De quoi dépend le groupe sanguin de mon enfant ?

· 21 mars 2019
Notre groupe sanguin est hérité des deux parents. De même que nous recevons des caractéristiques physiques telles que la couleur de la peau ou des cheveux, nous héritons également du type de sang à partir de celui de nos parents.

Étonnamment, le groupe sanguin n’est pas déterminé génétiquement à la naissance selon la contribution des deux parents. Afin de le connaître, il faut prélever un échantillon de sang du bébé puis l’analyser par la suite.

Ce dernier est classé en fonction de la présence ou de l’absence d’antigènes à la surface des globules rouges. La présence ou l’absence de certains antigènes va déterminer le fait d’être dans un groupe plutôt que dans un autre.

Il existe trois types d’antigènes (A, B et AB) qui forment quatre groupes sanguins différents. Par ailleurs, le groupe O se caractérise pas l’absence d’antigènes à la surface des globules rouges.

Par conséquent, notre génotype est composé de deux expressions possibles de ce gène, qui donne les combinaisons suivantes possibles : AA, AB, AO, BO et OO. D’une part, les gènes A et B sont dominants (ils s’expriment) et, d’autre part, le gène O est récessif (il s’exprime seulement en présence d’un deuxième gène O).

2 grands groupes : ABO et Rhésus

Il existe plus de 20 types différents d’incompatibilités possibles qui sont formées par deux grands groupes : le système AB0 et le facteur RhVoici une description de chacun d’entre eux.

Le système ABO

Dans ce cas, l’incompatibilité est généralement plus légère et peut apparaître dès la première grossesse. Il existe trois antigènes différents : A, B et O, qui déterminent les groupes suivants A, B, AB ou O.

Les personnes qui possèdent l’antigène A à la surface de leurs globules rouges expriment des anticorps -molécules qui attaquent- contre le B. Celles du groupe B le font à l’inverse et possèdent des anticorps contre le groupe A.

Les personnes du groupe O n’ont ni A ni B à la surface des globules rouges et peuvent donc produire des anticorps contre A et B. Enfin, les individus du groupe AB, qui possèdent les deux antigènes, ne produiront aucun des anticorps, ni A ni B.

Par exemple, les personnes dont la surface est constituée d’antigènes de type A pourront fabriquer des anticorps contre les antigènes de type B. Ce ne serait pas logique qu’elles produisent des anticorps contre le A puisqu’elles s’attaqueraient elles-mêmes.

Notre groupe sanguin est hérité des deux parents.

Le facteur Rh

Le groupe sanguin d’une personne se détermine également avec le signal du facteur Rhésus qui indique la présence ou l’absence d’un antigène particulier dans les globules rouges. Le facteur Rhésus peut être positif (Rh+) ou négatif (Rh-).

Les problèmes les plus courants d’incompatibilité mère-foetus (et par conséquent mère-père) dépendent surtout du facteur Rh.

Lorsque les deux parents ont un facteur Rh négatif, indépendamment de leur groupe sanguin, l’enfant aura forcément un groupe sanguin avec un Rh négatif. Dans d’autres cas, le petit peut avoir un groupe sanguin avec un Rhésus + ou -.

« Il existe trois types d’antigènes (A, B et AB) qui forment quatre groupes sanguins différents ; le groupe O se caractérise par l’absence d’antigènes à la surface des globules rouges »

Comment hérite-t-on du groupe sanguin ?

Les groupes sanguins sont hérités des deux parents : la moitié de la mère et la moitié du père.

L’information du groupe du système ABO est contrôlée par un seul gène, où A et B sont dominants. Tout comme le gène brun domine le gène blond ou le gène des yeux foncés domine celui des yeux clairs. Dans ce cas, le A ou le B dominent le O. Ainsi, AO et AA appartiennent tous les deux au groupe A.

Les antigènes à la surface des globules rouges aident à déterminer le groupe sanguin.

Incompatibilité de groupe sanguin

Quand il existe une incompatibilité, les cellules du bébé sont attaquées par les anticorps de la maman. Elles sont détruites et peuvent donner lieu à une anémie et une hyperbilirubinémie. Cela peut être moins grave dans les cas d’incompatibilité avec le système ABO et plus grave dans le cas du Rh.

L’incompatibilité entre les groupes est rare, mais elle peut survenir dans les cas suivants :

  • Mère avec groupe A, B ou AB positif : aucun problème, il n’est pas nécessaire de connaître le groupe sanguin du père.
  • Mère avec groupe O positif : il est préférable que le père réalise le test. En effet, s’il était du groupe A, B ou AB, à la naissance l’enfant pourrait avoir un ictère dû à l’incompatibilité ABO. Il ne s’agit pas d’une maladie grave mais le fait de connaître le groupe sanguin du père accélère le moment du diagnostic.
  • Si le groupe sanguin est le même chez les deux parents, il n’y a aucun problème pour le bébé.

Finalement, vous devez garder à l’esprit que l’examen pour connaître le groupe sanguin est très important pendant la grossesse. En effet, cela permet de trouver des incompatibilités dans le couple qui pourraient causer des problèmes au foetus. La prévention est donc d’une importance vitale.