Polypes de l’utérus

9 septembre 2018
Avez-vous entendu parler des polypes de l'utérus ? Même si cela peut paraître difficile à croire, ils sont plus fréquents que vous le pensez. Leur incidence est beaucoup plus élevée chez les femmes de 35 à 40 ans. Si vous voulez en savoir plus sur les polypes de l'utérus, lisez la suite.

Certes, le mot tumeur peut faire peur au début. Cependant, les polypes de l’utérus font partie d’un groupe de tumeurs majoritairement bénignes et asymptomatiques.

Les polypes de l’utérus ou les polypes de l’endomètre sont des excroissances anormales de l’endomètre, la couche qui recouvre l’utérus. Ils peuvent avoir différentes tailles, bien qu’ils soient généralement petits.

Dans la plupart des cas, ils ne causent pas de problèmes de fertilité. Cependant, dans un petit pourcentage de cas, ils peuvent entraver l’arrivée des spermatozoïdes à l’ovule. De plus, ils sont généralement asymptomatiques. C’est-à-dire qu’aucun signe ne nous indique qu’ils sont là. Il est donc recommandé de faire les examens appropriées avec votre gynécologue.

Le diagnostic des polypes de l’utérus

On peut trouver des polypes de l’utérus en effectuant des échographies transvaginales, des hystérographes ou des hystéroscopies.

  • L’échographie transvaginale est une technique d’imagerie dans laquelle on effectue un balayage en introduisant un transducteur dans le vagin, l’utérus, les ovaires et les trompes de Fallope.
  • Les hystérographies sont un type d’échographie basé sur l’observation de l’endomètre. Pour cela, on utilise un sérum physiologique qui aide à détendre la cavité utérine. Elles permettent un meilleur diagnostic que les échographies transvaginales.
  • L’hystéroscopie est l’examen le plus complet. En effet, non seulement elle permet de réaliser un diagnostic valide, mais elle peut également éliminer la tumeur, au cas où elle serait petite et facile à extraire. Pour les hystéroscopies, on utilise une caméra microscopique que l’on introduit à travers le vagin et avec laquelle on obtient une image claire du polype ou des polypes de l’utérus. Ainsi, on peut en retirer un petit morceau pour effectuer une biopsie ou le retirer complètement.
Les polypes de l'utérus sont asymptomatiques.

Quelles sont les causes des polypes de l’utérus ?

La cause spécifique des polypes est encore inconnue. Mais on sait que certains facteurs sont intimement liés à l’apparition de ces tumeurs. Ces facteurs sont :

  • Un augmentation des niveaux d’oestrogène.
  • Le tamoxifène. C’est un médicament dont l’efficacité a été prouvée contre le cancer du sein.
  • L’âge. Après 40 ans, le taux de polypes utérins est plus élevé.
  • L’obésité. L’obésité est associée à de nombreuses complications, dont l’apparition de polypes.
  • L’hypertension.
  • Les traitements hormonaux chez les femmes ménopausées.
  • D’autres maladies. Le syndrome de Lynch ou le syndrome de Cowden – entre autres – sont liés à la croissance de tumeurs dans l’utérus.

Les polypes de l’utérus peuvent causer des fausses couches à répétition, car ils empêchent l’implantation correcte de l’embryon.

Les symptômes des polypes de l’utérus

Les polypes sont généralement asymptomatiques. Il est donc important d’effectuer des examens périodiques pour écarter leur apparition.

Malgré cela, il existe des polypes qui présentent des symptômes. Le plus commun est le saignement utérin anormal. Un saignement utérin anormal est défini comme suit :

  • Ménorragies ou menstruations avec saignements très abondants.
  • Métrorragie ou saignement non lié à la menstruation. Ce dernier n’est généralement pas abondant.
  • Saignement après avoir eu des relations sexuelles.

Ce saignement anormal peut provoquer une anémie, que l’on peut détecter à l’aide d’un bilan sanguin. Si vous souffrez de l’une de ces situations de saignement anormal, n’hésitez pas à en informer immédiatement votre gynécologue.

Votre gynécologue peut vous aider à traiter les polypes de l'utérus.
Le traitement des polypes de l’utérus

Gardez toujours à l’esprit que le traitement se fera au cas par cas.  Mais, en général, on peut dire que le traitement des polypes implique leur extraction.

Dans le groupe des femmes ménopausées, l’élimination des polypes est toujours recommandée. Dans le cas des femmes préménopausées, l’extraction est recommandée s’ils produisent des symptômes, sont grands ou s’ils se trouvent dans le col de l’utérus. Les femmes non ménopausées qui ne présentent pas de symptômes et qui n’ont pas plusieurs polypes doivent suivre les consignes et les recommandations du médecin, qui seront adaptées à leur cas particulier.

 

A découvrir aussi