Notre enfant veut dormir avec nous : que faire ?

Comprendre les peurs typiques de leur âge et leur offrir du soutien est une façon respectueuse d'accompagner la transition des enfants vers le sommeil en solitaire.
Notre enfant veut dormir avec nous : que faire ?

Dernière mise à jour : 28 avril, 2022

Chaque pas que nous faisons dans la parentalité est un défi. Parfois, la route est si difficile qu’elle semble impossible à surmonter. Cependant, quand on regarde en arrière, on se rend compte que la plupart des choses se font au bout d’un certain temps et que la patience est un facteur clé pour notre bien-être. L’un de ces défis habituels consiste à faire dormir les tout-petits seuls dans leur lit.

La plupart des parents se demandent ce qu’il faut faire quand leur enfant veut dormir avec eux et de nombreux mythes, croyances et informations décousus circulent autour du sujet.

Le problème se pose lorsque nous appliquons ces recommandations sans discernement et que nous nous convainquons que les autres savent mieux que nous. Nous éteignons notre instinct et oublions un point crucial : que la réponse est juste devant nous, chez cet enfant qui nous indiquera quand ce sera le bon moment pour lui.

Bébé pleure parce qu'il ne veut pas dormir à cause des comportements régressifs dont il souffre après la naissance de sa sœur.
Les enfants ont leur propre rythme pour s’adapter aux changements. Les solutions des uns ne marchent pas toujours pour les autres. Écoutez le petit qui se trouve devant vous.

Pourquoi notre enfant veut dormir avec nous

Il est vrai que les adultes se reposent et retrouvent leur intimité lorsque les enfants dorment dans leur propre chambre. Les premières années de parentalité sont exigeantes, tant en termes de temps que d’efforts physiques. Dès lors, il est compréhensible que les parents veuillent améliorer leur qualité de vie, mais pas au prix de laisser leurs enfants seuls face à leurs peurs.

Il faut donc trouver un juste milieu et respecter les temps d’adaptation de chaque enfant à sa nouvelle chambre. Il est logique que le petit ressente de la peur ou de l’insécurité, surtout quand tout est sombre et silencieux dans la maison.

Faut-il le laisser pleurer pour qu’il s’y habitue ? Non, ce n’est en aucun cas recommandé. En effet, le but est de l’habituer à dormir seul, pas de naturaliser la solitude.

Les enfants doivent apprendre que leurs parents seront présents quand cela sera nécessaire, car ils ont un besoin d’attachement et d’affection. Sinon, le processus consistant à dormir seul peut devenir encore plus compliqué.

D’autre part, il faut tenir compte du fait que la pensée des enfants se caractérise par son caractère magique : ils croient aux fantômes, aux monstres et ne comprennent pas le langage figuré. De plus, la peur du noir en tant que telle fait partie des peurs évolutives. Ainsi, on doit s’attendre à ce qu’ils éprouvent de l’angoisse lorsqu’ils se retrouvent seuls dans leur chambre.

Comprendre cela nous permet d’adapter nos attentes et nos exigences aux possibilités de cet enfant qui vit avec nous. Nous ne devons pas toujours agir selon les désirs, les volontés ou les recommandations des autres.

Pouvoir comprendre notre enfant à travers l’empathie nous permet de l’accompagner avec une éducation respectueuse.

Comment aider les enfants à dormir seuls

Au-delà des recommandations, il s’agit de comprendre que l’essentiel est d’y aller doucement. Il est également important que les parents s’entendent sur les objectifs, qu’ils discutent des stratégies et qu’ils soient cohérents avec la décision. Lorsque cela ne se produit pas, des messages déroutants sont transmis et cela empêche l’établissement de l’habitude souhaitée.

Voyons quelques conseils à garder à l’esprit lorsque vous accompagnez les enfants dans ce processus de dormir seuls.

