Lorsque la mère est victime d'abus, comment cela affecte-t-il ses enfants ?

Lorsque la mère est victime d'abus et que les enfants sont témoins de cette violence, les conséquences peuvent être graves pour eux.
Lorsque la mère est victime d'abus, comment cela affecte-t-il ses enfants ?

Dernière mise à jour : 27 août, 2022

Quand on parle de violence de genre domestique, l’approche se limite souvent aux femmes qui en souffrent. Cependant, ses conséquences s’étendent à tous les membres de la famille. Dans le cas des enfants, la situation est plus délicate : être témoin que leur mère est victime d’abus a des effets similaires étant donné qu’ils vivent aussi dans la violence.

Conséquences sur les enfants témoins de maltraitance

Être exposé et voir sa mère maltraitée est l’une des situations les plus stressantes et les plus douloureuses pour les enfants. De plus, cela peut avoir des conséquences sur le plan physique, comportemental et psychologique.

Certains des symptômes les plus courants chez les enfants que nous observons dans cette situation sont les suivants :

  • Difficulté à s’endormir, cauchemars et réveils nocturnes.
  • Troubles somatiques, tels qu’allergies, maux d’estomac ou maux de tête.
  • Changements dans le régime alimentaire, tels que la perte d’appétit.
  • Régressions du comportement, telles que la perte de contrôle du sphincter ou la remise du doigt dans la bouche.
  • Éprouver de l’anxiété ou de la peur en croisant l’agresseur ou tout autre étranger. Des sentiments de colère, de culpabilité ou de honte peuvent également survenir.
  • Difficultés scolaires. Il y a généralement une hyperactivité et une perte de concentration.
  • Perte de compétences sociales. Ils éprouvent également des problèmes relationnels, à la fois dans le présent et dans leurs relations adultes. Par exemple, pendant l’enfance, ils peuvent éprouver des problèmes de comportement, tels que l’agressivité, l’impulsivité, les confrontations avec leurs pairs ou la cruauté envers les animaux, entre autres. Puisqu’ils sont élevés dans un environnement hostile et toxique, ils apprennent que c’est la norme et qu’ils peuvent être à la fois victimes d’abus dans des relations ultérieures ou de futurs agresseurs.
  • Faible estime de soi, en raison d’un sentiment d’impuissance et d’absence de protection.
  • Conduite délictuelle ou conduite liée à l’abus de substances.
Les enfants témoins des violences subies par leur mère font souvent des cauchemars ou ont du mal à s’endormir.

Changements dans les relations avec leurs parents

La manière dont la violence impacte la relation que cet enfant entretient avec ses parents mérite une section spéciale. Les enfants traversent un tourbillon d’émotions car ils ne comprennent pas ce qui se passe. C’est ainsi qu’au fil du temps apparaît l’ambivalence d’avoir des sentiments négatifs tant envers leur père pour avoir maltraité leur mère qu’envers la mère elle-même, qui n’a pas pu s’échapper du foyer et empêcher que ses enfants soient élevés dans un contexte hostile. Parfois, lorsque la femme est victime d’abus, ils ne peuvent pas la voir de cette façon : ils peuvent aussi la considérer comme responsable de ne pas avoir réagi à cette situation, ce qui les plonge dans la culpabilité, et ceci interférant dans la relation qu’ils entretiennent avec elle.

C’est ainsi que le lien avec les deux parents s’use et traverse tous ces soubresauts émotionnels qui mettent en échec la santé mentale des enfants.

Facteurs qui déterminent l’impact de la violence

On sait maintenant que lorsque la mère est victime d’abus, les conséquences atteignent aussi les enfants témoins. Cependant, l’impact sera atténué ou plus complexe selon certains facteurs. Il s’agit notamment de l’âge et du niveau de développement de l’enfant, de la durée pendant laquelle il a été exposé à la violence et du contexte familial. Parfois, avoir d’autres membres de la famille qui offrent du soutien et de l’accompagnement peut être très utile.

Au-delà de la violence elle-même, le côté pervers de ce cercle vicieux est que les enfants reçoivent un message confus et ambigu : la violence envers quelqu’un qu’ils aiment vient de quelqu’un qu’ils aiment aussi. Face à cette situation, les enfants ne savent pas comment faire face à la violence. De plus, si les petits ont entre 4 et 5 ans, ils culpabilisent souvent et croient qu’ils sont la cause de « ces mauvaises choses qui arrivent à la maison ». C’est pourquoi une intervention précoce est essentielle.

victime d'abus
Dans la plupart des cas, les enfants ne savent pas comment faire face à la violence. Ils peuvent même se sentir coupables et croire qu’ils sont la cause du problème.

Tout n’est pas dit

Il est clair que voir sa mère maltraitée n’est pas une condition idéale pour grandir sainement et laissera sûrement des conséquences. Cependant, cela ne doit pas décourager ces enfants, qui deviendront adultes plus tard, de rechercher et d’apprendre de nouvelles façons de nouer des liens.

Il sera très important de travailler sur ce que l’on croit de la violence, car elle a commencé à faire partie de la vie dès le plus jeune âge. Étant donné que les parents sont nos modèles et que nous sommes façonnés par ce que nous voyons et entendons d’eux, cela peut conduire à la création de modèles mentaux déformés. D’autre part, un travail doit également être fait sur les traumatismes et les conséquences du stress post-traumatique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment la violence domestique affecte-t-elle les enfants ?
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Comment la violence domestique affecte-t-elle les enfants ?

De nos jours, la violence domestique existe encore et touche malheureusement de plus en plus d'enfants. Quelles sont les conséquences ?



  • Bedoya, M. H. & Giraldo, M. L. (2011). Vivir la violencia materna. La voz de los niños y las niñas. Revista Latinoamericana de Ciencias Sociales, Niñez y Juventud, 2 (9), pp. 607 – 617.
  • Barudy J, Dantagnan M. Los buenos tratos a la infancia. Parentalidad, apego y resiliencia. Ed Gedisa, 2005.