Le nouvel espoir de la leucémie infantile : la thérapie génique

25 août 2019
La leucémie infantile touche principalement les moins de 5 ans et la chimiothérapie donne de bonnes chances de guérison dans près de 90 % des cas. Quel espoir y a-t-il pour les enfants qui ne répondent pas au traitement conventionnel ?

Les traitements les plus récents contre l’un des cancers les plus fréquents dans la population infantile ont non seulement réussi à ralentir la progression de la maladie, mais ont même permis d’inverser la tendance. La thérapie génique est un nouvel espoir pour ces enfants atteints de leucémie à cellules B.

Mais pour comprendre la leucémie, nous devons d’abord connaître son origine ainsi que les cellules qu’elle affecte. Tout commence dans la moelle osseuse, un tissu spongieux blanc situé à l’intérieur des os longs tels que le fémur, la hanche et le sternum.

Dans la moelle osseuse, il existe un petit nombre de cellules souches qui produisent différents types de cellules présentes dans le sang : la série lymphoïde (lymphocytes) et la série myéloïde (globules rouges, plaquettes et certains globules blancs). Plongeons au cœur du sujet, comment se déclare le cancer des cellules B ?

Qu’est-ce que la leucémie infantile ?

Un cancer survient lorsque notre corps commence à produire des cellules à un rythme incontrôlé. La subtilité tient au fait que ces cellules anormales ne meurent pas. Comme notre corps est constitué de cellules, le cancer peut apparaître dans n’importe quel organe du corps.

Dans le cas de la leucémie infantile, le cancer prend racine dans la moelle osseuse. Les cellules touchées sont donc des cellules sanguines, plus particulièrement celles qui donnent naissance aux globules blancs ou aux cellules myéloïdes, les myélocytes.

Ces cellules cancéreuses restent parfois dans la moelle osseuse bien que, parfois, elles atteignent le sang, propageant la maladie. Dans certains cas, elles envahissent d’autres parties du corps. Par exemple, les cellules cancéreuses peuvent atteindre les ganglions lymphatiques, la rate, le foie et le système nerveux central. Il existe néanmoins un espoir pour la leucémie infantile : la thérapie génique.

Schéma explicatif des différents types de leucémie

Les différents types de leucémie infantile

Selon différentes caractéristiques, l’American Cancer Society classe la leucémie infantile en fonction des sous-types suivants : cellules aiguës ou à croissance rapide, cellules chroniques ou à croissance lente, cellules myéloïdes ou cellules lymphoïdes.

  • Leucémie lymphocytaire aiguë (LLA). C’est le cas le plus fréquent. Elle affecte les cellules lymphocytaires, celles qui vont former les globules blancs. Elle est plus connue sous le nom de leucémie à cellules B.
  • Leucémie myéloïde aiguë (LMA). Elle provient des cellules myéloïdes. Elle représente la majorité des cas de leucémie.
  • Leucémie lymphocytaire chronique (LLC). C’est un type de leucémie très rare chez les enfants. Elle affecte les globules blancs dans la moelle osseuse.
  • Leucémie myéloïde chronique (LMC). Cette variante a son origine dans les cellules hématopoïétiques, celles qui donnent naissance aux globules rouges et aux plaquettes, envahissant ainsi la circulation sanguine. Il est également très rare de la voir chez les enfants.

Un espoir pour les familles : la thérapie génique

Récemment, l’hôpital Clinic de Barcelone a traité plusieurs enfants atteints de LAL à cellules B qui n’ont pas bien répondu au traitement conventionnel. On leur a administré une nouvelle thérapie génique encore en phase expérimentale chez l’homme : le tisagenlecleucel. Ce traitement a été approuvé par la FDA en 2012. La société pharmaceutique Novartis se charge de le produire. Mais qu’est-ce que la thérapie génique ?

