L’alimentation des enfants atteints de la maladie de Crohn

21 novembre 2019
L'alimentation des enfants atteints de la maladie de Crohn doit être prise en en considération en fonction du stade d'avancement de la maladie car elle peut entraîner de graves problèmes de santé.

Une personne atteinte de la maladie de Crohn doit suivre un régime spécifique pour soulager les symptômes associés et éviter les poussées (ou crises). Donc, si votre enfant est atteint de la maladie de Crohn, voici ce qu’il est recommandé de manger.

Que doivent manger les enfants atteints de la maladie de Crohn ?

Qu’est-ce que la maladie de Crohn ?

La maladie de Crohn est un type de maladie inflammatoire chronique du gros intestin. Bien qu’elle soit attribuée à différents facteurs, son origine demeure inconnue. Elle est plus fréquente chez les jeunes adultes. Cependant, elle peut aussi toucher les enfants.

Quels sont les symptômes ?

Elle se caractérise par une inflammation de la muqueuse d’une zone délimitée de l’intestin. Elle peut entraîner des lésions dans cette zone. Les inflammations sont imprévisibles. Elle se produit avec une alternance de poussées plus ou moins prolongées suivies de périodes durant lesquelles la maladie est stabilisée.

La maladie de Crohn peut présenter des symptômes et des complications qui affectent la qualité de vie du patient. Et ce particulièrement pendant les phases de poussées. La maladie de Crohn chez les enfants se caractérise principalement par les symptômes intestinaux suivants :

Consultations pour poussées de la maladie de Crohn

  • des douleurs abdominales
  • de la fatigue
  • des selles fréquentes, une diarrhée chronique
  • des lésions autour de la région anale (fissures, fistules, abcès)
  • un manque d’appétit, une perte de poids qui survient souvent en même temps que les poussées

Régime alimentaire recommandé en cas de maladie de Crohn

Des études épidémiologiques ont montré que certains aliments ont des propriétés protectrices dans le cas de cette maladie. En revanche, la consommation d’autres aliments multiplie les occurrences de la maladie.

Par exemple, il a été démontré que l’allaitement maternel est un facteur protecteur dans l’apparition de la maladie. Cela a été démontré dans un article publié dans Alimentary pharmacology & therapeutics. Ceci est probablement dû aux immunoglobulines et aux anticorps produits par la mère et contenus dans le lait maternel. De plus, le lait contient également des oligosaccharides qui favorisent le développement de bactéries bénéfiques à l’intestin.

L’alimentation des enfants atteints de la maladie de Crohn n’est pas la même si l’enfant ne présente aucun symptôme ou s’il est en période de poussée de la maladie.

Régime alimentaire en phase de rémission

Les aliments à éviter

  • Tout d’abord, les aliments flatulents comme le chou, le chou-fleur, les céréales complètes, les boissons gazeuses, les légumes à peau.
  • La charcuterie.
  • Le beurre, le lait et le fromage.
  • Les aliments contenant du sorbitol. Par exemple, les bonbons, les chewing-gum, les boissons light.

Les aliments à favoriser

  • Les poissons bleus. Ils sont riches en oméga-3. En effet, les oméga-3 exercent un rôle protecteur dans le cas de cette maladie car ils sont anti-inflammatoires.
  • Le poisson blanc, les viandes blanches et le porc maigre.
  • L’avocat et l’huile d’olive car ils sont riches en vitamine E. Ils aident à maintenir l’hydratation des muqueuses internes du système digestif.
  • La papaye, la mangue, la carotte, la courge pour leur apport en bêta-carotène.
  • Les aliments probiotiques, comme le yaourt ou le képhir, s’ils sont tolérés.

Régime alimentaire pendant une poussée de la maladie de Crohn

En cas de poussée chez l’enfant, il est nécessaire de modifier l’alimentation en fonction de la gène qu’il ressent. Normalement, à ce stade, le régime alimentaire devrait être hypercalorique. Faible en gras et riche en protéines. Mais aussi faible en fibres, anti-inflamatoire, hydratant et facile à digérer. Les recommandations sont les suivantes :

Douleurs intestinales

  • Tout d’abord, éviter de consommer des fibres non solubles. Par exemple, des céréales complètes, la peau des fruits et légumes.
  • Ensuite, ne pas manger d’aliments riches en graisses animales et saturées. Par exemple du beurre, de la margarine, de la crème, de la viande rouge, des saucisses, de la charcuterie, des pâtisseries, du fromage.
  • Manger sans gluten et sans lactose. Surtout en cas de diarrhée.
  • Consommer des aliments qui fournissent des fibres solubles en petites quantités. Notamment de la pâte de coing, des pommes ou des poires bouillies ou grillées, des carottes bouillies.
  • S’hydrater avec de l’eau, du bouillon de légumes ou des solutions de réhydratation orale.

L’alimentation des enfants atteints de la maladie de Crohn. Complications nutritionnelles

Un enfant atteint de la maladie de Crohn peut présenter une déficience de poids et un retard de croissance. Les carences en nutriments spécifiques sont également fréquentes. Cela peut entraîner des problèmes tels que de l’anémie ou une faible densité minérale osseuse. Donc, si votre enfant souffre d’insuffisance pondérale, tenez compte de ces recommandations :

  • Au lieu de boire du lait seul, il est préférable pour votre enfant de boire un milkshake de lait, de fruits et de céréales.
  • Les fruits peuvent être accompagnés de yaourt, si toléré, et de noix râpées.
  • Soyez généreux en huile dans vos plats.
  • Intégrez des aliments de texture pâteuse qui sont parfois mieux tolérés.
  • Enfin, préférez les sauces maison pour la viande et le poisson. Évitez qu’elles soient à base de lait ou de crème.

Ce n’est pas une maladie facile car elle varie en fonction de chaque enfant et du stade de la maladie. Enfin, nous vous conseillons évidemment de consulter un professionnel.

  • Catarina Moreira A., Amil Dias J., Mera Félix M., Pitta-Gros Dias M. (2017). Doença de Crohn da Clínica à Nutriçao. Lisboa, Nestle Portugal.
  • Gasparetto, M., & Guariso, G. (2014). Crohn’s disease and growth deficiency in children and adolescents. World Journal of Gastroenterology: WJG20(37), 13219.
  • Pérez Tárrago, C., Puebla Maestu, A., & Miján De La Torre, A. (2008). Tratamiento nutricional en la enfermedad inflamatoria intestinal. Nutrición hospitalaria23(5), 418-428.
  • Xu, L., Lochhead, P., Ko, Y., Claggett, B., Leong, R. W., & Ananthakrishnan, A. N. (2017). Systematic review with meta-analysis: breastfeeding and the risk of Crohn’s disease and ulcerative colitis. Alimentary pharmacology & therapeutics46(9), 780–789. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28892171
  • Wędrychowicz, A., Zając, A., & Tomasik, P. (2016). Advances in nutritional therapy in inflammatory bowel diseases: Review. World journal of gastroenterology22(3), 1045–1066. https://www.wjgnet.com/1007-9327/full/v22/i3/1045.htm