La dysmorphie de Snapchat: comment affecte-t-elle vos enfants?

Les réseaux sociaux montrent des visages et des corps irréels qui exercent une grande pression sur les jeunes. L'une de ses conséquences est la soi-disant dysmorphie de Snapchat.
La dysmorphie de Snapchat: comment affecte-t-elle vos enfants?

Dernière mise à jour : 01 décembre, 2021

Si vous êtes un utilisateur régulier des réseaux sociaux, vous aurez remarqué qu’il y a une tendance croissante à ajouter des filtres aux photos et vidéos pour améliorer leur apparence. Enfants, jeunes et adultes ont succombé à cette tendance à adoucir, nuancer ou altérer leur visage dans leurs publications grâce aux différents outils existants. Mais, avez-vous déjà pensé aux répercussions que cela peut avoir sur les mineurs? Nous parlons de l’une des plus importantes: la dysmorphie de Snapchat.

Accepter qui nous sommes et comment nous sommes est un travail qui dure toute la vie, mais qui est particulièrement pertinent à l’adolescence. Les changements corporels, la pression sociale et le besoin d’approbation de groupe conduisent de nombreux jeunes à développer des complexes différents et à se sentir mal dans leur peau.

Cependant, ce phénomène est exacerbé lorsque la comparaison se produit avec des vies et des images fictives sur les réseaux sociaux. Que pouvons-nous faire en tant que parents?

Qu’est-ce que la dysmorphie de Snapchat?

Une adolescente qui se prend en selfie.

Le terme de dysmorphie de Snapchat a été inventé par le chirurgien britannique Tijion Esho, après avoir vérifié une augmentation des demandes motivées par la recherche de l’aspect physique des selfies retouchés.

Ainsi, ce trouble présente les mêmes caractéristiques que le trouble dysmorphique corporel (TDF), uniquement influencé par les réseaux sociaux. Le TDF se caractérise par un souci excessif d’un ou plusieurs défauts ou imperfections physiques qui peuvent être mineurs ou inexistants.

Autrement dit, la personne a une perception exagérée ou erronée de son propre trait physique, qui peut passer inaperçue ou qui n’a aucun rapport avec les autres.

Cette obsession génère un inconfort énorme et conduit la personne à adopter certains comportements dysfonctionnels tels que:

  • Passer un grand nombre d’heures à observer ses défauts physiques, ce qui entrave le développement normal des activités quotidiennes (scolaires, sociales ou familiales).
  • Effectuer des actions répétitives, telles que se regarder dans le miroir encore et encore, se maquiller excessivement ou rechercher constamment l’assurance de la perfection.
  • Comparer continuellement son apparence physique avec celle des autres.

Ce trouble peut toucher aussi bien les hommes que les femmes et se développe généralement au début de l’adolescence.

Quelles sont les causes de la dysmorphie de Snapchat?

L’utilisation permanente des réseaux sociaux ou des filtres qui retouchent les photos ne sont pas la seule cause de ce trouble. L’estime de soi et d’autres caractéristiques personnelles, à la fois génétiques et acquises, jouent également un rôle important. Pourtant, Internet et la technologie influencent de manière significative ce phénomène:

  • L’utilisation constante de filtres favorise la création d’attentes irréalistes. Les jeunes peuvent oublier que les visages et les corps qu’ils voient sont retouchés et faux. Surtout parce qu’il n’y a pas de références de vraies personnes avec des physiques divers avec lesquelles ils peuvent s’identifier.
  • Les réseaux sociaux favorisent une comparaison constante. Ainsi, les jeunes luttent continuellement pour s’adapter à des normes de beauté étroites et inaccessibles. Ils ressentent de la culpabilité, de la honte et de l’échec lorsqu’ils voient qu’ils ne peuvent pas les atteindre.
  • S’habituer à observer sa propre image déformée par les filtres et les retouches augmente le rejet de son apparence réelle. Les adolescents sont constamment confrontés à la différence entre ce qu’ils sont et ce qu’ils «pourraient être» ou «devraient être».

Comment empêcher vos enfants de souffrir de la dysmorphie de Snapchat?

Le rôle des parents est fondamental lorsqu’il s’agit de protéger les enfants des conséquences négatives des réseaux.

Par conséquent, si vous souhaitez prévenir l’apparition de la dysmorphie de Snapchat chez les mineurs, vous pouvez appliquer les mesures suivantes.

1. Réglementer l’usage que vos enfants font des réseaux sociaux

Plus l’âge est jeune, plus l’exposition aux médias sociaux peut causer des dommages. Essayez donc de retarder au plus tard l’utilisation des réseaux sociaux puis de réguler le temps devant les écrans, le type de contenu ainsi que les interactions qu’ils effectuent avec les autres. Votre encadrement est essentiel.

2. Echanger à propos des dangers des réseaux sociaux et d’Internet

Il est important que vous parliez à vos enfants de la façon dont une comparaison constante avec ce qu’ils voient sur les réseaux peut affecter leur bien-être. Expliquez-leur l’impact que cela a sur leur estime de soi et rappelez-leur que cela peut entraîner des problèmes d’anxiété, de dépression, de troubles de l’alimentation ou de troubles de l’image corporelle.

3. Booster l’estime de soi

Essayez d’aider vos enfants à développer une solide estime de soi dès l’enfance. A prendre soin d’eux et à aimer leur corps et leur santé, et à cultiver leur monde intérieur. Apprenez-leur à s’accepter tels qu’ils sont et à ne pas dépendre de l’approbation extérieure. De cette façon, ils seront moins influencés par la pression sociale.

4. Exposer les jeunes à des réalités diverses

Icônes d'applications des réseaux sociaux.

Enfin, il est important que les mineurs aient des références de personnes réelles et diverses, heureuses et réussies sans avoir besoin de rechercher la perfection apparente. Pour ce faire, vous pouvez les aider à trouver du contenu positif et constructif sur Internet. Qui ne repose pas sur l’amélioration de l’apparence physique.

L’estime de soi s’enseigne par l’exemple

Pour conclure, les enfants et adolescents sont à des moments vulnérables et critiques de leur développement et il est essentiel qu’ils aient un guide adulte pour filtrer et traiter les stimuli qu’ils reçoivent.

Par conséquent, restez conscient de ce que vos enfants consomment sur les réseaux sociaux, parlez-en avec eux et restez attentif aux éventuels signes autour de la dysmorphie de Snapchat. Si nécessaire, demandez l’aide d’un professionnel.

Cela pourrait vous intéresser ...
Dangers des réseaux sociaux à l’adolescence
Être parents
Lisez-le dans Être parents
Dangers des réseaux sociaux à l’adolescence

L'adolescence est un moment délicat et vulnérable, encore plus avec l'émergence d'internet. Quels sont les dangers des réseaux sociaux à l'adolesce...



  • Sandoval, M., García-Huidobro, I., & Pérez-Cotapos, M. L. (2009). Trastorno dismórfico corporal. Revista Chilena Dermatológica25(3), 244-250.
  • González, V. (2019). Selfie: tecnología del yo en el capitalismo tardío y el nuevo malestar de la cultura. Revista Inclusiones, 17-38.