Leucorrhée pendant la grossesse: de quoi s'agit-il ?

La leucorrhée est considérée comme normale pendant la grossesse.. Toutefois, elle est parfois le signe d'une infection à prendre au sérieux.
Leucorrhée pendant la grossesse: de quoi s'agit-il ?

Dernière mise à jour : 09 octobre, 2021

La leucorrhée pendant la grossesse fait référence à des pertes vaginales normales au cours de cette étape de la vie. Cependant, ses caractéristiques peuvent varier considérablement selon les femmes. Etant donné que la leucorrhée est assez fréquente, certaines patientes peuvent ignorer certains signes et symptômes importants suggérant des infections locales.

Lorsque ceux-ci surviennent, même s’ils ne sont pas graves, des altérations importantes peuvent survenir et mettre la vie du bébé en danger. Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce sujet intéressant, nous vous invitons à continuer la lecture.

Pertes vaginales

Femme avec une infection vaginale.

Les pertes vaginales sont normales et sont la conséquence directe de nombreuses activités cellulaires qui se déroulent à l’intérieur de cet organe. Leur présence est importante pour lubrifier les organes génitaux féminins, ce qui est étroitement lié à sa fonction de reproduction. D’autre part, cette substance expulse les cellules mortes de la surface du vagin.

En dépit d’être quelque chose de si commun, ses caractéristiques peuvent varier considérablement d’une femme à l’autre. Cela est probablement lié aux niveaux de certaines hormones. La quantité, la couleur et la texture sont très variables, bien que lorsqu’elles surviennent d’une manière particulière, il est possible qu’il y ait une cause pathologique qui altère le flux.

Qu’est-ce que la leucorrhée pendant la grossesse?

La leucorrhée est un terme souvent utilisé pour désigner des pertes vaginales normales. Bien qu’il soit parfois utilisé lorsqu’il y a une couleur très blanchâtre. Pendant la grossesse, cet écoulement peut persister et n’est pas considéré comme anormal. A moins qu’il n’y ait d’autres signes et symptômes qui devraient attirer l’attention s’il se produit.

Leucorrhée anormale

La leucorrhée anormale est celle qui présente une série de caractéristiques probablement liées à des pathologies locales, la plupart étant infectieuses. Certaines d’entre elles sont les suivantes:

  • Perte abondante.
  • Couleur blanchâtre ou jaunâtre.
  • Démangeaisons ou brûlures.
  • Odeur nauséabonde ou de poisson.
  • Flux très visqueux.

Selon cette étude scientifique (2013), les infections peuvent être une conséquence de l’altération du microbiote existant dans le vagin. Leurs causes sont très variées. Elles sont notamment dues aux déséquilibres hormonaux provoqués par la grossesse.

Certaines des maladies qui peuvent survenir sont la candidose vulvo-vaginale, la vaginose bactérienne et la trichomonase. Cette dernière étant une maladie sexuellement transmissible (MST).

Bien que des études de laboratoire puissent être nécessaires pour établir le diagnostic de ces infections, les manifestations cliniques sont généralement suffisantes. Par exemple, alors que dans la vaginose bactérienne, la forte odeur de poisson est caractéristique, dans la candidose, ce qui frappe, c’est l’écoulement abondant, épais et blanchâtre.

Que peut-on faire dans ces cas?

Une femme enceinte en consultation médicale.

Des examens réguliers des organes génitaux pendant la grossesse sont conseillés pour éviter les complications. En cas de détection de leucorrhée avec des caractéristiques normales (inodore, quantité modérée, coloration hyaline et peu épaisse, sans symptômes associés) cela ne devrait pas représenter un problème.

En revanche, il est important de ne pas faire de douche vaginale pour “nettoyer davantage la zone”. Selon certaines études, cela peut être un facteur de risque de développement de la vaginose bactérienne. En effet, cela entraîne des changements dans la flore du vagin. Un nettoyage à l’eau pendant la douche quotidienne est suffisant.

Si vous commencez à observer que les caractéristiques de la leucorrhée changent peu à peu et deviennent pathologiques, n’attendez pas avant de consulter un médecin.

Découvrez également: 8 questions au gynécologue

A quel moment aller chez le médecin?

La présence de signes et symptômes d’une leucorrhée pathologique rend nécessaire la consultation de votre gynécologue ou obstétricien de confiance. Bien que les symptômes puissent être simplement une gêne, n’oubliez pas que votre bébé peut également être affecté.

Comme l’indique une étude publiée dans Las Condes Clinical Medical Journal, les bactéries peuvent remonter dans le vagin et entrer en contact avec les membranes amniotiques. La rupture prématurée des membranes, par exemple, est l’une des urgences médicales qui pourraient survenir si l’infection progressait.

Dans la plupart des cas, il sera nécessaire d’utiliser des antimicrobiens par voie orale ou vaginale. Heureusement, la plupart de ces cas se résolvent en deux semaines environ.

La leucorrhée peut être normale ou pathologique

Bien que la leucorrhée puisse être considérée comme normale, pendant la grossesse, il ne faut jamais baisser la garde. Toute altération suggérant une infection locale doit être évaluée par votre médecin de confiance. N’oubliez pas que votre santé et celle de votre bébé sont sensibles à ce stade!

Cela pourrait vous intéresser ...
Les modifications des sécrétions vaginales durant la grossesse
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Les modifications des sécrétions vaginales durant la grossesse

Les sécrétions vaginales plus abondantes lors des premiers mois de grossesse sont tout à fait normales. Dans cet article nous vous expliquons tout.



  • Chávez N, et al. Duchas vaginales y otros riesgos de vaginosis bacteriana. Rev Peru Med Exp Salud Publica. 2009;26(3):299-306.
  • Lugo A, et al. Estrategia de atención al síndrome de flujo vaginal en gestantes. Sancti Spíritus. Gac Méd Espirit vol.16 no.2 Sancti Spíritus Mayo.-ago. 2014.
  • Marceloa A. Infecciones cérvico vaginales y embarazo. Revista Médica Clínica Las Condes 2014;25(6):925-935.
  • Sánchez-Hernández J, et al. Leucorrea como signo de infecciones cérvico-vaginales. Rev Costarr Salud Pública 2013;22(1):56-60.