Les peurs des enfants

· 25 décembre 2018
Les peurs des enfants ont tendance à disparaître par elles-mêmes. Toutefois, il est important de les écouter et de les aider.

Les enfants nous paraissent petits, vulnérables et naïfs parce qu’ils commencent tout juste à connaître le monde. Il est normal qu’ils aient certaines peurs. Tout comme leur comportement, elles évoluent et changent elles-mêmes en fonction de leur âge.

Mais comment affronter les peurs des enfants ? Quelles sont les plus fréquentes ? A quel âge apparaissent-elles ?

La peur est une sensation universelle. Peu importe le sexe, les croyances ou l’âge, elle se manifeste toujours. Le noir, les bruits, le danger… une infinité de choses ou de situations sont à l’origine.

Davantage chez les enfants en raison de leur incapacité à séparer le réel de l’imaginaire. De même que leur vulnérabilité face à l’inconnu. Le caractère, la personnalité, l’entourage et les expériences de l’enfant ont une influence sur ses peurs.

Généralement, les peurs des enfants apparaissent entre 6 et 12 mois. Puis elles s’intensifient entre 3 et 6 ans. Comment agir? Il faut les traiter avec amour, compréhension et patience. C’est l’unique manière pour que les enfants puissent les affronter et les surmonter.

Quelles sont les peurs des enfants ?

Un facteur important à considérer est que les peurs ne sont pas éternelles. Au fur et à mesure que l’enfant grandit (en âge et en apprentissage), il pourra les dépasser. Bien que certaines puissent interférer dans son développement, les peurs les plus courantes l’aide à être plus prévoyant.

Nous savons que la séparation avec les parents et le contact avec des personnes inconnues génèrent les premières peurs des enfants. Néanmoins, il en existe bien plus. Voici les trois peurs les plus communes:

1. La peur du noir

les histoires de fantômes, de sorcières et d’autres récits de peurs sont inadéquates. Dans le noir, les enfants peuvent recréer ces histoires dans leurs rêves ou percevoir des sons et des ombres inexistantes. C’est pourquoi il faut être très prudent avec ce que l’on dit.

Un séjour dans un lieu méconnaissable, comme la chambre d’une nouvelle maison, peut générer des sensations similaires. Cela peut même entraîner une autre peur fréquente: celle de dormir seul. Laisser une petite lumière allumée, le rassurer et lui parler tendrement fera disparaître la peur.

2. La peur des animaux

Les animaux sont partout. Chiens, chats, perroquets, serpents, araignées, poissons, entre autres sont généralement traités comme des membres de la famille. Mais pour les touts petits, il s’agit d’êtres rares et potentiellement nuisibles.

Ils peuvent pleurer et être effrayés lorsqu’ils les voient. D’où la nécessité de les familiariser avec les animaux.

Les peurs des enfants les plus courantes sont la peur du noir, la peur des animaux et la peur de l'orage.

Dès leur plus jeune âge, nous devons leur montrer des photos ou des vidéos, raconter des histoires et réduire peu à peu les distances. Permettre une caresse de temps en temps n’est pas de trop. Mais cela doit se faire de façon naturelle, sans forcer et la sécurité de l’enfant doit toujours être prioritaire.

3. La peur de la pluie, du tonnerre et des éclairs

Etant donné qu’il s’agit de phénomènes de grande récurrence dans de nombreuses parties du monde, il est vital que les enfants les reconnaissent. Les laisser apprécier la pluie, fermer les points d’accès et leur expliquer l’importance de la pluie pour l’environnement.

Cela est fondamental pour qu’ils l’acceptent comme quelque chose de normal.

D’autres peurs des enfants, en fonction de l’âge

Les peurs peuvent grandir avec les enfants. Elles varient à mesure qu’ils grandissent et changent leurs caractéristiques émotionnelles, physiques et cognitives.

Les peurs ne sont pas vécues de la même façon chez tous les enfants, même s’ils ont un âge identique. Il est donc du devoir des parents de leur apprendre à les reconnaître, afin de les dépasser petit à petit.

Ces peurs ne peuvent être confortées, ni utilisées pour « protéger » ou punir les enfants. Prétendre contrôler un comportement infondé de peur peut être contre-productif. Le mieux est de s’informer et de demander conseil au cas où cela sort de notre domaine de compétences. Mais quelles sont les peurs selon l’âge ?

  • De 6 à 12 mois. Ils sont surpris par la perte d’équilibre, les personnes en dehors de leur cercle social proche. La distance avec leurs parents, les bruits, les lumières vives, les chutes et le médecin.
  • A partir de 2 ans. Ils sont perturbés par le noir, les animaux, les blessures, l’inconnu et l’éloignement de leurs parents.
  • Entre 3 et 4 ans. C’est une étape où les peurs des enfants s’installent considérablement. Leur imagination les amène à sentir de la peur pour les monstres, les vêtements et les ténèbres. Ils angoissent que les menaces de leurs parents se réalisent. De plus, les premières préoccupations au sujet de la mort commencent à surgir.
  • De 5 à 7 ans. Ils ont peur du rejet, de l’échec, des personnes avec des caractéristiques anormales. Des blessures physiques et des êtres surnaturels. Ils se montrent réfractaires à l’abandon.
Les peurs des enfants doivent être abordées avec amour et patience.

Quelques conseils

Si le petit est en âge d’être écouté, il faut le faire. Il faut s’occuper de lui avec confiance et amour, en l’encourageant à faire face petit à petit à ses peurs. De même, nous devons renforcer son estime de soi, sa sécurité et son autonomie.

Prôner l’exemple fonctionne également, mais un remède infaillible contre les peurs des enfants est l’humour. Transformer ces peurs en blagues, en dessins et en rires diminuera le niveau de stress.

En revanche, ce qu’il ne faut jamais faire, c’est fuir. Les peurs des enfants ne peuvent être ignorées. Dans certaines circonstances, elles peuvent être des indices d’un passage douloureux.

L’exagération n’est pas non plus un antidote, et encore moins les moqueries, les réprimandes ou les comparaisons.