.
  • Graisses insaturées, d’aspect liquide. Selon le nombre de doubles liaisons que possèdent leurs structures, elles diffèrent entre monoinsaturés et polyinsaturés. Les premières aident à réduire le cholestérol total et le LDL lorsqu’elles remplacent les acides gras saturés. Leur principale source est l’huile d’olive. Les graisses polyinsaturées se retrouvent aussi bien dans les légumes que dans les aliments d’origine animale (poissons, graines, fruits à coque). Elles font partie des principaux constructeurs des membranes cellulaires et sont des médiateurs du processus inflammatoire.
  • Enfin, il convient de mentionner les graisses hydrogénées, également appelées trans. On les trouve naturellement dans le lait et la viande des ruminants. Mais aujourd’hui leur utilisation s’est généralisée dans l’industrie agro-alimentaire grâce à des transformations qui modifient la structure de ses maillons. De cette façon, des textures crémeuses et des durées plus longues sont obtenues dans les produits de boulangerie, les pâtisseries, les collations, les margarines, les plats cuisinés, etc. Leurs effets sur la santé sont nocifs et il est préférable de minimiser leur présence dans l’alimentation.
Une bouteille d'huile d'olive et un avocat, sources de graisses saines.

Sources des graisses saines

On les trouve principalement dans :

  • Poissons gras, dont la consommation recommandée est de 2 à 3 fois par semaine.
  • Les fruits secs, le snack idéal qui peut être consommé au quotidien et à tout âge. Il convient de garder à l’esprit que jusqu’à 3 ans, il est préférable de les inclure moulues ou écrasées, comme une crème.
  • L’huile de tout fruit oléagineux (olive, graines et noix de coco). Vous pouvez l’utiliser pour cuisiner ou assaisonner des plats pour les rendre plus savoureux et plus appétissants.
  • L’avocat.
  • Les graines, qu’il est conseillé de torréfier ou de broyer afin qu’elles soient mieux absorbées.

Pourquoi consommer des graisses saines dès le plus jeune âge?

Lorsque nous parlons de manger des graisses, nous nous référons aux acides gras essentiels, qui sont ceux que nous sommes incapables de synthétiser. Ils appartiennent à la famille des oméga-3 et 6, parmi lesquels se distinguent l’acide linoléique, l’acide alpha-linolénique, l’EPA et le DHA.

Réduction du risque cardiovasculaire, principale raison de consommer des graisses saines dès le plus jeune âge

Il y a des années, il était signalé que la consommation de matières grasses augmentait le risque de maladie cardiaque en raison de l’augmentation du cholestérol et des triglycérides dans le sang. Cependant, le type de graisses et les aliments dans lesquels elles se trouvent affectent différemment le corps.

Actuellement, les recherches montrent les bienfaits des graisses polyinsaturées. Puisqu’elles aident à réguler le métabolisme des lipides en réduisant l’accumulation des TG dans le sang et dans les parois artérielles et la synthèse des LDL. Au lieu de cela, elles stimulent la production de HDL (le bon cholestérol).

Amélioration du système immunitaire

Une autre raison pour laquelle il est recommandé de consommer des graisses saines dès l’enfance est son implication dans la réaction immunitaire. L’EPA et le DHA contribuent à réduire l’inflammation, à réduire la transcription génique des cytokines inflammatoires telles que l’IL1β, l’IL-6 et le TNFα et à augmenter l’IL-10 au pouvoir anti-inflammatoire. Elles réduisent également les espèces réactives de l’oxygène (ROS) et l’oxyde nitrique (NO).

Avec l’acide α-linolénique, présent dans les graines et les noix, elles détruisent les cellules pathogènes. Elles réduisent même la sévérité des allergies.

Bol de fruits secs.

Une concentration accrue, une autre raison de consommer des graisses saines dès le plus jeune âge

Plus précisément, le DHA fait partie du cortex cérébral, et sa quantité est déterminante pour le QI et les performances scolaires. De plus, pendant l’enfance, la croissance et la maturation de cet organe ont lieu. Il est donc essentiel de couvrir les besoins. Ce sont 700 mg par jour jusqu’à 3 ans, 900 mg de 4 à 8 ans et 1000-1200 mg jusqu’à 13 ans.

