Accouchement : 7 positions qui soulagent la douleur

· 30 octobre 2017

Après neuf mois passés à imaginer la bouille de votre bébé, le jour tant attendu est enfin là. Vous passez par tous les sentiments, l’inquiétude, la peur, le doute, tandis que votre corps se prépare à ce moment unique.

Les contractions commencent à se faire sentir et la douleur augmente à mesure que le col se dilate. Pour mieux gérer la douleur de l’accouchement, il existe des positions qui soulagent. 

L’accouchement se compose de trois phases : la dilatation du col de l’utérus, la naissance et l’expulsion du placenta. La plus douloureuse et la plus longue de ces trois étapes est celle de la dilatation. Pour les mères accouchant de leur premier enfant, elle peut durer jusqu’à 20 heures. Pour celles ayant déjà accouché auparavant, elle dure aux alentours de 12 heures.

Au début de la dilatation, la durée qui sépare chaque contraction est assez longue et la douleur est par conséquent plus facile à supporter. Au fur et à mesure que le col de l’utérus se dilate, cette durée se raccourcit jusqu’à la phase d’expulsion.

Afin de mieux gérer la phase de dilatation qui demande énormément d’efforts et d’énergie, nous vous proposons une série de positions pour soulager la douleur. Ces positions vous permettrons également d’accélérer la dilatation.

Une maman qui vient d'accoucher allaite son bébé

Positions pour soulager la douleur de l’accouchement et préparer la dilatation

À genoux sur le lit, appuyée sur un coussin

Pour accélérer la dilatation, écartez au maximum les genoux en gardant les doigts de pieds joints.

À quatre pattes

Les mains et les genoux au sol, balancez-vous d’avant en arrière. Si vous le pouvez, décrivez des cercles avec votre bassin. Ces exercices soulagent la douleur de l’accouchement et accélèrent la dilatation.

Debout

La marche favorise l’ouverture du col de l’utérus et facilite par conséquent la dilatation. Bouger vous change également les idées : vous êtes moins focalisée sur la douleur et elle vous paraît moins intense.

Couchée sur le côté, un oreiller entre les jambes

Cette position améliore la circulation sanguine des jambes et détend la zone lombaire. Il est recommandé de se coucher sur le côté gauche, afin de faciliter la circulation du sang vers le placenta et le bébé, permettant ainsi un meilleur apport d’oxygène.

Assise sur une chaise

Asseyez-vous à cheval face au dossier. Si vous avez mal aux reins, cette position soulagera cette zone du poids de votre corps. Cette posture permet aussi de diminuer la pression exercée par le bébé sur le pelvis et détend les épaules et les cervicales.

Les pieds au mur

Couchez-vous sur le sol contre le mur, la tête posée sur un coussin. Posez la plante des pieds sur le mur et effectuez des va-et-vient comme si vous marchiez sur le mur. Cette technique active la circulation dans les jambes et aide à pousser avec plus de force pendant l’accouchement.

Assise sur un ballon gonflable de pilates

Grâce à cette position, vous soulagez vos jambes de votre propre poids et vous pouvez vous déplacer sans effort. Assise, jambes écartées, balancez-vous sur le ballon d’un côté puis de l’autre en bougeant le bassin. Vous aidez ainsi votre bébé à descendre dans le pelvis.

Si vous n’avez pas de ballon, vous pouvez vous asseoir au bord d’un canapé en écartant les jambes de la même manière.

En plus de connaître les positions qui soulagent, il est essentiel de savoir gérer sa respiration. Si vous savez la contrôler, vous vous sentirez maîtresse de la situation et votre corps sera plus détendu. De plus, en vous recentrant sur votre respiration, vous penserez moins à la douleur et la ressentirez moins.

Un bébé en pleurs juste après l'accouchement

Entre chaque contraction, respirez normalement. Lorsque la douleur arrive, respirez profondément en gonflant la cage thoracique. Remplissez les poumons d’air et expirez lentement. À la fin d’une contraction, inspirez et expirez profondément.

Voilà quelques-unes des positions qui peuvent vous aider à soulager la douleur pendant l’accouchement. En les mettant en pratique, vous réduirez considérablement la douleur lié à ce moment tant attendu : la naissance de votre enfant.

N’oubliez pas de bien respirer. Vous permettrez ainsi à votre corps de se détendre et de moins souffrir. Il ne vous restera plus qu’à profiter de cet instant magique où vous découvrirez un sentiment incomparable, celui de tenir pour la première fois votre bébé dans vos bras.