L’importance de l’éducation émotionnelle en classe

14 septembre 2019
Il est important et possible de travailler l'éducation émotionnelle en classe. C'est pourquoi nous évoquerons les raisons d'une telle importance dans cet article.

On dit que les compétences sociales et émotionnelles sont des indicateurs de la capacité d’une personne à s’adapter à son environnement et au changement. Ce sont également des indicateurs du futur succès. Découvrons ainsi l’importance de travailler l’éducation émotionnelle en classe.

Les capacités de base de développement telles que la conscience, la stabilité émotionnelle, la sociabilité et la sympathie peuvent être aussi importantes -voire plus- que l’intelligence pour déterminer le domaine professionnel d’une personne à l’avenir.

Il peut s’avérer difficile pour les enseignants de trouver des manières efficaces de donner la priorité, d’enseigner et d’évaluer ces compétences sociales et émotionnelles mais il faut essayer. Il est important de rappeler que le sujet des émotions n’est en rien une mode. Nous devons toujours les prendre en compte et les traiter avec l’importance qu’elles méritent.

Toute éducation cognitive doit comporter une éducation émotionnelle et sociale. Nous savons que les émotions sont présentes en permanence dans notre vie, 24 heures sur 24. Nous vivons avec elles et nous devons savoir nous gérer grâce à elles.

Le travail des émotions en classe est directement lié à la réussite et au bonheur dont un enfant jouira à l’âge adulte. Pour de nombreux enfants, l’école est le seul endroit où l’on peut traiter un déficit quelconque dans ces compétences.

Des enfants applaudissent

Associer l’éducation émotionnelle et le progrès scolaire

Associer ces compétences émotionnelles au progrès scolaire permettra de créer des expériences d’apprentissage de qualité. Ainsi que des environnements qui permettent aux élèves d’être plus efficaces en classe aujourd’hui et sur leur lieu de travail et en société demain.

Études sur le travail de l’éducation émotionnelle en classe

Ready to Lead (Prêts à diriger) est un rapport rédigé par le CASEL (Collaborative for Academic, Social, and Emotional Learning, organisme américain). Celui-ci s’appuie sur une enquête sur la façon dont l’intelligence émotionnelle et sociale peut préparer les enfants et transformer les établissements scolaires. Selon ledit rapport, il existe des données qui démontrent l’importance de soutenir l’éducation émotionnelle en classe avec le progrès scolaire.

Le rapport cite une méta-analyse datant de 2011 dans laquelle on a démontré que les élèves qui travaillent l’éducation émotionnelle en classe obtiennent des notes jusqu’à 11 points de pourcentage de plus que ceux qui ne l’ont pas travaillée.

Une autre étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a analysé ces compétences émotionnelles. On en a déduit que l’absence d’un travail régulier des émotions en classe peut entraîner la création de situations défavorables à l’avenir. Des situations telles qu’une plus grande probabilité de chômage, de divorce, de mauvaise santé voire de délinquance.

Le rapport affirme que les progrès réalisés en neurosciences démontrent que travailler cette intelligence émotionnelle lors de l’éducation de la petite enfance est essentiel.

Des enfants à l'école
Travailler l’intelligence émotionnelle pendant l’éducation de la petite enfance peut posséder des bénéfices à long terme. Des bénéfices tels qu’une meilleure capacité à lire ou une acquisition de vocabulaire plus facile.

Quel est l’avis des enseignants sur le travail de l’éducation émotionnelle en classe ?

Selon le rapport du CASEL, l’intérêt pour le développement de l’intelligence émotionnelle est élevé chez les enseignants et les directeurs d’établissements scolaires. Ce sont justement ces derniers qui montrent un fort intérêt pour la mise en place de cette expérience.

Quand cela deviendra-t-il une priorité ?

Bien que la plupart des parties intéressées par l’éducation soient d’accord sur son importance, cela reste marginal. Les enseignants sont normalement plus intéressés par l’aspect magistral que par le développement intégral de l’enfant.

C’est peut-être une question de temps avant ce concept fasse l’unanimité. Les progrès de cette éducation émotionnelle requièrent un changement progressif dans la pédagogie. En effet, c’est un processus long et lent mais fondamental.

  • Jennifer L. DePaoli, Matthew N. Atwell, John Bridgeland. (2017).Ready to Lead. CASEL.
  • Belfield, C., Bowden, B., Klapp, A., Levin, H., Shand, R., & Zander, S. (2015). The Economic Value of Social and Emotional Learning. New York: Columbia University.
  • Oleksandr S. Chernyshenko, Miloš Kankaraš, Fritz Drasgow. (2018).  Social and Emotional SkillsWell-being, connectedness and success. OECD.