La thérapie génique

La thérapie génique est un traitement adapté à chaque patient. Au cours de ce traitement on introduit  des gènes spécifiques dans certaines cellules du patient pour lutter contre la maladie. De cette manière, il est possible de maximiser les chances d’éviter les rejets de greffes et d’accroître l’efficacité du traitement en concevant des cibles spécifiques pour lutter contre le cancer.

La conception du traitement de la leucémie infantile par thérapie génique

Le processus se déroule en plusieurs étapes et dure environ 22 jours.

  • Tout d’abord, on prélève les cellules sanguines du patient et on isole  les lymphocytes T.
  • Plus tard, au laboratoire, on va leur faire subir une modification génétique. En effet, on va y inclure une séquence d’ADN pour produire une protéine que l’on appelle CAR (Chimeric Antigen Receptor).
  • La RCA va alors reconnaître une autre protéine située à la surface des cellules cancéreuses, CD19.
  • Les lymphocytes T (LT) du patient qui ont été modifiés sont cultivés en laboratoire pour en obtenir des milliards.
  • Dans la phase finale, les LT modifiés sont inoculés au patient sous la forme d’un infusorium par voie intraveineuse.
Cellule cancereuse en image

Comment fonctionne le binôme T-CAR / CD19 ?

Imaginez la cellule comme une sphère dont la surface présente certaines structures en forme de branches, chacune avec une morphologie caractéristique. Ces branches sont responsables de la relation de la cellule avec son environnement et avec les autres cellules.

Dans le cas spécifique, les LT modifiés du patient expriment en surface une « branche » très spécifique, la CAR, qui reconnaît spécifiquement une autre « branche » à la surface de la LB, la CD19. Maintenant que le lymphocyte T a reconnu la cellule B il peut l’éliminer.

Cependant, gardons en tête la citation du Dr Francis Collins, directeur du NIH :

« Un grand nombre de questions doivent être examinées avant que nous puissions proclamer que les approches immunothérapeutiques du cancer sont un succès inconditionnel. »

-Dr. Francis Collins-

Les succès et les échecs de l’immunothérapie dans la leucémie infantile

Selon les résultats observés après 3 mois d’application du traitement, 80 % des patients n’ayant pas répondu de manière satisfaisante à la chimiothérapie conventionnelle sont en nette rémission de la maladie, selon le National Cancer Institute (NIH).

Cependant, il faut être prudent sur ce succès de l’immunothérapie en raison des effets indésirables observés. En effet, il faut les prendre en compte sérieusement. Le Docteur Collins a d’ailleurs soumis un rapport dans lequel il convient de souligner les points suivants :

  • La protéine CD19 étant présente dans les lymphocytes B, la LT-CDR ne fait pas de distinction entre le cancer et les cellules saines. C’est pour cela que l’on doit traiter le patient pour une immunosuppression.
  • L’émergence du syndrome de libération de cytosine, qui s’atténue après l’application de médicaments en temps opportun.
  • La présence d’effets secondaires neurologiques, tels que de la confusion et des crises de convulsion, qui semblent se réduire sans traitement.

Bien entendu, ce traitement novateur est un nouvel espoir pour les familles de ces enfants qui sont atteints de cette forme particulière de cancer. Bien que le traitement ne soit pas encore parfait et soit toujours en phase expérimentale, les bons résultats ont facilité l’approbation de l’immunothérapie pour traiter d’autres cancers, tels que le VPH ou les lymphomes.

  • NIH. (19 octubre 2017). La terapia con células T y CAR ha sido aprobada para algunos niños y adultos jóvenes con leucemia [artículo en web]. Recuperado de: www.cancer.gov
  • Mouzzo, J. (28 noviembre 2017). La terapia génica contra la leucemia llega al Clinic [artículo en periódico]. Recuperado de: www.elpais.com
  • American Cancer Society. (12 febrero 2019). Tasa de supervivencia de las leucemias en niños [artículo en web]. Recuperado de: www.cancer.org