Créer des routines de sommeil

Cela signifie adopter des habitudes qui préparent l’enfant au moment du sommeil. Par exemple, se brosser les dents, mettre son pyjama, lire une histoire au lit. Il est également bon de manger tôt un repas léger et d’éteindre les écrans au moins 2 heures avant le coucher.

Réaliser des actions de transition agréables

Si votre enfant apprécie le moment qui précède le sommeil, il s’endormira sûrement plus calmement et se reposera mieux. Par exemple, se mettre ensemble dans le lit pour lire une histoire, parler des plus belles choses de la journée ou être reconnaissant de ce que l’on a est un bon moyen d’apporter une sécurité pour affronter la nuit.

Favoriser l’autonomie de l’enfant dans la journée

L’encourager à faire des choses par lui-même, sans aide, est une bonne stratégie pour développer sa confiance en soi et sa sécurité personnelle.

Anticiper, écouter et répondre aux besoins de l’enfant

Savoir ce qui va se passer avant que cela ne se produise nous permet de réguler l’anxiété à tout âge. Par conséquent, il est préférable d’informer votre enfant que s’il se réveille au milieu de la nuit, il peut vous appeler et que vous irez dans sa chambre. Laissez-le vous parler de ses craintes, vous poser des questions et soyez sûr que vous n’allez pas le décevoir.

Le calmer sans se mettre en colère ou se frustrer

Gardez à l’esprit que la consolidation d’une habitude demande de la patience, de l’accompagnement et de la compréhension. De nombreux professionnels recommandent qu’au lieu de permettre à l’enfant de retourner dans le lit des parents en cas de réveil nocturne, l’un des parents s’allonge dans le lit de l’enfant pour le calmer.

famille heureuse dort dans le même lit co-dodo père mère enfants garçon fille
Vos enfants ne vous réclament pas par égoïsme. Ils vous cherchent par nécessité. Accompagnez-les en faisant preuve d’empathie, de respect pour leur temps d’adaptation et d’amour désintéressé.

Enfin, il convient de prendre en compte les contributions du neuropsychologue Álvaro Bilbao, qui soutient que les recommandations sur le sommeil sont souvent extrêmes. Soit on les laisse pleurer, soit on dort avec eux. Or, la vraie vie est nuancée et construire vos propres options est tout à fait valable.

Apprendre à dormir seul ne peut se faire à n’importe quel prix

Accompagner nos enfants avec respect afin qu’ils choisissent de dormir dans leur lit est une des clés pour qu’ils arrêtent de dormir avec nous. Cela ne se limite pas à atteindre un objectif spécifique, mais reflète plutôt la manière dont nous devons nous lier à eux.

Un lien basé sur la confiance, l’amour et l’empathie est le meilleur outil parental sur lequel nous puissions compter.

Attention à ne pas appliquer aveuglément ces méthodes qui suggèrent de laisser vos enfants pleurer et de ne pas répondre à leurs appels. Certes, au bout d’un certain temps, les enfants apprendront à dormir seuls, mais en ayant le sentiment que leurs émotions n’ont pas d’importance.

Alors, quel prix sommes-nous prêts à payer pour que nos enfants apprennent à dormir seuls ? Y réfléchir est notre responsabilité d’adultes. Agir selon nos principes est notre devoir de parents.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 contes pour apprendre aux enfants à dormir seuls
Être parents
Lisez-le dans Être parents
5 contes pour apprendre aux enfants à dormir seuls

Les livres pour enfants sont un bon outil à utiliser avec les plus petits lorsqu'ils abordent un sujet aussi complexe que celui de dormir seuls.



  • Montserrat Gala, A. M., & Fortes del Valle, M. A.. (2013). Aprender a dormir. Pediatría Atención Primaria, 15(60), e145-e155. https://dx.doi.org/10.4321/S1139-76322013000500004
  • Bilbao, Alvaro (2015) El cerebro del niño explicado a los padres. Plataforma Actual.