Des études montrent qu’un apport suffisant de cet acide gras améliore la mémoire, la vitesse d’exécution des tâches cognitives, l’apprentissage et les performances cognitives.

De plus, la consommation de ces graisses est liée à la prévention et au traitement de la maladie de Parkinson, du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité, de la schizophrénie et de la dépression.

D’une part, elle augmente le nombre et la fonctionnalité des neurones dopaminergiques impliqués dans le mouvement. D’autre part, tant chez les personnes atteintes de schizophrénie que d’hyperactivité, les taux de DHA érythrocytaire sont faibles. Par conséquent, atteindre des doses suffisantes pendant la période fœtale réduit les symptômes et leur gravité.

Il est important d’en tenir compte. En effet, le déficit entretenu lors de cette étape est irréversible, ce qui signifie que ces maladies se manifestent.

De plus, chez les enfants présentant un déficit de l’attention, il est nécessaire de leur donner un supplément. Car l’oxydation des AG augmente ainsi que les niveaux de dopamine et de sérotonine. Il pourrait même être plausible de prévenir la dépression, bien qu’aucune étude clinique ne le prouve encore.

Pourquoi est-il si important de consommer des graisses saines ?

Enfin, on comprend maintenant pourquoi il est important de consommer des graisses saines dès le plus jeune âge. Et même de continuer à en consommer une quantité suffisante tout au long de la vie pour maintenir une bonne fonction cognitive.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les graisses du lait maternel : quelques données
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Les graisses du lait maternel : quelques données

Les graisses du lait maternel se présentent sous forme de globules gras qui agissent comme des transporteurs d'énergie...Découvrez-en davantage!



  • Coakley J. Lipids in children and links to adult vascular disease. The Clinical Biochemist Review. Agosto 2018. 39 (3): 65-76. 
  • Cohen Kadosh K, Muhardi L, et al. Nutritional support of neurodevelopment and cognitive function in infants and young children. An update on novel insights. Nutrients. 2021. 13 (1): 199.
  • D Wang, D; B Hu, F (2017) Dietary Fat and Risk of Cardiovascular Disease: Recent Controversies and Advances. Annu Rev Nutr, 37:423-46. 
  • Fundación Española del Corazón. Grasas. 
  • González H. F, Visentin S, et al. Nutrients and neurodevelopment: lipids. Update. Archives Argentina Pediatrics. 2016. 114 (5): 472-476.
  • Gutiérrez,S; Svahn, S; Johansson, M E (2019) Effects of Omega-3 Fatty Acids on Immune Cells. Int J Mol Sci, 20(20): 5028.
  • Healy-Stoffel, M; Levant, B (2018) N-3 (Omega-3) Fatty Acids: Effects on Brain Dopamine Systems and Potential Role in the Etiology and Treatment of Neuropsychiatric Disorders. CNS Neurol Disord Drug Targets, 17(3): 216-32. 
  • L. Kathleen Mahan, Sylvia Escott-Stump y Janice L. Raymon. Krause dietoterapia. Capítulo 3: Ingesta: los nutrientes y su metabolismo. 2013 España: 13ªedición El sevier. 
  • Nobili, V; Alisi, A; Musso, G; Scorletti, E; Calder; P C; Byrne C D. (2015) Omega-3 Fatty Acids: Mechanisms of Benefit and Therapeutic Effects in Pediatric and Adult NAFLD. Crit Rev clin Lab Sci, 53(2): 106-20. 
  • Stonehouse, W (2014) Does Consumption of LC omega-3 PUFA Enhance Cognitive Performance in Healthy School-Aged Children and Throughout Adulthood? Evidence From Clinical Trials. Nutrients, 6(7): 2730-58.  
  • Uauy R, Castillo C. Lipid requirements of infants: implications for nutrient composition of fortified complementary foods. The Journal of Nutrition. Septiembre 2003. 133 (9): 2962S-2972S.
  • Zhu, Y; Bo, Y; Liu, Y. (2019) Dietary total fat, fatty acids intake, and risk of cardiovascular disease: a dose-response meta-analysis of cohort studies. Lipids Health Dis, 18: 91.