Comment faire pour rester calme pendant l’accouchement ?

12 mars 2018
La plupart des futures mamans sont nerveuses quand elles pensent au jour de l'accouchement. Il y a beaucoup de craintes et de mythes associés à cet événement. N'oubliez jamais qu'en tant que femme, vous avez le métabolisme et la physionomie nécessaires pour donner naissance à un bébé en bonne santé.

Si vous voulez accoucher dans la sérénité, faites confiance à votre médecin et aux progrès de la médecine. Évidemment, il ne suffit pas toujours de savoir que ça va bien se passer pour rester calme pendant l’accouchement.

Nous avons toutes des craintes, mais nous sommes également toutes capables de les surmonter. C’est en vous renseignant que vous prendrez confiance en vous et que vous vous sentirez assez forte pour donner naissance à un enfant. Faites de votre mieux pour gérer votre nervosité et vos craintes, même si elles sont naturelles et qu’elles sont de plus en plus présentes à mesure que la date fatidique de l’accouchement se rapproche.

Dites-vous bien que le fait de rester calme pendant l’accouchement vous permettra aussi de vivre pleinement l’arrivée de votre bébé. De plus, au lieu de vous aider, ces craintes vous desservent. Le stress contracte les muscles et fait suer et palpiter le corps.

Il vaut mieux être la plus détendue possible. Cela permettra à votre utérus de fonctionner normalement et la douleur diminuera.

Rester calme pendant l'accouchement vous aidera à profiter de ce beau moment.

Tout ce que vous avez appris sur l’accouchement vous donne de la force

Le meilleur moyen de rester calme pendant l’accouchement, c’est de bien connaitre les différentes phases. Renseignez-vous également sur les différents types d’accouchements, notamment sur la césarienne. Vous n’en saurez jamais trop. Ces informations vous serviront à distinguer les fausses contractions et les vraies. Vous aurez l’impression de maitriser la situation le jour de l’accouchement, même en cas d’imprévu.

Il vous sera également utile de tout savoir sur les complications les plus fréquentes pendant l’accouchement, ainsi que les solutions et les traitements. Ces informations vous permettront de comprendre les réactions de votre corps. Vous affronterez l’événement de manière positive.

Il est également important de résoudre à l’avance tous les doutes que vous pourriez avoir sur la péridurale. L’effet anesthésiant de cette méthode peut apaiser la douleur de l’accouchement.

En plus de vous renseigner, communiquez avec votre médecin et votre entourage. C’est une bonne manière de surmonter ses craintes. Faites part de vos doutes à votre médecin. Parlez-en à votre conjoint, à votre famille et à vos amis. Ils vous aideront à gérer ces pensées négatives qui assaillent si souvent les futures mamans.

Le fait de pratiquer une activité physique et de vous préparer aux efforts de l’accouchement est une bonne manière d’affronter vos peurs. Travaillez surtout les muscles des jambes et les fessiers.

Renseignez-vous sur la césarienne pour rester calme pendant l'accouchement.

Voir les choses du bon côté est toujours un avantage

Le fait de voir les choses du bon côté vous aidera toujours à surmonter n’importe quelle épreuve. Soyez positive. Chassez vos idées noires. Pensez à tous les examens que vous avez déjà fait pendant votre grossesse : le diagnostic prénatal, les analyses, les échographies, etc. Cela devrait vous convaincre que tout se passe bien et qu’il n’y a pas de raison que cela change.

Détendez-vous. C’est le secret d’un accouchement réussi. Si vous pensez que les cours de préparation à l’accouchement ne suffiront pas, inscrivez-vous à des cours de méditation, de yoga, de natation, de Pilates…

Le fait de rester calme pendant l’accouchement rendra cet événement encore plus incroyable et précieux. Sachez que les femmes les plus nerveuses et les plus pessimistes ressentent de plus fortes douleurs. En effet, quand on a peur, on sécrète du cortisol, l’hormone du stress. En revanche, quand on reste positive, le corps secrète des endorphines, l’hormone de l’amour. Cette hormone vous permettra de supporter la douleur et de créer tout de suite un lien plus fort avec votre bébé.

Évidemment, s’il y a un imprévu ou des complications, il sera important que vous restiez forte et réaliste. Votre médecin aura certainement besoin de votre coopération. Ensemble, vous ferez en sorte de régler les problèmes.

Enfin, croyez en vous. Mettez en pratique ce que vous avez appris pendant vos cours de préparation à l’accouchement. Les gestes vous viendront de façon naturelle. Si vous ne vous souvenez pas de tout, votre gynécologue et votre sage-femme seront là pour vous aider pendant le travail. Vous n’aurez plus qu’à suivre leurs instructions.

Bref, renseignez-vous sur l’accouchement et faites part de vos angoisses. Cela vous permettra de surmonter cette peur bien naturelle de l’inconnu que nous pouvons toutes ressentir. Tout cela disparaitra dès que vous tiendrez votre bébé dans vos bras.

 

 

A découvrir aussi