Les exercices Lamaze pour un accouchement sans douleur

· 25 juillet 2018
La technique ou les exercices Lamaze proviennent d'une philosophie apparue dans les années 1950, élaborée pour préparer les mère à l'accouchement. Sa première hypothèse est de préparer la mère à donner naissance sans douleur.
La technique doit son nom à l’obstétricien français Ferdinand Lamaze qui affirme que l’accouchement est un processus physiologique normal et naturel auquel les femmes doivent être préparé pour l’aborder sereinement et avec confiance.

Cette méthode Lamaze est également connue comme la méthode psycho-prophylactique et se base simplement sur des techniques de respiration qui promeuvent un accouchement conscient et sans douleur.

L’objectif des exercices Lamaze consiste à apprendre aux femmes à contrôler leur respiration avec des techniques de relaxation basées sur des stimuli tactiles comme les massages, des stimuli visuels ou auditifs qui contribuent à éliminer le stress et à diminuer la sensation de douleur provoquée par les contractions.

La préparation s’effectue pendant la grossesse et le père joue un rôle fondamental dans ces exercices car il aide la mère avec des massages ou par le soutien psychologique. De cette façon , il participe activement avec sa partenaire à la naissance du bébé.

Les exercices Lamaze pour un accouchement sans douleur

Dans sa recherche pour diminuer les difficultés pendant l’accouchement, ce médecin a imaginé cette série d’exercice qui permettent de simplifier l’accouchement, de réduire la peur et de contrôler la douleur grâce aux bons stimuli. Toutes ces techniques visent à faire en sorte que l’accouchement soit le plus naturel, le plus sain et le plus sûr possible.

Tout ce que vous devez savoir sur les exercices Lamaze

Techniques de respiration

Les exercices Lamaze utilisent plusieurs schémas simples à apprendre que vous pouvez mettre en pratique dès maintenant et jusqu’à l’accouchement. Ci-dessous, nous vous expliquons comment :

La respiration « de nettoyage » :

Cela consiste en une inspiration profonde et lente par la nez, et une lente expiration par la bouche. Ces respirations sont idéales au début et à la fin de chaque contraction.

La respiration lente :

Cette technique est très utile pour vous détendre. Essayez que votre respiration soit naturelle et ralentissez la, comme si vous dormiez. Il ne s’agit pas de grandes bouffées d’air qui vous remplissent les poumons et gonflent la poitrine et l’abdomen mais quelque chose de plus superficiel.  Cette respiration soulève légèrement votre poitrine et demande peu d’effort.

La respiration par le souffle : 

C’est une autre technique de respiration lente et superficielle pour laquelle vous devez également être détendue. Il ne faut pas aller au-delà de ce qui est confortable pour vous, et commencez par une respiration dite « de nettoyage ». Ensuite, inspirez doucement par le nez, et à l’expiration, soufflez lentement par la bouche.

Pour vous donner une image plus claire de cette technique, vous pouvez faire comme ceci : allumez une bougie et maintenez un petit bout de papier à quelques centimètres de votre visage. Inhalez doucement et ensuite expirez délicatement, jusqu’à ce que la flamme de la bougie ou le morceaux de papier bougent.

La respiration modelée :

Elles sont enseignées aux mères de la façon suivante : elles doivent dire « hé, hé » en inhalant et « ho » en exhalant. La clé pour cela est de maintenir un rythme confortable avec une inspiration petite et douce entre chaque expiration que vous libérez ensuite.

Pour mettre cette technique en pratique, vous devez inspirer pendant cinq secondes et ensuite expirer pendant cinq secondes, faire deux respirations courtes et ensuite une respiration profonde. Les épaules doivent rester décontractées, la concentration focalisée sur le son et la respiration, et non sur la douleur.

D’un autre côté, bien que cette méthode ait pour objectif un accouchement conscient et sans douleur, cela ne veut pas dire qu’elle dispense d’une anesthésie péridurale si nécessaire. Si la femme la demande, le médecin doit l’administrer.

Un accouchement naturel et sans douleur est-il alors possible ?

Pour un accouchement sans douleur

Aujourd’hui on parle beaucoup des accouchements sans douleur, et pourtant les experts déclarent qu’une telle chose n’existe pas réellement, mais seulement qu’il existe plusieurs manières d’apprivoiser la douleur au moment de la mise au monde. 

« La douleur sera là, elle ne va pas disparaître mais on peut apprendre à la gérer avec la respiration et la relaxation. La technique de Lamaze et le yoga prénatal apportent la pratique de la respiration qui à son tour vous apprendra à gérer le seuil de la douleur. C’est à dire que la perception de la douleur sera moindre », explique Nené Molina qui donne des cours de yoga prénatal.

La mère doit être consciente que toutes les femmes du monde naissent avec la capacité d’accoucher, affirme dans un article explicatif María Eugenia Ríos, professeure de la technique Lamaze, qui se consacre à apprendre aux femmes enceinte à respirer et changer de positions, ce qui leur permet d’affronter le moment de l’accouchement.

Prendre la décision d’avoir un bébé est transcendental. Cela signifie décider qu’à partir de ce moment votre coeur commencera également à cheminer à l’extérieur de votre corps.

– Elizabeth Stone, nageuse paralympique-

Avec la technique Lamaze on cherche à apprendre aux femmes à avoir conscience de leur corps au moment de l’accouchement, afin que leur respiration puisse se synchroniser avec leurs contractions, ce qui est bénéfique pour elles comme pour le bébé.

« Pendant la préparation à l’accouchement, il y a des courts théoriques dans lesquels on apprend aux femmes comment se déroule le travail pendant l’accouchement et quelles en sont les différentes phases. Dans les ateliers on leur explique, à elle comme à leur famille, ce qu’est la technique Lamaze de façon théorique. Ensuite cela peut se travailler de façon pratique, et on leur apprend les différentes respirations, les positions et les différents massages pour le moment de la mise au monde », explique Ríos.