L’arthrite chronique juvénile

· 14 avril 2019
L'arthrite chronique juvénile touche les enfants jusqu'à l'âge de 16 ans. Elle se caractérise par une inflammation, de douleurs et un manque de mobilité dans les articulations. Il existe différents types et cela peut toucher une ou plusieurs extrémités.

Vous croyez peut-être que l’arthrite est une maladie qui affecte uniquement les personnes âgées. Néanmoins, elle peut également survenir avant l’adolescence. Nous vous expliquerons dans cet article ce qu’est l’arthrite chronique juvénile (ACJ), ses symptômes et ses traitements.

Que faut-il savoir sur l’arthrite chronique juvénile ?

Il existe une fausse croyance qui associe l’arthrite -pathologie inflammatoire et rhumatoïde- uniquement aux personnes âgées. Néanmoins, ces maladies peuvent apparaître à un plus jeune âge. Dans ce cas, avant 16 ans.

L’arthrite chronique juvénile n’est pas une, mais plusieurs maladies inflammatoires dont l’origine est jusqu’à présent inconnue. Elle peut commencer pendant l’enfance ou l’adolescence et durer toute la vie. On peut les classifier ainsi :

  • Arthrite systémique,
  • Oligoarthrite,
  • Arthrite psoriasique,
  • Polyarthrite (négative ou positive),
  • Arthrite indifférenciée,
  • Arthrite avec enthésite.

« Cette arthrite touche le tissu conjonctif, c’est-à-dire, le principal composant de l’appareil locomoteur, composé par les muscles, les articulations et les tendons. »

Pour pouvoir diagnostiquer l’arthrite chronique juvénile, les médecins doivent réaliser plusieurs examens et analyser les symptômes. La consultation chez un rhumatologue sera fondamentale dans ce cas. Si on parvient à la diagnostiquer à temps, on peut faire cesser l’arthrite afin qu’elle ait un moindre impact à l’avenir.

Quels sont les symptômes de l’arthrite chronique juvénile ?

Selon le type d’arthrite dont l’on souffre, les symptômes seront plus ou moins évidents. Certains ne seront même pas détectables à première vue.

Par exemple, dans les cas d’arthrite systémique généralisée, on souffre de douleurs, d’inflammations articulaires, de fièvre et d’éruptions cutanées. Dans les cas de polyarthrite, ce sont au moins cinq articulations qui sont touchées en même temps. Dans les cas d’oligoarthrite, les genoux et les poignets sont touchés.

Lisez également:
Mon enfant marche avec ses pieds vers l’intérieur, que faire ?

Un garçon a mal au cou

Voici quelques symptômes typiques de l’arthrite chronique juvénile :

  • Articulations enflammées, rouges et chaudes,
  • Fièvre intense soudaine,
  • Boiterie, raideur, douleurs articulaires,
  • Mouvements limités, difficultés à utiliser les extrémités,
  • Éruptions cutanées,
  • Pâleur de la peau, inflammation des ganglions lymphatiques,
  • Lumbago,
  • Yeux rouges, douleurs oculaires, photophobie, troubles de la vision.

Si votre enfant présente au moins un de ces symptômes, vous devez l’emmener immédiatement chez un spécialiste afin qu’il l’examine et identifie le problème.

Pour détecter l’arthrite chronique juvénile, on réalise plusieurs examens. Ceux-ci incluent les analyses suivantes :

  • Prises de sang de facteur rhumatoïde,
  • Analyses des anticorps antinucléaires,
  • Numération globulaire,
  • Vitesse de sédimentation des érythrocytes,
  • Analyse de l’antigène HLA B27 (antigène des leucocytes humains).

On peut également réaliser d’autres examens tels que des radiographies des articulations touchées, un électrocardiogramme (ECG), une gammagraphie des os et des examens ophtalmologiques.

Existe-t-il un traitement pour l’ACJ ?

S’il n’y a qu’une ou deux articulations touchées et que les symptômes sont légers, le médecin peut prescrire des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tel que l’ibuprofène, par exemple. Les AINS peuvent être suffisants pour réduire les symptômes. Chez les patients avec des douleurs plus importantes, on peut prescrire des corticoïdes.

Lorsque le nombre d’articulations touchées s’élève à plus de trois ou quatre, qu’il y a présence de fièvre, d’une inflammation des ganglions lymphatiques ou d’éruptions cutanées, on prescrit des médicaments antirhumatismaux qui soulagent les symptômes. On peut citer par exemple le Méthotrexate, l’Enbrel ou le Remicade.

Pour améliorer l’efficacité du traitement, on recommande aux enfants de pratiquer une activité physique légère et modérée. Néanmoins, il ne faut pas qu’ils restent oisifs puisque cela ne ferait qu’engourdir davantage les articulations touchées.

C’est pourquoi on conseille aux parents d’encourager leurs enfants atteints d’ACJ à faire du vélo, à marcher, à nager ou à pratiquer un sport.

La kinésithérapie peut contribuer à aider les douleurs à faciliter le mouvement de certaines articulations. On peut également appliquer des compresses froides sur la zone affectée pour réduire l’inflammation.

Il est également bon que les enfants comptent sur le soutien de leurs parents, de leurs amis et de leurs proches. On peut également entreprendre un suivi psychologique si la situation entraîne une dépression ou rend les enfants colériques. Nombre d’entre eux ne veulent pas sortir de chez eux ni jouer avec leurs amis à cause des douleurs ou par honte.

Une fille éprouve des douleurs lombaires

En conclusion

Il est possible que certains patients diagnostiqués pendant les premiers stades de la maladie puissent continuer leur vie normalement, s’ils suivent les traitements indiqués. Dans la plupart de ces cas, l’arthrite stagne et provoque peu de dégâts aux articulations.

La gravité de la pathologie correspond au nombre d’articulations touchées et de l’état de chacune d’entre elles. Il convient de souligner que ces enfants auront plus de probabilités de souffrir de douleurs chroniques ou d’arthrite rhumatoïde à l’âge adulte.