L’intolérance au gluten est-elle héréditaire ?

5 janvier 2020
L'intolérance au gluten aussi appelée maladie cœliaque est une maladie héréditaire liée à la gluténine. Cependant, ce n'est pas la seule maladie liée aux protéines présentes dans les graines de graminées.

L’intolérance au gluten est une maladie incurable qui touche 1 % de la population. Il existe différentes variantes de la maladie. Par exemple, la sensibilité non cœliaque au gluten, l’allergie au blé et la maladie cœliaque. En quoi sont-elles différentes ?

Ce sont en fait les symptômes qui permettent de distinguer les trois variantes de la maladie.
Dans tous les cas, le traitement est le même. Il s’agit d’éliminer le gluten de l’alimentation pour éviter les symptômes et réparer les éventuels dommages qu’il a déjà pu causer.

Qu’est-ce que le gluten ?

Le gluten, les gluténines et les prolamines, sont un groupe de protéines présentes dans les graines de graminées et surtout dans le blé. La gluténine est aussi la protéine qui donne l’élasticité à la farine et qui est responsable de l’aspect visco-élastique des pâtes à cuire. D’où son intérêt pour l’industrie alimentaire.

Dans le cas particulier du blé, cette protéine représente 85 % de sa teneur totale en protéine. Dans d’autres céréales comme le seigle, ce pourcentage est également assez élevé, avec une teneur beaucoup plus faible lorsqu’il s’agit de l’avoine ou de l’orge. Quelles sont les maladies causées par le gluten ?

Le blé dans l'alimentation

Intolérance au gluten et maladies héréditaires

Sensibilité non cœliaque au gluten

Elle partage de nombreux symptômes avec la maladie cœliaque, ce qui peut entraîner une confusion. Dans les deux cas, elles provoquent de la diarrhée ou de la constipation, des crampes, des douleurs osseuses et articulaires et de la fatigue. Cependant, la sensibilité au gluten est une maladie qui n’a pas de composante génétique. Ainsi, lors d’un test de dépistage de la maladie auto-immune cœliaque, aucun biomarqueur n’apparaît.

Le fait que ses symptômes soient similaires a ceux de la maladie cœliaque a rendu difficile son identification. Ce n’est donc qu’en 2012 qu’elle a été classée comme une maladie distincte de l’intolérance au gluten.En revanche, le traitement est le même. Il consiste à éliminer le gluten de l’alimentation. Enfin, la réaction au gluten peut apparaître jusqu’à 48 heures après sa consommation et peut durer bien plus longtemps.

Maladie cœliaque ou intolérance au gluten

D’autre part, l’intolérance au gluten et l’allergie au blé sont toutes deux des maladies à composante génétique. Elles peuvent donc être identifiées par une analyse de l’ADN pour localiser les biomarqueurs présents dans chacune des maladies.

Dans le cas de l’intolérance au gluten, les personnes atteintes présentent des gènes mutés. Ces derniers produisent de fortes réactions dans le système digestif avec de graves conséquences notamment chez les enfants. Les villosités intestinales sont alors principalement touchées. Ainsi, dans les cas les plus sévères, l’absorption des nutriments est pratiquement nulle à ce niveau.

Cela entraîne alors un retard de croissance, du rachitisme, de l’anémie et même des changements soudains d’humeur et de comportement. Tout ceci est le résultat d’une malnutrition sévère causée par des dommages de l’intestin grêle. Parfois ces symptômes peuvent prendre des années à apparaître.

Allergie au blé

L’allergie au blé est une maladie génétique qui provoque une réaction allergique grave aux aliments contenant du blé. Certains symptômes sont identiques à ceux de la maladie cœliaque. Il s’agit essentiellement de la diarrhée et de crampes. Cependant, un test génétique approprié, ne révèle aucun des biomarqueurs propres à ceux de l’intolérance au gluten.

La maladie coeliaque dans l'intestin

Les symptômes spécifiques de l’allergie au blé sont liés, comme l’indique son nom, à un phénomène allergique. Les symptômes de cette allergie sont les suivants. Une bouche enflée ou qui démange, l’anaphylaxie, des difficultés à respirer ou encore des éruptions cutanées.

De plus, ces réactions allergiques sont produites par l’ensemble des protéines présentes dans le blé et pas seulement par la gluténine. Enfin, cette maladie est clairement liée à une hérédité familiale puisqu’on peut identifier des biomarqueurs au test génétique.

Pour résumer…

La maladie cœliaque est donc une maladie auto-immune produite par une intolérance du corps au gluten. Un test génétique permet de l’identifier, cela signifie donc que l’intolérance au gluten est héréditaire.

« Il faut oublier le concept classique de la maladie cœliaque. Elle est passée d’une pathologie intestinale rare et typiquement infantile à une maladie aux multiples manifestations et qui peut toucher des personnes de tous âges ».

-Sergio Farrais (Unité de la maladie cœliaque de la H.U. Fundación Jiménez Díaz)-

Cependant, la mutation génétique à l’origine de la maladie peut apparaître spontanément. La maladie peut alors ne pas se développer ou se manifester à l’adolescence ou à l’âge adulte. Les mécanismes qui régissent le fonctionnement des gènes altérés à l’origine de la maladie cœliaque demeurent inconnus à l’heure actuelle.

  • Gluten Intolerance Group. (5 de marzo de 2018). Enfermedad celíaca, sensibilidad al gluten no celíaca o alergia al trigo:¿cuál es la diferencia? [Artículo en web]. Recuperado de: www. gluten.org
  • Mayo Clinic. (20 noviembre 2018). Alergia al trigo [artículo en web]. Recuperado de: www.mayoclinic.org
  • Fernando del Rosario, J. (Septiembre 2012). La enfermedad celíaca [artículo en web]. Recuperado de: www.kidshealth.org