Ne dites jamais de mal de l’autre parent à votre enfant

9 mars 2020
Parler en mauvais termes à vos enfants de leur autre parent peut leur causer un préjudice irréparable. Par conséquent, faites-vous une priorité de toujours leur offrir une enfance sûre et heureuse.

Le divorce n’est pas la seule situation dans laquelle un parent peut dire du mal de l’autre. Cela peut également se produire lorsqu’un des parents n’a jamais fait partie de la vie de l’enfant, ou même lorsque le couple est toujours ensemble. Dans les deux cas, parler en mal de l’autre parent peut leur causer un préjudice irréparable, vous devez donc l’éviter à tout prix.

Lorsque nous avons le sentiment que notre ancien partenaire nous a blessé et trahi, il est normal que nous ressentions un besoin incontrôlable d’exprimer notre colère. Cependant, notre ressentiment ne devrait jamais être dirigé contre les enfants. Notre priorité doit toujours être de les protéger et de veiller à ce qu’ils disposent d’un environnement aussi sain que possible.

Aimer et être aimé

Pour un enfant, sa famille est son centre, son monde entier. Maman et papa sont sa référence ultime, son filet de sécurité. Grâce à l’amour et à la confiance qu’ils lui apportent, sa personnalité se forge et il commence à s’ouvrir au monde.

Ne jamais mal parler de l autre parent

L’enfant a besoin d’aimer sans culpabilité et d’être aimé inconditionnellement par ses parents afin d’atteindre un développement émotionnel adéquat. La famille est son lieu sûr et heureux, celui qui lui donne la confiance nécessaire pour explorer d’autres territoires. Un endroit stable et confortable pour se recharger, des racines solides qui permettent une croissance sans crainte.

L’importance du noyau familial est telle que nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le rendre harmonieux et nourrissant.

Laissez vos enfants aimer leur autre parent même si ce n’est plus votre cas

Cependant, les circonstances ne sont pas toujours parfaites. Peut-être que l’autre parent de notre enfant n’a jamais voulu être présent dans sa vie, peut-être avons-nous pris la décision de divorcer. Ou, peut-être, même si nous restons ensemble, des conflits et des disputes surgiront qui feront une brèche dans le couple.

Toutes ces circonstances font partie de la vie, et en tant qu’adultes, nous devrons y faire face de la meilleure façon possible. Mais s’il y a une chose que nous devons préciser, c’est que cela ne doit jamais affecter le bien-être de nos enfants, du moins pas dans la mesure où nous pouvons l’éviter. Il est clair que ces décisions auront un impact sur la vie de l’enfant, mais celui-ci sera très différent selon la façon dont les adultes agissent dans sa vie.

Peut-être le père (ou la mère) de votre enfant ne s’est-il pas bien comporté, peut-être vous a-t-il fait du mal, vous a-t-il trahi ou vous a-t-il trompé. Peut-être même a-t-il fait de grosses erreurs ou vous a-t-il négligé en tant que parent. Il est tout à fait normal et valable que cela génère des émotions négatives, de la colère ou du ressentiment.

Il vous faudra mener à bien votre propre processus émotionnel pour intégrer ces expériences et parvenir au pardon. Mais, sans aucun doute, votre première priorité doit être de protéger votre enfant. Et cela inclut la protection de la vision qu’il a de son autre parent et du lien qu’il a établi avec lui. L’enfant a besoin d’aimer son autre parent et de se sentir aimé par lui. Autant qu’il en a besoin de votre part.

parents se disputant devant leur enfant

Dire du mal à vos enfants de leur autre parent

En disant du mal de leur autre parent à vos enfants, vous leur volez une part fondamentale de leur développement. Quand vous leur dites que leur autre parent est parti parce qu’il se fiche d’eux, qu’il ne veut pas passer du temps avec eux, qu’il ne se soucie pas d’eux, les enfants ne comprennent pas qu’il est un individu négligent.

Ils comprennent que c’est leur faute. Ils commenceront à sentir qu’ils ne sont pas suffisants, qu’ils ne sont pas valables, qu’ils ne méritent pas d’être aimés.

Lorsque vous leur dites « tu es comme ton autre parent » ou « ton autre parent est mauvais, il est irresponsable, égoïste« , vous les mettez dans une position très difficile.

Ils seront obligés de prendre parti, ils se sentiront coupables d’aimer leur autre parent et ils vous accuseront grandement du fossé que vous avez ouvert dans leur petit monde : il n’y a plus de stabilité ni d’harmonie, mais de la haine et de la confusion.

Vous pouvez penser que vos enfants ont besoin de savoir comment est leur autre parent, que vous n’allez pas leur mentir, qu’ils ont le droit de connaître la vérité. Mais, en réalité, ce à quoi ils ont droit, c’est d’être des enfants, de se sentir aimés et en sécurité, de ne pas avoir à faire face à des situations d’adultes.

Lorsqu’ils grandiront, ils connaîtront, comprendront et réorganiseront ce qu’ils ont vécu sous un autre angle. Pour l’instant, laissez-les grandir.

  • Sánchez-Queija, I., & Oliva, A. (2003). Vínculos de apego con los padres y relaciones con los iguales durante la adolescencia. Revista de Psicología Social18(1), 71-86.
  • Nuñez Mederos, C. S., Pérez Cernuda, C., & Castro Peraza, M. (2017). Consecuencias del divorcio-separación en niños de edad escolar y actitudes asumidas por los padres. Revista Cubana de Medicina General Integral33(3), 296-309.