La fermeté, un moyen de négocier avec les enfants

22 décembre, 2018
Comment réguler la fermeté afin qu'elle devienne un mécanisme constructif ? Voici en quoi consiste cette aptitude fondamentale pour établir des limites dans nos relations avec les autres.

La fermeté est une capacité qui apporte de nombreux bienfaits à la personne qui sait comment la gérer de façon adéquate. En tant que mère, c’est sans aucun doute un excellent outil pour gérer les crises de colère ainsi que les discussions avec les enfants.

Le fait de savoir dire “non”, sans tomber dans le conflit, est certainement un élément indispensable pour fixer des limites et transmettre l’autorité.

L’usage du “non” face aux exigences d’un enfant peut être une épée à double tranchant. D’un côté, si nous sommes trop laxistes, l’enfant pourra se considérer comme ayant un certain pouvoir sur ses parents et les manipuler à sa guise.

Nous devons éviter cette perte d’autorité qui ne fera aucun bien aux deux parties.

D’autre part, nous ne devons pas non plus être trop autoritaireSi nous crions un “non” quand l’enfant a à peine terminé sa demande, nous provoquons un sentiment, presque un besoin, de rébellion qui entraînera des mauvais comportements chez lui.

Comment réguler la fermeté pour qu’elle devienne un mécanisme constructif ? Voici quelques lignes directrices pour y parvenir ?

Qu’est-ce que la fermeté ?

La fermeté est une caractéristique très importante pour une personne, dans de nombreux aspects de sa vie. Il s’agit essentiellement de savoir faire respecter les droits, la pensée et la posture d’une personne, ainsi que sa volonté d’agir d’une certaine façon.

Que ce soit dans le domaine social ou professionnel, savoir dire non à une demande excessive -voire même abusive- vous évitera des situations indésirées. 

Cela est tellement évident que nous pouvons même empêcher des symptômes de stress, d’anxiété ou de frustration en évitant de faire des choses que nous ne voulons pas ou qui ne nous correspondent pas.

C’est la même chose dans le dialogue avec nos enfants. D’un côté, il y a ce qu’ils veulent. D’un autre, ce qui est judicieux et possible. C’est entre les deux que nous nous situons.

Si nous n’imposons pas de limites, nous transmettons un message erroné d’ignorer nos responsabilités ou d’agir toujours comme l’autre désire.

La fermeté et la capacité de dire non sont indispensable dans toutes les relations et dans l'éducation des enfants.

La fermeté consiste à chercher l’équilibre

Toutefois, ce n’est pas si simple. Si nous passions toute notre vie à dire non à tout et à nous opposer à chaque position différente de la nôtre, le monde serait un endroit terrible. Il n’y aurait pas de faveurs, pas d’excuses ni de concessions.

Par conséquent, l’objectif est de trouver l’équilibre. Être ferme dans une relation signifie savoir à quel moment céder et à quel moment être ferme. Il faut identifier ce qui est juste et ce qui ne l’est pas.

Evidemment, cela n’est pas facile, mais c’est possible. Voici quelques conseils à garder à l’esprit quand vous négociez avec vos enfants :

  • Proposer le dialogue. Il ne vous sert à rien de vous fermer dans votre position sans répondre à ses besoins. Au contraire, écoutez à analysez le point de vue de l’enfant.
  • Savoir expliquer. Tout comme vous devez savoir écouter, essayez d’énoncer vos arguments le plus clairement possible. Imposer juste pour le plaisir d’imposer n’a pas de sens. En revanche, si vous justifiez votre décision, il est plus probable, qu’à long terme, l’enfant vous comprenne.
  • Maintenir sa position. Si vous êtes convaincus d’une idée, défendez-la. Si vous cédez face à la supplication, l’enfant interprétera que vous êtes vulnérable. Il en abusera à chaque fois qu’il le pourra. Vous ne devez pas non plus douter. Votre ton, votre regard et vos gestes doivent donc confirmer vos paroles.
  • Faire des propositions. En plus de maintenir votre position, vous pouvez offrir des alternatives aux idées de l’enfant. A condition qu’elles correspondent à vos principes. Vous en trouverez sûrement certaines qui le convaincront. Vous éviterez ainsi une dispute inutile.
La fermeté consiste à rester centré et disposé à discuter sans perdre de vue ses principes et ses idées afin de les affirmer.

Pourquoi le manque de fermeté existe ?

La fermeté est étroitement liée à l’estime de soi d’une personne. Si je me considère capable, sûr de moi et cohérent, je pourrai communiquer mes pensées et mes décisions sans hésiter.

Sinon, un cercle vicieux peut se créer. Je ne fais pas respecter ma position parce que je crois que je ne le mérite pas. Puisque les autres ne me prennent pas en compte, mon estime de soi diminue davantage.

De même, le manque de fermeté peut également être dû à un lien déplacé avec les autres. Il est judicieux que nous cherchions à plaire et à être aimés. Mais cela ne doit pas se faire à n’importe quel prix. L’amour des enfants ne doit pas être gagné à travers des concessions ou des limites faibles.

“Être ferme dans une relation signifie savoir à quel moment céder et à quel moment être ferme”

Finalement, il est fondamental de souligner que le calme et le respect doivent être absolument prioritaires. Nous devons rester centrés et disposés à établir une communication ouverte et honnête avec les autres.

En fin de compte, la relation avec les enfants se construit jour après jour. En effet, elle nous met chaque fois à l’épreuve. Si elle est correctement appliquée, la fermeté peut être notre meilleur allié.