L'adultocentrisme: qu'est-ce que c'est et pourquoi faut-il l'éviter ?

La parentalité doit être fondée sur le plus grand bien de l'enfant. Lorsque l'adulte est au centre de l'équation, cela affecte le développement de l'enfant.
L'adultocentrisme: qu'est-ce que c'est et pourquoi faut-il l'éviter ?

Dernière mise à jour : 16 août, 2021

L’idée que les adultes sont au-dessus des enfants est probablement farfelue pour beaucoup. Mais il est très fréquent d’entendre certains parents utiliser des phrases avec leurs enfants, comme «parce que je l’ai dit» ou «tu auras la chance d’avoir un avis quand tu seras plus grand ». Il s’agit de manifestations de l’adultocentrisme qui représentent certaines croyances sociales sur la parentalité, qu’il serait approprié de modifier.

Il y a encore quelques siècles, les enfants étaient considérés comme des adultes miniatures. Ce regard les percevait comme des êtres immatures, incomplets ou sous-développés. La conception de l’enfance, telle que nous la comprenons aujourd’hui, n’existait pas et les droits et besoins des mineurs étaient constamment ignorés.

Heureusement, nous sommes aujourd’hui conscients de l’importance de protéger cette étape et nous reconnaissons les enfants comme sujets de droit. Cependant, nous sommes encore loin de les respecter pleinement en tant qu’individus. Dans cet article, nous vous expliquons pourquoi.

Qu’est-ce que l’adultocentrisme?

L’adultocentrisme est une conception qui place l’adulte au centre de la société et le considère supérieur aux enfants et aux adolescents.

Selon cette croyance, le point de vue de l’adulte est le seul valable et la vision de l’enfant est sans importance. Par conséquent, c’est une forme de domination et d’oppression semblable aux autres. Par exemple, l’anthropocentrisme (l’être humain gouverne les autres espèces du monde) ou l’androcentrisme (l’homme est supérieur à la femme).

Il ne faut pas beaucoup d’efforts pour percevoir que l’adultocentrisme imprègne notre monde entier. Aujourd’hui encore, les adultes sont au centre de la vie sociale et dominent les espaces publics. Ils prennent également toutes les décisions ménagères, même celles qui touchent directement les mineurs et sans avoir la moindre considération de ce qu’ils pensent.

Aujourd’hui, cette idée est reproduite au sein de la dynamique familiale de nombreux foyers.

Père autoritaire grondant son fils.

Comment cela se manifeste-t-il?

Voici quelques exemples de directives parentales centrées sur les adultes:

  • Les relations entre parents et enfants sont asymétriques. Ces derniers sont considérés comme inférieurs, incapables de décider et partisans de l’obéissance.
  • Les parents ordonnent et les enfants se conforment sans objection.
  • D’autre part, les voix des enfants ne sont pas entendues et leurs opinions ne sont pas prises en compte. Car il n’y a pas de place pour le dialogue ou la négociation. Le point de vue des adultes est le seul qui compte.
  • Les besoins et les désirs des enfants dépendent toujours de ce qui convient le mieux aux adultes. Par exemple, lorsque l’enfant pleure, la punition ou la coercition est appliquée dans le seul but d’arrêter les pleurs, sans céder pour comprendre ses sentiments ou pour l’éduquer émotionnellement.
  • Les adultes utilisent fréquemment des phrases autoritaires: « tu dois faire ce que je dis », « qui t’a demandé? », ou encore « tu es tout petit, tu ne comprends pas ».

Pourquoi faut-il éviter l’adultocentrisme?

L’adultocentrisme est lié à la pédagogie noire et à l’éducation autoritaire. L’idée est de percevoir les enfants comme les possessions de leurs parents et de considérer que la seule tâche des mineurs est d’obéir sans se poser de questions.

Cependant, d’autres styles éducatifs plus permissifs (comme la surprotection) commettent également l’erreur de considérer l’enfant comme un être inférieur et incapable. Ils ne le respectent pas pleinement en tant qu’individu et l’adulte assume le rôle de « sauveteur », qui doit régler tout ce qui concerne le mineur.

Dans les deux cas, le développement de l’enfant est limité, puisque sa perspective n’est pas prise en compte. Par conséquent, cela contribue à élever des enfants peu sûrs d’eux, dépendants et ayant une faible estime de soi.

Ces enfants ne développent pas de pensée critique, car ils ne considèrent pas leur opinion comme précieuse. Ils supposent naturellement qu’ils doivent se soumettre aux souhaits et aux commandements des autres.

Cela provoque non seulement une grande souffrance personnelle. Mais peut également affecter les relations sociales et la capacité à interagir dans le monde.

Une parentalité basée sur l’enfant

Un père et son fils qui se promène.

Pour éviter de reproduire ce schéma, essayez d’appliquer les directives parentales suivantes:

  • Faites de votre mieux pour votre enfant, même si cela signifie un effort supplémentaire ou un inconfort pour vous. Avant de décider, tenez au moins compte des besoins des deux parties.
  • Soyez compréhensif et compatissant avec les émotions de vos enfants. Demandez-vous ce qu’ils ressentent à tout moment et pourquoi ils agissent de cette manière. Permettez-leur d’exprimer leurs sentiments, leurs peurs, leurs rêves et leurs souhaits. Faites-leur savoir qu’ils sont également importants pour vous.
  • Demandez à vos enfants leur avis et tenez-en compte. Permettez-leur de commenter, contribuer, négocier et participer à la prise de décision. Surtout dans celles qui les concernent directement.
  • Encouragez leur développement en tant qu’individus ayant des droits. Ne cherchez pas à tout prix à ce qu’ils vous obéissent. Renforcez leur autonomie et leur confiance en soi.

À propos de l’adultocentrisme

Une parentalité qui met l’adulte au centre de l’équation n’a pas de sens. Puisque l’objectif principal de la parentalité est de contribuer au développement de l’enfant. Pour cette raison, essayez de ne pas commettre l’erreur de sous-estimer les capacités, la sagesse et la valeur de vos enfants.

La façon dont les enfants sont traités à la maison déterminera ce qu’ils peuvent attendre et accepter des autres à l’avenir.

Cela pourrait vous intéresser ...
Donnez-lui la liberté d’apprendre de ses erreurs
Être parentsLisez-le dans Être parents
Donnez-lui la liberté d’apprendre de ses erreurs

Si vous donnez à votre enfant la liberté d'apprendre de ses erreurs, vous lui dites que vous lui faites confiance, que même s'il fait une erreur, v...



  • Duarte, K. (2016). Genealogía del adultocentrismo. La constitución de un patriarcado adultocéntrico. Juventudes en chile, 17.
  • de la Jara Morales, I. (2018). Adultocentrismo y género como formas negadoras de la cultura infantil. Revista Saberes Educativos, (1), 47-67.
  • Florio, E. (2019). The operationalization of Adultcentrism and Black Pedagogy constructs to promote personal well-being in adult-child relationship: A first application in the context of teacher-student relationship and increase of Specific Learning Disorder diagnoses.