Le mélanome chez les enfants et les adolescents

18 février, 2021
Le mélanome chez les enfants et les adolescents est assez rare. Cependant, c'est à ces âges-là qu'il convient de donner une éducation sur les soins et la protection de la peau.

Le mélanome chez les enfants et les adolescents n’est pas l’une des pathologies les plus fréquentes. Toutefois, il faut prendre les précautions nécessaires pour la prévenir ou pour protéger la peau de vos enfants.

En outre, les enfants qui ont subi plus de trois brûlures graves pendant leur enfance ont un risque plus élevé de développer un mélanome à l’avenir.

Qu’est-ce que le mélanome ?

Le mélanome chez l’enfant et l’adolescent est rare. En effet, il ne représente que 1,3 % de tous les cancers chez les patients de moins de 20 ans, selon des études publiées dans le European Journal of Cancer.

Le mélanome est le cancer de la peau le plus agressif s’il se propage dans tout l’organisme. Par conséquent, il est très important de le détecter précocement. Et ainsi d’assurer son excision, son traitement et son suivi ultérieurs.

En effet, cette tumeur est plus fréquente chez les adultes. Cependant, elle apparaît également chez les adolescents ayant trop de grains de beauté et des antécédents de mélanome.

Une adolescente en consultation.

Différences entre le mélanome et le grain de beauté

Il est important de contrôler les grains de beauté une fois par an. Ce contrôle est généralement fait par le dermatologue lors de la consultation au moyen d’un examen physique clinique ou avec le dermatoscope. Ce qui caractérise une lésion maligne, c’est qu’il s’agisse d’une nouvelle tache ou d’une tache existante qui a changé de propriétés.

En outre, l’American Cancer Society nous explique la règle ABCDE. Cette règle permet, quant à elle, de procéder à un contrôle des lésions soi même à domicile. Il faut donc vérifier ces différents points appelés ABCDE :

  • A pour asymétrie : il n’y a pas de similitude entre les deux moitiés du grain de beauté.
  • B comme bords : les bords sont mal définies ou irrégulières.
  • C pour couleur : la couleur n’est pas uniforme. On peut même observer des nuances différentes.
  • D de diamètre : le grain de beauté a augmenté en taille par rapport au contrôle précédent.
  • E pour évolution : la forme, la taille ou la couleur change au fil du temps.

En outre, il y a une autre méthode d’analyse des grains de beauté. C’est le “signe du vilain petit canard”. En d’autres termes, on soupçonne un grain de beauté qui diffère par certaines caractéristiques des autres grains de beauté présents sur le corps de l’enfant.

Les facteurs de risque du mélanome chez les enfants et les adolescents

Il existe des facteurs de risque qui peuvent être modifiés et d’autres qui ne le peuvent pas. De plus, ce n’est pas parce qu’une personne présente un ou plusieurs des facteurs prédisposants qu’elle développera un mélanome à l’avenir. Voici quelques-uns de ces facteurs :

  • L’exposition aux rayons ultraviolets
  • Le fait d’avoir beaucoup de grains de beauté.
  • Les naevus dysplasiques (grains de beauté atypiques).
  • Le syndrome du nævus dysplasique
  • Des antécédents familiaux de mélanome
  • Mais aussi des antécédents de cancer de la peau
  • Le Xeroderma pigmentosum.
  • Finalement, le fait d’avoir la peau claire, des yeux clairs, et des cheveux blonds.

Que peut-on faire pour prévenir le mélanome chez les enfants et les adolescents ?

La grande majorité des mélanomes chez les enfants et les adolescents ne peuvent pas être prévenus. En effet, la prévention est difficile car ils se développent à partir d’une mutation de l’ADN. Cependant, des mesures et des précautions peuvent être prises pour protéger la peau et tenter de prévenir les mélanomes.

Les spécialistes recommandent particulièrement d’éviter l’exposition au soleil entre 10 heures et 16 heures. Ce sont les heures où le soleil et ses rayons sont les plus agressifs. Même si on applique un écran solaire sur les enfants, l’exposition n’est pas bénéfique pour la peau.

La protection solaire sous toutes ses formes

Les bébés de moins de 6 mois ne doivent pas être exposés aux rayons ultraviolets, même en appliquant un indice de protection solaire. Toute personne exposée aux rayons du soleil doit appliquer un écran solaire à large spectre (UVA/UVB) supérieur ou égal à 50. En outre, il faut appliquer à nouveau la crème solaire toutes les 2 heures sur les zones exposées du corps.

L’exposition intermittente au soleil, comme pendant les vacances, ou les coups de soleil intenses pendant l’enfance comportent un risque élevé de mélanome.

On ne recommande pas l’utilisation des salons de bronzage, des cabines de bronzage ou des écrans solaires artificiels en raison des dommages qu’ils causent à la peau. Les rayons UV émis par les cabines de bronzage peuvent entraîner des mutations et même la mort des cellules. Ils diminuent également la propre immunité de la peau.

Un enfant chez le dermatologue.

Faire des contrôles réguliers de la peau

Le contrôle annuel des grains de beauté avec le spécialiste de la peau est l’un des contrôles médicaux le moins fréquent chez les gens. De fait, une auto-vérification mensuelle de la peau devrait se faire systématiquement à son domicile.

Ceux qui ont des antécédents de mélanome, qui ont des grains de beauté atypiques ou dont un membre de la famille est atteint de ce type de cancer de la peau devraient faire l’objet de contrôles plus stricts.

Ainsi, lors des examens médicaux, le dermatologue peut choisir de prendre des photos pour observer l’évolution des lésions dans le temps.

La prévention du mélanome chez les enfants et les adolescents en tant que traitement

L’enfance est une période de la vie où les enfants doivent faire très attention aux dégâts causés par le soleil. De plus, les brûlures qui sont générées ici détermineront les manifestations de la peau dans le futur.

Finalement, il est très important de sensibiliser et d’éduquer les enfants sur l’importance de l’utilisation du facteur de protection solaire. En outre, vous pouvez recourir à des vêtements anti UV qui vont du t-shirt au chapeau et même aux lunettes de soleil.

  • Pappo AS. Melanoma in children and adolescents. Eur J Cancer. 2003 Dec;39(18):2651-61. doi: 10.1016/j.ejca.2003.06.001. PMID: 14642927.
  • Indini A, Brecht I, Del Vecchio M, Sultan I, Signoroni S, Ferrari A. Cutaneous melanoma in adolescents and young adults. Pediatr Blood Cancer. 2018 Nov;65(11):e27292. doi: 10.1002/pbc.27292. Epub 2018 Jul 3. PMID: 29968969.
  • Ruiz-Maldonado R, Orozco-Covarrubias ML. Malignant melanoma in children. A review. Arch Dermatol. 1997 Mar;133(3):363-71. Erratum in: Arch Dermatol 1997 Jul;133(7):833. PMID: 9080898.
  • Boddie AW Jr, Smith JL Jr, McBride CM. Malignant melanoma in children and young adults: effect of diagnostic criteria on staging and end results. South Med J. 1978 Sep;71(9):1074-8. doi: 10.1097/00007611-197809000-00009. PMID: 684494.
  • Bader JL, Li FP, Olmstead PM, Strickman NA, Green DM. Childhood malignant melanoma. Incidence and etiology. Am J Pediatr Hematol Oncol. 1985 Winter;7(4):341-5. PMID: 4083395.