L'importance de la respiration consciente dans les crises de colère

La respiration consciente lors des crises de colère est très utile pour aider l'enfant et l'adulte à se calmer et à penser clairement.
L'importance de la respiration consciente dans les crises de colère
Elena Sanz Martín

Rédigé et vérifié par la psychologue Elena Sanz Martín.

Dernière mise à jour : 15 décembre, 2022

Les crises de colère et les accès de colère sont fréquents chez les enfants, en particulier entre 2 et 4 ans. Cependant, ce n’est pas pour cela qu’ils sont faciles à gérer. Pour les parents, c’est tout un défi de s’occuper de cet enfant débordé et de le faire sous le regard et le jugement de ceux qui les entourent. Heureusement, il existe un outil vraiment utile à cet égard. Découvrez l’importance de la respiration consciente.

Vous vous êtes sûrement senti/e impuissant/e, frustré/e et saturé/e à plus d’une occasion devant une crise de colère de votre enfant. Il semble incapable de raisonner et vous n’arrivez pas à le calmer avec quoi que ce soit. Ainsi, vous vous sentez de plus en plus anxieux et vous finissez par perdre le contrôle. Vous lui criez dessus, le secouez, vous le prenez par le bras pour le ramener dans sa chambre jusqu’à ce qu’il se calme. Si vous vous identifiez à cette situation, nous vous dirons comment la respiration consciente peut devenir votre meilleure alliée.

Que se passe-t-il dans le cerveau de l’enfant pendant une crise de colère ?

Une jeune fille qui crie à côté de sa mère.

Tout d’abord, il est essentiel de comprendre ce que vivent les enfants lors d’une crise de colère. En effet, ils ne sont pas capricieux, grossiers ou manipulateurs, mais plutôt à la merci d’émotions qu’ils ne savent pas gérer. Autant vous demandez à votre enfant de se calmer ou d’essayer de se raisonner, autant il ne le fera probablement pas, car il n’a pas encore la maturité cognitive pour cela.

Lorsque votre enfant n’a pas le droit de manger un cookie, que vous lui dites qu’il est temps de quitter le parc, ou que vous refusez de lui acheter un jouet, il éprouve de la frustration. Comme il n’a pas encore appris à la tolérer, son corps entre en stress et le cerveau émotionnel prend le dessus.

L’amygdale s’active et commence à libérer de l’adrénaline, qui incite à l’action, puis le cortisol, qui trouble la pensée. De plus, le cortex préfrontal, responsable du raisonnement, de la pensée logique et du contrôle des impulsions, s’arrête. Au fur et à mesure que l’enfant grandit, ces épisodes commencent à s’estomper et il sera mieux à même de gérer la colère ou la frustration.

La respiration consciente lors des crises de colère nous aide à nous calmer

Maintenant, ce qui se passe, c’est que souvent les adultes ne sont pas disponibles pour exercer cette fonction de régulation de l’enfant. Souvent, ils sont eux-mêmes dépassés, stressés et hors de contrôle. Ainsi, leur propre anxiété ne fait qu’apporter plus de chaos à la situation et aggraver l’inconfort de l’enfant.

C’est pourquoi il est essentiel que les parents sachent gérer leurs propres émotions et parviennent à rester calmes pendant la crise de colère. Pour cela, la respiration consciente est excellente. Puisqu’il s’agit d’un exercice simple et très efficace qui peut être pratiqué à tout moment et en tout lieu.

En étant calme, le parent peut décider comment il veut agir et accompagner son enfant. De plus, avec son comportement il sert de modèle au petit. En effet, les enfants ressentent et résonnent avec les émotions de leurs parents. Le fait que vous restiez calme sera déjà d’une grande aide pour lui. De même, en vous regardant respirer, il apprendra à le faire et acquerra ainsi un merveilleux outil pour réguler ses émotions.

Une mère et sa fille qui respirent consciemment.

Pratiquer la respiration consciente n’importe où

Pour comprendre pourquoi la respiration consciente est si efficace, rappelons que chaque émotion a trois composantes : la physique ou physiologique, la mentale et la comportementale. La frustration, la colère ou le stress produisent des réactions dans le corps. Telles que l’accélération du rythme cardiaque et de la respiration. Mais ils déclenchent également des pensées désagréables qui nous poussent à agir de manière impulsive. La respiration est idéale pour reprendre le contrôle du corps. Ainsi, nous ne crierons plus sur l’enfant et celui-ci, à son tour, pourra enfin se calmer et arrêter de crier ou de donner des coups de pied.

Comment pratiquer cette technique ?

Cela est très simple. Tenez-vous simplement droit/e puis commencez à respirer lentement et profondément. Vous devez inspirer pendant environ trois secondes, puis expirer pendant environ six secondes. Les premières fois, vous pouvez vous aider en fermant les yeux pour vous déconnecter un instant du chaos extérieur et vous connecter avec votre corps.

Il est également très utile de placer une main sur la poitrine et l’autre sur l’abdomen. Assurez-vous que lorsque vous inspirez, l’air est dirigé vers la partie inférieure de vos poumons. Répétez cette séquence plusieurs fois et vous commencerez à remarquer comment votre corps se détend et votre esprit retrouve sa clarté.

Si votre enfant autorise le contact physique à ce moment-là, tenez-le près de vous pendant que vous respirez. Cela lui procurera une agréable et nécessaire sensation de calme. De plus, lorsque la crise de colère est passée et que le petit peut raisonner, vous pouvez lui apprendre cet exercice afin qu’il apprenne également à l’utiliser chaque fois qu’il en a besoin.

Calmez-vous et aidez votre enfant à se calmer

Enfin, les crises de colère chez les enfants sont généralement fréquentes, car ils ne peuvent toujours pas contrôler leurs émotions. Cependant, pour les calmer, il faut d’abord que ce soit l’adulte qui puisse transmettre le calme. Pour ce faire, gardez à l’esprit ces techniques de respiration consciente et réalisez une coexistence harmonieuse.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quatre fait curieux sur la respiration des bébés
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Quatre fait curieux sur la respiration des bébés

La respiration des bébés si rapide dans les premières années d'existence peut préoccuper les parents. Découvrez ce qui est normal et ce qui ne l'es...



  • Calzada Reyes, A. (2007). Aproximación a los correlatos biológicos de la agresividad y la violencia humana. Neurología, Neurocirugía y Psiquiatría40(4), 114-121.
  • Chóliz, M. Técnicas para el control de la activación: relajación y respiración. Facultad de Psicología, Universidad de Valencia. https://www.uv.es/=choliz/
  • Díaz Pernas, P., & Bonet de Luna, C. (2005). Las rabietas en la infancia: qué son y cómo aconsejar a los padres. Revista Pediatría de Atención Primaria7(25).

Le contenu d'Être Parents est uniquement destiné à des fins éducatives et informatives. Il ne remplace à aucun moment le diagnostic, les conseils ou le traitement d'un professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.