Le cerveau de la mère subit des changements pendant la grossesse

· 28 juin 2018
La grossesse est, sans nul doute, un moment unique et magique. A tel point que la science a prouvé des changements inattendus dans le cerveau de la mère. Le but de ces changements est d'aider la femme enceinte, bien sûr à prendre soin de son petit.

Que la grossesse entraîne des modifications physiques dans le corps de la mère est plus que visible. Toutefois, ce que beaucoup de femmes ne savent pas c’est que le cerveau de la mère subit également des changements à ce moment-là. De quoi s’agit-il ?

La prise de poids, les nausées, les douleurs dans le dos et les changements hormonaux si embarrassants ne semblent pas être la seule conséquence de la grossesse sur le corps d’une femme. Vous vous demandez certainement « Il y a encore plus ?! ». Et oui il y en a d’autres.

Néanmoins, il ne s’agit pas d’altérations négatives. Au contraire, leur finalité est de prendre soin du bébé. On pourrait dire que l’instinct maternel commence à exercer son rôle avant que la mère ne l’entreprenne.

Les changements dans le cerveau de la mère durant la grossesse

Fondamentalement, la science a rapporté qu’il se produisait une réduction de la quantité de matière grise dans le cerveau de la mère. Celle-ci se trouve dans la moelle épinière et dans la partie externe du cerveau. Elle est responsable du traitement de l’information et, de fait, sa quantité est directement liée à l’intelligence d’une personne.

Précisément, cette réduction se produit dans les zones en lien avec l’empathie. L’objectif principal est de mieux capter les sensations du petit qui vit dans le ventre.

Cependant, cette suppression de neurones est quelque peu contradictoire. Les auteurs de la recherche remarquent que cette diminution des connexions neuronales a lieu exactement parce qu’elle augmente l’efficacité de cette tâche. Par conséquent, cela n’équivaut pas à une perte ou une réduction de cette capacité.

De plus, cela comporte un effet puissant sur l’environnement de la femme. Elle est capable de percevoir des menaces autour d’elle avec plus de sensibilité qu’avant. Cela, disent-il, est maintenu jusqu’à deux ans après l’accouchement. En fin de compte, l’instinct maternel qui sauvent si souvent les petits possède des fondements neuroscientifiques clairs.

Le cerveau de la mère subit des changements durant la grossesse et jusqu'à deux ans après l'accouchement

Les effets secondaires

Etant donné que le cerveau de la mère sacrifie une partie de rationalité pour donner place à des pensées plus instinctives, il serait normal que certaines de ses capacités soient réduites et d’autres renforcées. Voici quelques exemples :

  • La mémoire de nombreuses futures mamans ont déclaré qu’elles se sentaient plus distraites que dans le reste de leur vie. Ces changements dans la quantité de matière grise pourraient être une explication à cela.
  • Le stress : dans ce cas, la réduction de stress est due, en grande partie, à l’ocytocine. Ainsi, on peut expliquer qu’une mère traverse tant de modifications et passe autant d’heures sans dormir et sans souffrir des complications liées à ce symptôme.
  • La sociabilité : Avez-vous déjà remarqué que les mères ont un sixième sens pour lire les pensées? Cela est du majoritairement au cerveau qui se prépare à interpréter des signaux non verbaux. Logique: le bébé ne parle pas, donc cette aptitude devient fondamentale et peut s’étendre à d’autres aspects de sa vie.
  • Le courage : aussi bien avant et après l’accouchement, la femme acquiert un courage « supplémentaire » pour affronter la naissance elle-même et les risques possibles qui peuvent menacer la vie de son bébé.

Que se passe-t-il avec les pères ?

Les études réalisées consistaient en des analyses de groupes d’une vingtaine de femmes et d’hommes, certains avec des enfants ou dans l’attente et d’autres non. A l’aide d’IRM, ils ont détecté des altérations dans la substance grise des mères, mais pas chez les hommes.

Cependant, il faut préciser que cette étude s’est centrée sur des hommes dont le rôle n’était pas celui de protecteur principal. Certaines théories affirment que lorsqu’il doit assumer le rôle de l’unique responsable des soins du petit, son cerveau subit également des changements qui améliorent certaines habiletés.

Plus précisément, ces changements sont liés à la production d’ocytocine. C’est une hormone caractéristique et nécessaire chez les mères pendant l’allaitement, mais elle est aussi produite chez les hommes. Grâce à elle, ils sont en mesure d’interpréter davantage les besoins du bébé et ses émotions.

Les changements dans le cerveau de la mère sont principalement liés aux bouleversements hormonaux

« Le cerveau de la mère subit des modifications dans les zones en lien avec l’empathie. L’objectif principal est de mieux capter les sensations du petit qui vit dans le ventre ».

Quelle est l’explication de ces changements ?

Comme presque tout ce qui se passe durant la grossesse, ce processus est étroitement lié aux bouleversements hormonaux. La révolution est telle que même le cerveau en est affecté.

Toutefois, il convient de noter qu’il s’agit d’une adaptation positive. C’est une preuve scientifique et valable qu’il existe vraiment une connexion unique entre la mère et l’enfantL’instinct de protection dont on parle souvent est en évidence dans le cerveau de la mère.

La prochaine fois que vous observez des capacités « magiques » d’une mère dans la relation avec son enfant, vous aurez une idée d’où elles viennent. Tout se trouve dans le cerveau: cet outil merveilleux qui s’adapte aux différentes phases de la vie humaine.