L’œil paresseux chez les enfants : causes et symptômes

16 juin 2019
Le syndrome de l’œil paresseux chez les enfants est assez fréquent. Il est donc important que les parents soient vigilants et que le traitement soit réalisé à temps. Les causes de cette pathologie sont multiples, de même que les signes que l'on peut observer chez les petits. Les traitements sont relatifs aux caractéristiques personnelles de l'enfant.

L’œil paresseux chez les enfants est une altération de la vision également appelée amblyopie. Sa caractéristique principale est qu’un œil travaille moins que l’autre par manque de stimulation visuelle.

A quoi est due cette différence ? En général, à cause d’une autre pathologie de base qui fait que les deux yeux offrent des images distinctes au cerveau, ce qui crée de la confusion. On peut dire alors que le cerveau, pour ne pas s’embrouiller, privilégie une image et élimine l’autre.

Dans ces cas, le cerveau adopte un ‘oeil préféré’ qui développe une vision normale. L’autre oeil, celui qui a proposé l’image éliminée, est alors en décalage et perd la vision partielle ou totale.

Autres caractéristiques

L’œil paresseux chez les enfants affecte généralement l’un des yeux, bien que cela puisse également toucher les deux. Par ailleurs, c’est l’une des causes les plus fréquentes d’une mauvaise vision pendant l’enfance. Entre 1 % et 4 % des enfants sont touchés.

Il faut rappeler que la vision de l’œil paresseux ne se récupère pas à 100 % avec l’utilisation de lunettes. En effet, c’est l’une des particularités qui permet de différencier l’œil paresseux des autres anomalies.

Les causes de l’œil paresseux chez les enfants

Cette pathologie peut avoir son origine dans trois altérations ophtalmologiques :

  1. Strabisme : il s’agit d’une altération qui affecte les muscles chargés d’aider l’œil à bouger pour faire la mise au point sur les objets. Etant donné qu’ils ne sont pas bien coordonnés, les yeux pointent dans des directions différentes.
  2. Anisométropie : c’est une anomalie qui met en évidence une différence dans la clarté avec laquelle chaque œil fait la mise au point. Si cet écart est très important, le cerveau choisit la vision la plus nette et élimine l’image proposée par l’autre œil. A l’intérieur de ce groupe d’altérations, on retrouve la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme.
  3. Cataracte : c’est le nom donné à une turbidité du cristallin -lentille naturelle de l’œil-. Cela produit une vision trouble, comme si l’on regardait à travers un verre embué.
L’œil paresseux chez les enfants est une altération de la vision également appelée amblyopie. 

Comme nous venons de le voir, dans ces trois types de pathologies, il peut arriver que le cerveau choisisse l’un des yeux, celui qui voit le mieux, comme son ‘favori’ et laisse l’autre de côté. Dès lors, il devient inutilisé et privé de l’expérience visuelle.

Cette possibilité entraîne un retard dans le développement de la fonction visuelle de l’œil négligé. Plus la vision est utilisée, plus la probabilité d’un meilleur fonctionnement visuel est grande. Sinon, le cerveau empêche l’œil paresseux de se développer.

Les symptômes

Parfois, les signes de l’œil paresseux chez les enfants ne sont pas faciles à percevoir. Par conséquent, voici une liste d’indices auxquels il faut être particulièrement attentif :

  • L’enfant s’approche énormément du papier pour lire, écrire ou dessiner.
  • Il cligne ou plisse des yeux, comme s’il essayait de faire la mise au point.
  • Il se frotte constamment les yeux.
  • Cela lui est difficile de voir dans l’obscurité.
  • Un œil est dévié.
  • L’enfant souffre de maux de tête.
  • Il a les yeux rouges ou larmoyants.
  • Il regarde le tableau ou la télévision de côté.
  • Parfois, il dit qu’il ‘voit flou’.
  • Il peut y avoir une tache blanchâtre sur la pupille.

« La caractéristique principale de cette maladie est qu’un oeil travaille moins que l’autre par manque de stimulation visuelle »

Pourquoi est-il important de traiter l’œil paresseux chez les enfants ?

Il est essentiel de diagnostiquer et de traiter cette affection chez les petits pour les raisons suivantes :

  • Pour que ‘l’œil paresseux’ ne développe pas une anomalie chronique grave.
  • Il est important que l’enfant puisse voir en trois dimensions -perception de la profondeur-. Par conséquent, il a besoin d’une bonne vision des deux yeux.
  • Ce symptôme doit être détecté dès le plus jeune âge, de préférence avant les cinq ans, afin que l’enfant atteigne la plus grande acuité visuelle possible. Rappelez-vous qu’avant cet âge, le cortex visuel s’adapte mieux aux stimulus visuels de l’environnement.
  • Plus l’enfant est jeune, plus sa vision se rétablira vite. Comme dans beaucoup d’autres pathologies, un diagnostic précoce est la clé pour un retour rapide à la normalité.
Les signes de l’œil paresseux chez les enfants ne sont pas toujours faciles à percevoir.

Traitement : comment faire travailler ‘l’œil paresseux’ ?

Cela est relativement facile et rapide de récupérer le potentiel visuel de cet oeil. Une méthode appelée pénalisation optique est généralement utilisée. Elle consiste à mettre davantage au repos l’œil qui voit bien dans le but que l’œil faible réalise un effort pour voir.

La manière la plus courante d’obtenir l’effet souhaité est d’utiliser un patch qui recouvre l’œil fort. Ce patch permet à ‘l’œil faible’ de s’exercer plusieurs heures par jour. Des gouttes dilatantes ainsi que des lunettes graduées sont également utiles pour atteindre cet objectif.