Le syndrome du nid vide

· 24 juillet 2018
Le moment où un enfant quitte la maison peut laisser des séquelles chez ses parents. L'un d'eux est le syndrome du nid vide, dont nous parlerons ci-dessous.

Le lien qui unit une mère et son enfant est très étroit. Il est incomparable et généralement inaltérable, malgré le passage du temps. Cependant, il y a un moment dans leur vie où les enfants quittent leur foyer, pour une raison quelconque. A ce moment-là, la mère peut souffrir du fameux syndrome du nid vide.

Lorsque les enfants quittent le foyer, le père et la mère peuvent manifester des symptômes à la fois physiques et émotionnels. Ces derniers sont provoqués par le choc émotionnel de devoir faire face au fait que les enfants d’hier sont désormais adultes et ont l’intention de partir à la recherche de leur propre destin.

Le syndrome du nid vide est plus fréquent chez les femmes. Cependant, il peut se produire chez les deux sexes. En outre, cette maladie est plus visible dans les sociétés occidentales, où les personnes âgées vivent généralement seules. Ce n’est pas le cas en Asie ou en Afrique, où ils sont pris en charge par les jeunes générations, avec lesquelles ils vivent souvent.

Les symptômes du syndrome du nid vide

Tous les parents ne le vivent pas de la même façon. Autrement dit, les symptômes ne se produisent pas à la même intensité ou de manière irrévocable. Chaque personne est différente et a sa propre façon de voir, d’interpréter et de répondre aux problèmes. Parmi les nombreuses émotions que les parents qui souffrent du syndrome du nid vide peuvent traverser, nous pouvons énumérer:

La tristesse

C’est une conséquence logique et compréhensible. Les parents mettent fin à une étape de leur vie qui, malheureusement, ne se reproduira plus jamais. Par conséquent, il est tout à fait normal qu’ils ressentent du regret et de la nostalgie des années passées.

La solitude

Pour vous l’expliquer aussi concrètement que possible, il vous faut comprendre qu’à partir du moment où un enfant part, il y a une chambre inoccupée. Il y a aussi une assiette de moins sur la table et une personne de moins autour de la maison. Cela peut être dévastateur pour de nombreux parents. Certains peuvent même croire que leurs enfants les oublieront ou qu’ils n’auront plus le temps de leur rendre visite.

Tous les parents ne vivent pas le syndrome du nid vide de la même façon.

La culpabilité

Parfois, lorsque le syndrome du nid vide se produit, de nombreuses personnes éprouvent une certaine culpabilité à cause de conflits passés. En effet, ils peuvent même considérer qu’ils ont mal agi envers leurs enfants et qu’ils sont partis à cause d’eux.

La dépression

Si l’humeur du père ou de la mère est trop affectée après le départ d’un enfant, il lui est conseillé de consulter un professionnel. Cette situation pourrait bien être à l’origine d’une dépression. Bien entendu, il est important de traiter ce problème à temps.

D’autres symptômes

En plus de ceux mentionnés ci-dessus, les parents peuvent éprouver de l’anxiété. Ou encore, de l’ennui, de l’insomnie, de la réticence et de l’irritabilité. La meilleure solution dans ces cas-là est d’essayer de changer la routine progressivement, pour se distraire. Vous pourrez ainsi rompre le cycle de pensées négatives.

Comment surmonter le syndrome du nid vide ?

Un premier pas fondamental pour surmonter cette étape difficile est de comprendre que cela ne signifie pas que l’enfant sortira de la vie de ses parents pour toujours. C’est un moment auquel tout être humain doit faire face. Il est pratiquement instinctif de quitter la maison pour tracer son propre chemin.

Par conséquent, les parents doivent s’efforcer d’accepter ce nouveau modèle de vie et y faire face de la meilleure façon possible. En fin de compte, c’est aussi un signe que son processus éducatif a été mené avec succès. Cela prouve aussi que l’amour mutuel entre parents et enfants a pu surmonter les circonstances de la vie.

Un excellent outil, en plus de l’aide incommensurable de l’union du couple, est d’entreprendre des activités pour se distraire. Par exemple, socialiser avec d’autres personnes qui traversent des moments similaires. Il est aussi bon de se concentrer sur quelque chose qui vous passionne. Cela vous permettra d’avoir une autre perspective de la situation.

La préparation est essentielle

Comme pour tout événement important, il convient de travailler à l’avance pour faire face au départ d’un enfant. Qu’est-ce que cela signifie? Dans les années qui précèdent sa majorité ou lorsque l’idée de quitter la maison familiale fait surface, vous devez lui donner plus de liberté. Autrement dit, soyez présents, mais sans résoudre tous ses problèmes.

Le syndrome du nid vide peut causer une profonde tristesse chez les parents.

Ce simple ajustement facilite deux choses. D’abord, les parents pourront évaluer à quel point leur enfants est prêt à quitter la maison familiale. Deuxièmement, cela l’aidera à s’habituer aux défis qui l’attendent «à l’extérieur». D’autres actions qui aident à surmonter ce moment :

  • Maintenir la relation du couple en bonne santé. Aussi, la vie sociale dans le cas des parents divorcés ou des mères célibataires.
  • Faites la transition progressivement, si possible. Cela signifie qu’il peut commencer les week-ends, puis s’absenter pour des périodes plus longues.
  • Évitez de vous en aller lorsqu’il traverse des moments personnels difficiles. C’est dans ces moments-là qu’on a le plus besoin d’être une famille unie.

Enfin, il convient de noter l’importance de ce dernier point. A tout moment, le dialogue, la compréhension et le respect doivent prévaloir pour traverser ces moments le plus calmement possible.